Commentaires

Le noyau strié: structure et fonctions

Le noyau strié: structure et fonctions



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le striatum est une région sous-corticale qui appartient au cerveau antérieur.

C'est la principale voie d'information sur les noyaux gris centraux et est directement reliée au cortex cérébral. Chez l'homme, cette structure cérébrale est divisée par une section de matière blanche connue sous le nom de capsule interne.

Le contenu

  • 1 Structure et connexions
  • 2 Forme et emplacement du striatum
  • 3 connexions centrales striées
  • 4 Aspects fonctionnels des noyaux striés
  • 5 Troubles des noyaux striés

Structure et connexions

Le noyau strié, ou plutôt les noyaux striés parce qu'il y en a plus d'un, est une région de matière grise qui se trouve dans les hémisphères cérébraux. En ce sens, ce sont des structures sous-corticales situées à la base de chaque hémisphère.

Les deux noyaux principaux qui composent le striatum sont le noyau caudé et le noyau lenticulaire. Ce dernier, à son tour, est formé de deux structures appelées putamen et ballons pâles.

Forme et emplacement du striatum

Le caudé est en forme de C (vu latéralement), suit le cours du ventricule latéral et comprend trois parties: la tête, le corps et la queue. Entre le caudé et le putamen, il y a une continuité morphologique, puisque la partie antérieure du caudé, la tête, est attachée au putamen. Le ballon pâle ou pâle est situé médialement au putamen et contient deux parties: segment latéral et segment médian.

Le caudé et le putamen partagent une origine embryologique commune, l'aspect histologique et les connexions similaires, et ils sont appelés dans leur ensemble néostrié ou simplement strié, tandis que le pâle est également appelé paléoestriate.

Le putamen et le globe pâle forment le noyau lentiforme ou lenticulaire (signifie «lentille» en latin).

Les noyaux striés font partie d'un système fonctionnel plus large appelé système des noyaux gris centraux. Ce système est formé, à part le striatum, le noyau subthalamique et la substance noire, et la blessure de l'une de ces structures peut entraîner des altérations du contrôle des mouvements (tremblements, tics, etc.).

Connexions Core striées

Le néoestriado (caudado-putamen)

Les principales références proviennent de ces points:

  • Le cortex cérébral, principalement de la partie frontale et pariétale. Ce sont les plus abondants.
  • La substance noire, qui forme la voie striée de noir. C'est une affaire dopaminergique particulièrement importante car dans la maladie de Parkinson, il y a une altération de cette voie, et le néostrié est laissé sans entrée de dopamine.
  • Les noyaux intralaminaires du thalamus.

Les références vont principalement au noyau pâle, bien que certaines de ces fibres continuent à la substance noire.

Noyau pâle

Le références Ils proviennent des éléments suivants:

  • Le néostrié
  • Le noyau subthalamique

Du pâle vient le principal eferences du striatum, est le chemin de sortie. Les endroits suivants vont:

  • Le noyau subthalamique
  • Le thalamus (noyaux ventraux latéraux, ventraux antérieurs et centromédiaux). Ces noyaux thalamiques se projettent sur le cortex.

Aspects fonctionnels des noyaux striés

Le striatum a un rôle important dans les circuits moteurs. Plus précisément dans le circuits appelés extrapyramidaux, qui réglementent les mouvements non volontaires.

Quant à néostrié, il semble que les deux noyaux qui le forment n'ont pas les mêmes implications fonctionnelles. Ces implications sont les suivantes:

Le putamen a probablement un rôle central dans la plupart des fonctions motrices du striatum, de sorte que ses connexions se font principalement avec les zones motrices du cortex.

De son côté, le caudé semble être impliqué dans les fonctions cognitives, puisqu'il reçoit des projections de zones d'association du cortex et les envoie au cortex préfrontal.

Troubles des noyaux striés

Beaucoup les troubles du striatum et des noyaux gris centraux provoquent en général des altérations motrices, tels que les mouvements involontaires et les altérations du tonus musculaire.

Nous traiterons deux troubles des noyaux striés: la maladie de Parkinson et la maladie de Huntington.

Maladie de Huntington

L'origine se compose d'un acétylcholine et dégénérescence des cellules GABA les noyaux du striatum et du cortex.

La cause de la maladie est génétique.. De manière dominante, un gène défectueux qui se trouve sur le chromosome 4 est hérité.La probabilité d'affecter la progéniture, si un parent est affecté par le gène, est de 50%.

Les symptômes typiques apparaissent entre 30 et 50 ans et les principaux symptômes sont des mouvements involontaires, rapides et aléatoires du tronc, des extrémités, du visage et de la langue. Ils ont du mal à parler, à avaler, etc. Ils sont de plus en plus prononcés et éventuellement accompagnés d'une démence progressive. Il n'existe actuellement aucun traitement, mais à l'avenir, nous pourrions nous attendre à des effets positifs avec les thérapies géniques.

Maladie de Parkinson

Les symptômes sont de gravité variable et sont généralement les suivants:

  • Tremblements. Il se repose généralement, ce qui affecte principalement les mains; Elle diminue avec les mouvements volontaires et augmente avec la tension émotionnelle.
  • Raideur musculaire. Elle est due à une hypertonie de tous les muscles, bien que la force soit pratiquement normale.
  • Difficulté et lenteur à démarrer et à faire des mouvements. Le clignotement diminue, il y a une expression faciale et les bras ne bougent pas accompagnant la marche.

Dans de nombreux cas, des problèmes tels que la dépression et la démence apparaissent également.

L'origine est dans la dégénérescence de la voie dopaminergique striée de noir, car une mort neuronale est observée dans la substance noire. La cause n'est pas claire et de nombreuses possibilités sont signalées: gènes, toxines, etc.

Vous pourriez être intéressé: Emma Watch, l'horloge qui vous permet de réécrire des personnes atteintes de la maladie de Parkinson

Visitez ici notre Atlas du cerveau visuel et interactif

Les références

Carpenter, M.B. (1994). Neuroanatomie Fondamentaux Buenos Aires: éditorial panaméricain.

A partir d'avril, A.; Ambrose, E.; De Blas, M.R.; Caminero, A.; De Pablo, J.M. i Sandoval, E. (éd.) (1999). Fondements biologiques du comportement. Madrid: Sanz et Torres.

Delgado, J.M.; Ferrús, A.; Mora, F.; Blonde, F.J. (éd.) (1998). Manuel des neurosciences. Madrid: Synthèse.

Diamond, M.C.; Scheibel, A.B. je Elson, L.M. (1996). Le cerveau humain Livre de travail. Barcelone: ​​Ariel.

Guyton, A.C. (1994) Anatomie et physiologie du système nerveux. Neuroscience de base Madrid: éditorial médical panaméricain.

Kandel, E.R.; Shwartz, J.H. et Jessell, T.M. (eds) (1997) Neuroscience et comportement. Madrid: Prentice Hall.

Martin, J.H. (1998) Neuroanatomie. Madrid: Prentice Hall.

Nelson, R.J. (1996) Psychoendocrinologie. Les bases hormonales du comportement. Barcelone: ​​Ariel.

Netter, F.M. (1987) Système nerveux, anatomie et physiologie. Collection Ciba d'illustrations médicales (volume 1) Barcelone: ​​Salvat.

Nolte, J. (1994) Le cerveau humain: introduction à l'anatomie fonctionnelle. Madrid: Mosby-Doyma.