Informations

Pourquoi avons-nous besoin de Life Partner ?

Pourquoi avons-nous besoin de Life Partner ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Nous entrons tous en relation. Nous en sortons parfois lorsque les besoins (émotionnels, physiques, mentaux, monétaires, etc.) ne sont pas satisfaits. Nous continuons à chercher ce seul partenaire de vie. Pourquoi avons-nous (les êtres humains) besoin de ce seul « partenaire de vie » ?


La cause première est presque certainement la procréation. Nos tendances relationnelles se sont développées avec notre biologie. Les humains ont tendance à avoir un enfant à la fois, et les enfants humains mûrissent très lentement. Cela suggère que pendant la majeure partie de l'histoire de l'humanité, il serait avantageux pour une femme de garder un homme avec elle, contribuant ainsi à fournir de la nourriture et une protection pour elle-même et ses enfants. La stratégie du mâle est soit de jouer le jeu, soit de se reproduire si rapidement qu'elle l'emporte sur l'effet dévastateur d'une longue maturation sans protection suffisante. D'autres espèces, dont beaucoup se reproduisent en plus grand nombre, ont des habitudes d'accouplement différentes.


Pourquoi certaines personnes sortent-elles avec plusieurs partenaires en même temps ?

Un lecteur a posé la question suivante : Je suis intéressé par les raisons pour lesquelles certaines personnes aiment sortir avec plusieurs personnes à la fois et d'autres ne se concentrent que sur une seule. Est-ce juste pour attirer l'attention ? Faible estime de soi? Ou peut-être est-ce la survie du plus fort - ne vous arrêtez pas sur un jusqu'à ce que vous soyez officiellement enfermé ?

Comme vous l'avez probablement remarqué, la plupart des cultures et des sociétés s'attendent à ce que les individus soient impliqués de manière romantique avec une seule personne à la fois. Cela vient probablement du fait que le mariage (qui est presque universellement défini comme l'union de deux personnes) est fréquemment présenté comme l'état de relation « idéal » pour lequel nous devrions tous lutter. En conséquence, il a tendance à être l'exception plutôt que la règle selon laquelle les gens déclarent ne pas pratiquer la monogamie.

Pour ceux qui s'impliquent avec plusieurs partenaires simultanément, pourquoi le font-ils ? Il peut y avoir un certain nombre de raisons. Certains pourraient le faire parce qu'ils ne sont tout simplement pas prêts à s'engager envers une personne, tandis que d'autres ne savent tout simplement pas ce qu'ils recherchent. D'autres peuvent être motivés par le narcissisme, la compulsion sexuelle ou un besoin de validation. Je dois également noter que certaines personnes ont simplement l'impression qu'elles peuvent aimer plusieurs personnes en même temps, une pratique connue sous le nom de polyamour.

En termes de ce que la recherche scientifique a à dire, vous étiez sur quelque chose lorsque vous avez mentionné la « survie du plus apte ». Le domaine de la psychologie évolutionniste pense que c'est une tendance humaine naturelle à désirer plusieurs partenaires, en particulier si vous êtes un homme. En fait, des recherches menées dans le monde entier ont montré que les hommes ont un désir nettement plus grand de « variété sexuelle » (c'est-à-dire d'avoir beaucoup de partenaires différents) au cours de leur vie que les femmes. 1

Pourquoi les hommes veulent-ils être avec autant de personnes ? Du point de vue de l'évolution, l'une de nos principales motivations ou instincts est de produire autant de notre propre progéniture génétique que possible afin de garantir que nos gènes soient transmis aux générations futures. Cependant, parce que l'acte de produire un enfant est, sans conteste, plus simple pour les hommes que pour les femmes, les sexes ont tendance à aborder le jeu de l'accouplement de manière très différente. 2 Pour les hommes, la stratégie évolutive qui a le plus de sens est de coucher avec autant de femmes que possible car cela maximise leurs chances d'avoir beaucoup de bébés. Pour les femmes, cependant, dormir sans discernement a beaucoup moins de sens. Oui, cela peut augmenter les chances qu'elle tombe enceinte, mais gardez à l'esprit qu'avoir un enfant demande un investissement important de la part de la mère, non seulement en termes de grossesse de 9 mois, mais aussi en termes de ressources nécessaires pour assurer que la santé et la survie de l'enfant après la naissance. Les femmes qui continuent à être imprégnées par des gars qui ne parviennent pas à rester et à aider les enfants peuvent se trouver dans une situation désavantageuse sur le plan de l'évolution, car elles doivent subvenir à leurs propres besoins et à ceux de leurs enfants (ce qui s'est probablement avéré exceptionnellement difficile à l'époque des chasseurs). -se rassemble). En conséquence, la meilleure stratégie évolutive pour les femmes est généralement d'être sélective et de rechercher un partenaire fiable.

Ainsi, pour répondre à votre question, il y a beaucoup de raisons pour lesquelles quelqu'un pourrait choisir de sortir avec plusieurs personnes en même temps, mais au moins pour les hommes, le désir de partenaires multiples pourrait provenir d'une volonté évolutive.

Vous souhaitez en savoir plus sur les relations ? Cliquez ici pour d'autres sujets sur la science des relations. Aimez-nous sur Facebook pour recevoir nos articles directement dans votre fil d'actualité.

Pour en savoir plus sur la psychologie évolutionniste en particulier, voir ici.

1 Schmitt, D., et al. (2003). Différences sexuelles universelles dans le désir de variété sexuelle : tests de 52 nations, 6 continents et 13 îles. Journal de personnalité et de psychologie sociale, 85, 85-104.

2 Buss, D.M., & Schmitt, D.P. (1993). Théorie des stratégies sexuelles : une perspective évolutive sur l'accouplement humain. Revue psychologique, 100, 204–232.

Dr Justin Lehmiller – Science des relations articles | Site Web/CV
Le programme de recherche du Dr Lehmiller se concentre sur l'impact du secret et de la stigmatisation sur la qualité des relations et la santé physique et psychologique. Il mène également des recherches sur l'engagement, la sexualité et les pratiques sexuelles à moindre risque.


La projection, c'est lorsqu'une personne attribue ses propres pensées et actions à quelqu'un d'autre. Par exemple, une personne infidèle peut accuser son partenaire de tricherie. Ainsi, la personne mise en cause dépense son énergie à se défendre au lieu de regarder de plus près son partenaire et de juger ses actions.

Une personne qui envoie des messages contradictoires peut se montrer intéressée pendant un certain temps, puis vous ignorer complètement pour recommencer à être intéressée plus tard. Alors à quoi ça sert ? Eh bien, ils peuvent le faire involontairement parce qu'ils ne sont pas sûrs de leurs propres sentiments. Mais s'ils le font intentionnellement, c'est dans le but de vous faire vous sentir désespéré et peu sûr de vous et de vous concentrer davantage sur eux.


L'amour et l'appartenance font partie de la hiérarchie des besoins de Maslow&aposs. Cette pyramide a été créée sur la base du point de vue d'Abraham Maslow sur ce dont les humains ont besoin pour grandir et enfin atteindre la "réalisation de soi". Une fois que ses besoins physiologiques tels que la respiration, l'eau, la nourriture, etc. et le sentiment de sécurité et de sécurité sont satisfaits, une personne a besoin de ressentir de l'amour et de l'appartenance pour grandir. Je pense que c'est en grande partie à cause de la motivation que l'amour nous donne pour atteindre les prochains niveaux d'estime et ensuite être satisfaits de nos vies.

L'amour vient plus d'une pulsion physique qu'émotionnelle. Le besoin d'aimer au sens romantique vient de l'instinct animal dont nous avons besoin pour procréer et maintenir notre race en vie. Nous avons également un instinct naturel d'aimer et de prendre soin de nos enfants, tout comme la plupart des autres mammifères qui élèvent leurs enfants jusqu'à ce qu'ils soient prêts et capables de s'aventurer seuls.

Sans l'accomplissement de se sentir aimé ou d'aimer autre chose, une personne n'a pas la motivation pour accomplir quoi que ce soit. Lorsque les gens ne sont pas motivés dans leur vie, la volonté de répondre aux besoins de base n'est pas aussi forte et la réalisation de soi ne peut pas se produire. Même les personnes non sociales ont besoin d'aimer et d'appartenir à quelque chose avant de pouvoir atteindre l'estime et mener une vie heureuse et motivée.


Pourquoi nous avons vraiment besoin de relations dans la vie

Les relations sont impératives pour de nombreuses raisons différentes, telles que l'augmentation de notre bien-être émotionnel, la création de stabilité, l'apprentissage d'un bon ami ou d'un compagnon, le fait d'avoir quelqu'un sur qui compter et à qui faire confiance en cas de besoin et quelqu'un vers qui se défouler lorsque nous faisons face à des défis, et les amis et les camarades enlèvent la solitude et nous font nous sentir inclus. Chacune de nos relations suscite en nous des réponses différentes qui nous aident à grandir et à nous connaître. Les relations sont souvent le ciment qui nous unit pendant les périodes de stress et lorsque nous faisons face à des difficultés de la vie. Sans relations, nous aurions un esprit endormi et un manque de connexion à nous-mêmes !

Les hommes et les femmes ont besoin de relations dans des capacités différentes et pour des raisons différentes. Nous avons tendance à graviter autour d'autres personnes comme nous parce que nous partageons des carrières pertinentes, des endroits que nous fréquentons, des activités amusantes et des passe-temps, ce qui rend les relations indispensables pour avoir des gens qui nous rendent meilleurs. Cependant, les hommes et les femmes diffèrent dans la façon dont nous formulons des liens durables avec les autres. Les femmes sont beaucoup plus émotionnellement connectées et investies et comptent sur des petites amies ou un compagnon pour des choses comme les conseils parentaux, la gratification romantique, quelqu'un pour aider au développement et aux capacités cognitives de nos enfants et apprendre à être mieux dans la vie et dans une relation et apprendre des expériences . Les hommes n'ont pas besoin d'être émotionnellement attachés pour recevoir du plaisir sexuel d'autres femmes, mais la proximité est aussi importante pour eux que pour les femmes Les hommes ne sont pas aussi investis émotionnellement lorsqu'ils s'engagent dans certaines activités comme aller au gymnase ou regarder du sport événements ensemble. En fait, la plupart des hommes se présentent, font l'activité prévue, puis partent sans jamais penser à ce qui n'a pas fonctionné, s'il y avait des mots mélangés ou si l'autre personne va bien. Les hommes sont plus faciles à compartimenter leurs sentiments dans les relations et les femmes ont tendance à garder rancune, à prendre plus de temps à gérer leur bagage émotionnel et à laisser les problèmes perdurer plus longtemps. Les hommes évoluent plus rapidement dans les relations, ce qui leur permet d'être plus facilement connectés avec le sexe opposé et ceux du même sexe beaucoup plus rapidement que les femmes. Les relations sont généralement nos miroirs nous montrant comment nous devons changer et devenir de meilleurs amis et amis. De plus, nos amis et les personnes avec qui nous entretenons des relations à long terme nous permettent d'être vulnérables et de demander de l'aide alors que nous ne le ferions normalement pas avec de parfaits inconnus. Lorsque nous sommes en couple, nous rencontrons souvent de nouvelles personnes à travers les personnes avec lesquelles nous sommes déjà connectés et développons nos cercles ! C'est amusant d'avoir des expériences de vie diversifiées, les gens apprennent vraiment qui ils sont et leur enseignent de nouvelles informations intéressantes et partent ensemble pour de nouvelles aventures !

Les relations nous montrent comment aimer et être l'amour ainsi que qui nous voulons être dans la vie et qui nous ne voulons pas. Avoir des relations de confiance sérieuses nous permet d'être vraiment nous-mêmes. Nous devons être ouverts à rencontrer de nouvelles personnes et avoir des liens spirituels nous aidera à développer notre foi et à inspirer les autres à nous ouvrir à de nouvelles possibilités. Soyez juste vous et les bonnes personnes seront dans votre vie pour les bonnes raisons ! Soyez toujours authentiquement vous et les autres aimeront le vrai vous !!


Que sont les 6 besoins humains?

1. Certitude: l'assurance que vous pouvez éviter la douleur et gagner du plaisir
2. Incertitude/Variété: le besoin d'inconnu, de changement, de nouveaux stimuli
3. Importance: se sentir unique, important, spécial ou nécessaire
4. Connexion/Amour: un fort sentiment de proximité ou d'union avec quelqu'un ou quelque chose
5. Croissance: une expansion de la capacité, de la capacité ou de la compréhension
6. Contribution: un sens du service et une concentration sur l'aide, le don et le soutien aux autres

Chacun classe ces besoins humains différemment, et la façon dont ils sont classés explique pourquoi vous êtes ce que vous êtes en tant que personne. Les quatre principaux besoins de la liste ci-dessus façonnent notre personnalité, tandis que les deux derniers (croissance et contribution) façonnent nos besoins spirituels. Les besoins des gens peuvent être satisfaits de diverses manières que nous recherchons à travers nos relations, nos carrières, nos intérêts personnels et plus encore. Voici plus sur les besoins humains fondamentaux et ce qu'ils signifient.

Certitude

Si la certitude est l'un de vos besoins fondamentaux, vous devez vous sentir en sécurité pour l'avenir. Lorsque vous recevez une reconnaissance positive, cela peut s'accompagner d'un besoin de certitude que la reconnaissance est authentique et se poursuivra. Afin de vivre une vie remplie de certitude, votre vie doit rester la même - une attente presque impossible à réaliser. Ainsi, vous contrôlez artificiellement votre environnement en modifiant vos attentes ou en évitant de nouvelles situations ou personnes. Ce processus vous donne l'assurance que vos actions éviteront la douleur ou procureront du plaisir, ce qui répondra alors au besoin humain fondamental de certitude.

Comment savoir si la certitude fait partie de vos besoins fondamentaux : Vous êtes digne de confiance et faites toujours ce que vous dites que vous ferez. Vous aimez planifier, respectez un emploi du temps et êtes très organisé. Vous hésitez à prendre des risques et à vivre de nouvelles expériences. Vous pouvez tomber dans des comportements addictifs ou obsessionnels.

Comment répondre à un besoin de certitude : Trouvez des activités qui vous plaisent, mais qui vous poussent aussi légèrement hors de votre zone de confort. Intégrez des routines saines et stimulantes dans votre vie. Redonner aux autres pour promouvoir la croissance et la contribution de manière cohérente.

Incertitude/variété

Bien qu'il soit important de comprendre la beauté de l'incertitude, ceux qui la considèrent comme l'un de leurs principaux besoins humains fondamentaux peuvent la pousser à l'extrême. Ils s'engagent dans des changements fréquents de travail ou de relations pour des raisons de variété, ou prennent des risques inutiles pour obtenir la poussée d'adrénaline dont ils rêvent. Cependant, si l'incertitude est l'un de vos 6 principaux besoins humains, vous n'aurez pas peur de prendre des risques et n'éviterez pas de nouvelles situations ou personnes.

Comment savoir si la variété fait partie de vos besoins fondamentaux : Vous êtes généralement extraverti et aimez rencontrer de nouvelles personnes. Vous êtes toujours prêt à faire quelque chose de nouveau et avez de nombreux intérêts. Vous pouvez être flou et manquer de compétences en planification, et peut-être repousser les gens dans les relations.

Comment répondre à un besoin de variété : Nourrissez votre esprit régulièrement avec une variété de nouvelles informations. Changez votre routine d'exercice, mangez de nouveaux aliments et suivez des cours avec de nouvelles personnes. Apprenez à allumer la passion dans votre vie et vos relations.

Importance

Si l'importance fait partie des deux premiers de vos 6 besoins humains, alors une partie de la satisfaction de ce besoin comprend la reconnaissance. Cela se traduit par un désir d'être vu, entendu et écouté – bref, vous voulez être remarqué. Vous mesurez l'importance par ce qui, selon vous, vous rend unique par rapport à tous ceux qui vous entourent. La reconnaissance vous procure un sentiment de validation qui vous fait vous sentir vu, spécial et/ou nécessaire. La reconnaissance est une force motrice majeure du comportement humain car elle nous fournit un système de mesure pour analyser et suivre notre importance. La reconnaissance est également un élément extrêmement important pour maintenir la productivité des employés.

Ceux qui ne conçoivent pas une façon positive de se sentir significatif peuvent finir par prendre des mesures drastiques pour se sentir bien, comme se tourner vers l'alcool ou se disputer fréquemment. D'autres s'entourent de personnes qu'ils considèrent comme moins qualifiées ou accomplies pour contraster avec leurs propres réalisations. L'un ou l'autre scénario peut entraîner une importance accrue, mais aucun des deux comportements n'est particulièrement sain.

Comment savoir si l'importance est l'un de vos besoins fondamentaux : Vous êtes très motivé pour réussir et aimez fixer et atteindre des objectifs. Vous vous engagez pour une cause – ou plusieurs causes. D'autres vous disent que vous vous démarquez. Vous pouvez être trop compétitif, perfectionniste ou dramatique.

Comment répondre à un besoin de signification : Canalisez votre nature compétitive vers des activités saines en apprenant un nouveau sport ou une nouvelle compétence ou en faisant du bénévolat. Travaillez sur vos compétences relationnelles pour devenir un leader plus équilibré . Engagez-vous pour une maîtrise totale de votre métier ou de votre carrière.

Connexion/amour

Si la connexion/l'amour est votre principal besoin humain de base, vous êtes constamment à la recherche d'une relation étroite avec quelqu'un ou quelque chose. Vous comprenez vraiment que l'amour vous réveille au don de la vie. Les gens ont besoin d'amour, et cela peut conduire à des relations incroyablement épanouissantes, mais cela peut aussi vous amener à sacrifier vos soins personnels afin de prendre soin des autres ou de maintenir un partenariat.

Comment savoir si la connexion est l'une de vos besoins fondamentaux : La loyauté et la générosité avec ceux que vous aimez sont vos premières valeurs. Vous donnez librement et les autres vous trouvent digne de confiance. Vous avez des liens sociaux forts, mais vous pouvez parfois perdre votre estime de vous-même et avoir du mal à dire « non ».

Comment répondre à un besoin de connexion : Soyez prêt à être vulnérable et à créer des amitiés plus profondes et plus significatives. Communiquez vos besoins à votre partenaire pour améliorer l'intimité. Atteignez une plus grande spiritualité par la prière, la méditation ou la connexion avec la nature.

Croissance

Ceux dont le besoin principal est la croissance s'efforcent toujours d'être meilleurs et d'apprendre plus. Ils sont très bons dans leur travail, mais ont tendance à passer rapidement à autre chose dès qu'ils pensent avoir atteint leur plein potentiel. Bien que leurs efforts constants pour s'améliorer garantissent qu'ils ne s'ennuieront jamais, ils peuvent pécher par excès de perfectionnisme et négliger le repos et la relaxation dont ils ont besoin pour maintenir un niveau de stress gérable.

Comment savoir si la croissance est l'un de vos besoins fondamentaux : Vous repoussez toujours les limites, à la fois les vôtres et celles qui vous sont fixées par les autres et par la société. Vous êtes très indépendant et n'êtes pas attaché aux choses matérielles. Vous pouvez avoir du mal à vous connecter avec les autres et à passer trop rapidement de vos relations.

Comment répondre à un besoin de croissance : Développez encore plus votre état d'esprit de croissance en vous mettant au défi non seulement d'apprendre, mais aussi de vraiment maîtriser une compétence difficile. N'oubliez pas la croissance émotionnelle et spirituelle : examinez vos croyances limitantes, apprenez à contrôler vos émotions et pratiquez la méditation ou l'amorçage.

Contribution

Le secret de la vie est de donner, et ceux qui considèrent la contribution comme l'un de leurs 6 principaux besoins humains le savent mieux que quiconque. Si vous avez besoin de contribuer, vous ferez probablement une grande différence dans votre communauté. Cependant, vous pouvez perdre de vue le fait que donner commence à la maison et négliger vos proches alors que vous changez le monde.

Comment savoir si la contribution est l'une de vos besoins fondamentaux : Vous êtes une personne extrêmement empathique et compatissante. Vous aimez redonner et partager ce que vous avez. Vous voulez laisser un héritage. Pourtant, vous pouvez facilement vous épuiser ou être exploité par les autres.

Comment répondre à un besoin de contribution : Redonner est la meilleure façon de répondre à ce besoin. Ne vous contentez pas de rejoindre un groupe de bénévoles, créez le vôtre. Plus la cause est proche de votre cœur, plus vous vous sentirez épanoui.


Contenu

Relations intimes Modifier

Les relations amoureuses en général Modifier

Les relations amoureuses ont été définies d'innombrables façons, par des écrivains, des philosophes, des religions, des scientifiques et, de nos jours, des conseillers en relations. Deux définitions populaires de l'amour sont la théorie triangulaire de l'amour de Sternberg et la théorie de l'amour de Fisher. [2] [3] [4] Sternberg définit l'amour en termes d'intimité, de passion et d'engagement, qu'il prétend existent à des niveaux variables dans différentes relations amoureuses. Fisher définit l'amour comme composé de trois étapes : l'attirance, l'amour romantique et l'attachement. Les relations amoureuses peuvent exister entre deux personnes de tout sexe ou au sein d'un groupe de personnes (voir polyamour).

Romance Modifier

La seule qualité déterminante d'une relation amoureuse est la présence de l'amour. L'amour est donc tout aussi difficile à définir. Hazan et Shaver [5] définissent l'amour, en utilisant la théorie de l'attachement d'Ainsworth, comme comprenant la proximité, le soutien émotionnel, l'exploration de soi et la détresse de séparation lorsqu'on se sépare de l'être cher. D'autres composants communément admis comme étant nécessaires à l'amour sont l'attirance physique, la similitude, [6] la réciprocité, [3] et la révélation de soi. [7]

Amour platonique Modifier

Comme le dictionnaire Merriam Webster explique l'amour platonique comme « l'amour conçu par Platon comme montant de la passion pour l'individu à la contemplation de l'universel et de l'idéal ». [8] C'est un amour qui est affectueux mais pas sexuel en termes modernes, il peut facilement être confondu avec une relation sexuelle.

Étapes de la vie Modifier

Les relations au début de l'adolescence sont caractérisées par la camaraderie, la réciprocité et les expériences sexuelles. À mesure que les adultes émergents mûrissent, ils commencent à développer des qualités d'attachement et de bienveillance dans leurs relations, notamment l'amour, les liens, la sécurité et le soutien aux partenaires. Les relations antérieures ont également tendance à être plus courtes et présentent une plus grande implication dans les réseaux sociaux. [9] Les relations ultérieures sont souvent marquées par le rétrécissement des réseaux sociaux, car le couple consacre plus de temps l'un à l'autre qu'aux associés. [10] Les relations ultérieures ont également tendance à présenter des niveaux d'engagement plus élevés. [9]

La plupart des psychologues et des conseillers relationnels prédisent un déclin de l'intimité et de la passion au fil du temps, remplacé par un accent accru sur l'amour compagnon (différent de l'amour compagnon adolescent par les qualités attentionnées, engagées et centrées sur le partenaire). Cependant, les études de couple n'ont trouvé aucune diminution de l'intimité ni de l'importance du sexe, de l'intimité et de l'amour passionné pour ceux qui vivent des relations plus longues ou plus tardives. [11] Les personnes âgées ont tendance à être plus satisfaites de leurs relations, mais sont confrontées à des obstacles plus importants pour entrer dans de nouvelles relations que les personnes plus jeunes ou d'âge moyen. [12] Les femmes plus âgées en particulier font face à des barrières sociales, démographiques et personnelles. veuves.

Autre significatif Modifier

Le terme autre significatif a gagné en popularité au cours des années 1990, reflétant l'acceptation croissante des relations « non hétéronormatives ». Il peut être utilisé pour éviter de faire une supposition sur le sexe ou le statut relationnel (par exemple, marié, cohabitant, union civile) du partenaire intime d'une personne. Les relations de cohabitation continuent d'augmenter, de nombreux partenaires considérant la cohabitation comme presque aussi sérieuse que le mariage ou comme un substitut au mariage. [12] Les personnes LGBTQ en particulier peuvent être confrontées à des défis uniques dans l'établissement et le maintien de relations intimes. La tension de « l'homo-négativité intériorisée » et de se présenter conformément aux normes de genre socialement acceptables peut réduire la satisfaction et les avantages émotionnels et de santé qu'ils éprouvent dans leurs relations. [13] [14] [15] Les jeunes LGBTQ manquent également du soutien social et des relations avec les pairs dont jouissent les jeunes hétéro-normatifs. [16] Néanmoins, les études comparatives des couples homosexuels et hétérosexuels ont trouvé peu de différences dans l'intensité, la qualité, la satisfaction ou l'engagement des relations. [17]

Relation conjugale Modifier

Bien que les relations non traditionnelles continuent d'augmenter, le mariage constitue toujours la majorité des relations, sauf parmi les adultes émergents. [18] Il est également encore considéré par beaucoup comme occupant une place de plus en plus importante parmi les structures familiales et sociales.

Relations familiales Modifier

Parent-enfant Modifier

Dans les temps anciens, les relations parents-enfants étaient souvent marquées par la peur, soit de la rébellion, soit de l'abandon, entraînant des rôles filiaux stricts, par exemple dans la Rome antique et la Chine. [19] [20] Freud a conçu le complexe d' Odipe, l'obsession supposée que les jeunes garçons ont envers leur mère et la peur et la rivalité qui l'accompagnent avec leurs pères, et le complexe d'Electre, dans lequel la jeune fille a le sentiment que sa mère l'a castrée. et devient donc obsédé par son père. Les idées de Freud ont influencé la réflexion sur les relations parent-enfant pendant des décennies. [21]

Une autre conception précoce des relations parent-enfant était que l'amour n'existait que comme un moteur biologique de survie et de confort de la part de l'enfant. [ citation requise ] En 1958, cependant, l'étude de Harry Harlow comparant les réactions de rhésus aux « mères » en fil de fer et aux « mères » en tissu a démontré la profondeur de l'émotion ressentie par les nourrissons. [ selon qui ? ]

L'étude a jeté les bases de la théorie de l'attachement de Mary Ainsworth, montrant comment les nourrissons utilisaient leurs « mères » en tissu comme base sûre à partir de laquelle explorer. [22] [23] Dans une série d'études utilisant le situation étrange, un scénario dans lequel un nourrisson est séparé puis réuni avec le parent, Ainsworth a défini trois styles de relation parent-enfant.

  • solidement attaché les nourrissons s'ennuient du parent, les accueillent joyeusement à leur retour et montrent une exploration normale et un manque de peur lorsque le parent est présent.
  • évitement précaire les nourrissons montrent peu de détresse lors de la séparation et ignorent la personne qui s'occupe de l'enfant à leur retour, ils explorent peu lorsque le parent est présent. Les nourrissons ont également tendance à être émotionnellement indisponibles. [24]
  • insécure ambivalent les nourrissons sont très angoissés par la séparation, mais continuent d'être angoissés au retour du parent. Ces nourrissons explorent également peu et affichent de la peur même lorsque le parent est présent.
  • certains psychologues ont suggéré un quatrième style d'attachement, désorganisé, ainsi appelé parce que le comportement des nourrissons semblait désorganisé ou désorienté. [25]

Les attachements sûrs sont liés à de meilleurs résultats sociaux et scolaires, à une plus grande intériorisation morale, [ plus d'explications nécessaires ] et moins de délinquance pour les enfants, et se sont avérés prédire le succès ultérieur de la relation. [26] [27] [3]

Pendant la majeure partie de la fin du XIXe au XXe siècle, la perception des relations adolescent-parent était celle d'une période de bouleversement. G. Stanley Hall a popularisé le « Sturm und drang », ou tempête et stress, modèle de l'adolescence. [ citation requise ] La recherche psychologique a brossé un tableau beaucoup plus apprivoisé. Bien que les adolescents soient plus à risque et que les adultes émergents aient des taux de suicide plus élevés, ils sont largement moins volatiles et ont de bien meilleures relations avec leurs parents que cela [ lequel? ] suggérerait [28] Le début de l'adolescence marque souvent un déclin de la qualité de la relation parent-enfant, qui se re-stabilise ensuite au cours de l'adolescence, et les relations sont parfois meilleures à la fin de l'adolescence qu'avant son apparition. [29] Avec l'augmentation de l'âge moyen au mariage et l'augmentation du nombre de jeunes fréquentant l'université et vivant avec leurs parents après l'adolescence, le concept d'une nouvelle période appelée l'émergence de l'âge adulte a gagné en popularité. Cette période est considérée comme une période d'incertitude et d'expérimentation entre l'adolescence et l'âge adulte. Au cours de cette étape, les relations interpersonnelles sont considérées comme plus centrées sur soi et les relations avec les parents peuvent toujours avoir une influence. [30]

Frères et sœurs Modifier

Les relations fraternelles ont un effet profond sur les résultats sociaux, psychologiques, émotionnels et scolaires. Bien que la proximité et le contact diminuent généralement avec le temps, les liens entre frères et sœurs continuent d'affecter les gens tout au long de leur vie. Les relations fraternelles sont affectées par les relations parent-enfant, de sorte que les relations fraternelles dans l'enfance reflètent souvent les aspects positifs ou négatifs des relations des enfants avec leurs parents. [31]

Autres exemples de relations interpersonnelles Modifier

  • Amitié égalitaire et platonique [32] - une personne avec laquelle un individu entretient une interaction amicale malgré un conflit sous-jacent, pouvant englober la rivalité, la méfiance, la jalousie ou la compétition [33]
  • Relations d'affaires et employé et locataire
  • Collaborateur

Les relations interpersonnelles sont des systèmes dynamiques qui changent continuellement au cours de leur existence. Comme les organismes vivants, les relations ont un début, une durée de vie et une fin. Ils ont tendance à grandir et à s'améliorer progressivement, à mesure que les gens apprennent à se connaître et à se rapprocher émotionnellement, ou ils se détériorent progressivement à mesure que les gens s'éloignent, poursuivent leur vie et nouent de nouvelles relations avec les autres. L'un des modèles de développement relationnel les plus influents a été proposé par le psychologue George Levinger. [34] Ce modèle a été formulé pour décrire les relations amoureuses hétérosexuelles entre adultes, mais il a également été appliqué à d'autres types de relations interpersonnelles. Selon le modèle, le développement naturel d'une relation suit cinq étapes :

  1. Connaissance et connaissance – Faire connaissance dépend des relations antérieures, de la proximité physique, des premières impressions et de divers autres facteurs. Si deux personnes commencent à s'aimer, des interactions continues peuvent mener à l'étape suivante, mais la connaissance peut se poursuivre indéfiniment. Un autre exemple est l'association.
  2. Accumuler – Au cours de cette étape, les gens commencent à se faire confiance et à se soucier les uns des autres. Le besoin d'intimité, de compatibilité et d'agents de filtrage tels que l'arrière-plan et les objectifs communs influenceront la poursuite ou non de l'interaction.
  3. Continuation - Cette étape fait suite à un engagement mutuel dans une amitié à long terme, une relation amoureuse ou même un mariage assez forte et étroite. Il s'agit généralement d'une période longue et relativement stable. Néanmoins, une croissance et un développement continus se produiront pendant cette période. La confiance mutuelle est importante pour maintenir la relation.
  4. Détérioration – Toutes les relations ne se détériorent pas, mais celles qui le font ont tendance à montrer des signes de difficultés. L'ennui, le ressentiment et l'insatisfaction peuvent survenir, et les individus peuvent moins communiquer et éviter de se dévoiler. Une perte de confiance et des trahisons peuvent survenir au fur et à mesure que la spirale descendante se poursuit, mettant finalement fin à la relation. (Alternativement, les participants peuvent trouver un moyen de résoudre les problèmes et de rétablir la confiance et la croyance en les autres.)
  5. Fin – L'étape finale marque la fin de la relation, soit par des ruptures, la mort ou par une séparation spatiale pendant un certain temps et rompant tous les liens existants d'amitié ou d'amour romantique.

Mettre fin à une relation Modifier

Selon la dernière Revue systématique de la littérature économique sur les facteurs associés à la satisfaction de vie (datant de 2007), les relations stables et sûres sont bénéfiques et, par conséquent, la dissolution des relations est nocive. [35]

L'American Psychological Association a résumé les preuves sur les ruptures. La rupture peut en fait être une expérience positive lorsque la relation n'a pas élargi le moi et lorsque la rupture conduit à une croissance personnelle. Ils recommandent également certaines façons de faire face à l'expérience :

  • Se concentrer volontairement sur les aspects positifs de la rupture (« les facteurs ayant mené à la rupture, la rupture réelle et le moment juste après la rupture »)
  • Minimiser les émotions négatives
  • Tenir un journal des aspects positifs de la rupture (par exemple « confort, confiance, autonomisation, énergie, bonheur, optimisme, soulagement, satisfaction, gratitude et sagesse »). Cet exercice fonctionne mieux, mais pas exclusivement, lorsque la rupture est mutuelle. [36]

Moins de temps entre une rupture et une relation ultérieure prédit une meilleure estime de soi, une sécurité d'attachement, une stabilité émotionnelle, un respect pour votre nouveau partenaire et un plus grand bien-être. De plus, les relations de rebond ne durent pas moins longtemps que les relations régulières. [37] [38] 60% des gens sont amis avec un ou plusieurs ex. [39] 60% des personnes ont eu une relation occasionnelle. 37% des couples en cohabitation et 23% des mariés ont rompu et se sont remis avec leur partenaire actuel. [40]

Mettre fin à une relation conjugale implique un divorce. Une des raisons invoquées pour le divorce est l'infidélité. Les déterminants de l'infidélité sont débattus par les prestataires de services de rencontres, les féministes, les universitaires et les communicateurs scientifiques. [41] [42] [43] [44] Selon Psychology Today, le niveau d'engagement des femmes, plutôt que des hommes, détermine plus fortement si une relation se poursuivra. [45]

Abusif Modifier

Les relations abusives impliquent soit de la maltraitance, soit de la violence d'une personne à une autre et comprennent la violence physique, la négligence physique, la violence sexuelle et la violence psychologique. [46] Les relations abusives au sein de la famille sont très répandues aux États-Unis et impliquent généralement des femmes ou des enfants comme victimes. [47] Les facteurs individuels communs pour les agresseurs comprennent une faible estime de soi, un mauvais contrôle des impulsions, un locus externe de contrôle, la consommation de drogues, l'abus d'alcool et une affectivité négative. [48] ​​Il existe également des facteurs externes tels que le stress, la pauvreté et la perte qui contribuent à la probabilité d'abus. [49]

Codépendant Modifier

La codépendance s'est initialement concentrée sur un partenaire codépendant permettant la toxicomanie, mais est devenue plus largement définie pour décrire une relation dysfonctionnelle avec une dépendance extrême ou une préoccupation pour une autre personne. [50] Certains qualifient même la codépendance de dépendance à la relation. [51] L'objectif d'un individu codépendant a tendance à être mis sur l'état émotionnel, les choix comportementaux, les pensées et les croyances d'une autre personne. [52] Souvent, les personnes codépendantes se négligent au profit de la prise en charge des autres et ont du mal à développer pleinement leur identité par elles-mêmes. [53]

Narcissiques Modifier

Les narcissiques se concentrent sur eux-mêmes et s'éloignent souvent des relations intimes. L'objectif des relations interpersonnelles narcissiques est de promouvoir l'image de soi. [54] Généralement, les narcissiques montrent moins d'empathie dans les relations et voient l'amour de manière pragmatique ou comme un jeu impliquant les émotions des autres. [55] [54]

Les narcissiques font généralement partie du trouble de la personnalité, le trouble de la personnalité narcissique (NPD). Dans les relations, ils ont tendance à affecter l'autre personne car ils tentent de les utiliser pour améliorer leur estime de soi. [56] Des types spécifiques de NPD rendent une personne incapable d'avoir une relation interpersonnelle parce qu'elle est rusée, envieuse et méprisante. [56]

Les êtres humains sont intrinsèquement sociaux et sont façonnés par leurs expériences avec les autres. Il existe de multiples perspectives pour comprendre cette motivation inhérente à interagir avec les autres.

Besoin d'appartenir Modifier

Selon la hiérarchie des besoins de Maslow, les humains ont besoin de ressentir l'amour (sexuel/non sexuel) et l'acceptation des groupes sociaux (famille, groupes de pairs). En fait, le besoin d'appartenance est si inné qu'il peut être assez fort pour surmonter les besoins physiologiques et de sécurité, tels que l'attachement des enfants à des parents violents ou le maintien de relations amoureuses abusives. De tels exemples illustrent à quel point la pulsion psychobiologique d'appartenance est enracinée.

Échange social Modifier

Une autre façon d'apprécier l'importance des relations est en termes de cadre de récompense. Cette perspective suggère que les individus s'engagent dans des relations qui sont gratifiantes de manière à la fois tangible et intangible. Le concept s'inscrit dans une théorie plus large de l'échange social. Cette théorie est basée sur l'idée que les relations se développent à la suite d'une analyse coûts-avantages. Les individus recherchent des récompenses dans leurs interactions avec les autres et sont prêts à payer un prix pour ces récompenses. Dans le meilleur des cas, les récompenses dépasseront les coûts, produisant un gain net. Cela peut conduire à « faire le tour » ou à comparer constamment des alternatives pour maximiser les avantages ou les récompenses tout en minimisant les coûts.

Soi relationnel Modifier

Les relations sont également importantes pour leur capacité à aider les individus à développer un sentiment de soi. Le soi relationnel est la partie du concept de soi d'un individu qui se compose des sentiments et des croyances que l'on a à l'égard de soi et qui se développent en fonction des interactions avec les autres. [57] En d'autres termes, les émotions et les comportements d'une personne sont façonnés par des relations antérieures. La théorie du soi relationnel postule que les relations antérieures et existantes influencent les émotions et les comportements d'une personne dans ses interactions avec de nouveaux individus, en particulier ceux qui lui rappellent d'autres personnes dans sa vie. Des études ont montré que l'exposition à quelqu'un qui ressemble à un autre significatif active des croyances en soi spécifiques, changeant la façon dont on pense à soi dans le moment plus que l'exposition à quelqu'un qui ne ressemble pas à son autre significatif. [58]

Le pouvoir est la capacité d'influencer le comportement des autres. Lorsque deux parties ont ou revendiquent des niveaux de pouvoir inégaux, l'une est qualifiée de « dominante » et l'autre de « soumise ». Les expressions de dominance peuvent communiquer l'intention d'affirmer ou de maintenir la dominance dans une relation. Être soumis peut être bénéfique car cela permet d'économiser du temps, du stress émotionnel et peut éviter des actions hostiles telles que la rétention de ressources, la cessation de la coopération, la fin de la relation, le maintien d'une rancune ou même la violence physique. La soumission se produit à différents degrés, par exemple, certains employés peuvent suivre les ordres sans poser de questions, tandis que d'autres peuvent exprimer leur désaccord mais céder lorsqu'ils sont pressés.

Des groupes de personnes peuvent former une hiérarchie de dominance. Par exemple, une organisation hiérarchique utilise une hiérarchie de commandes pour une gestion descendante. Cela peut réduire le temps perdu dans les conflits sur des décisions sans importance, empêcher que des décisions incohérentes nuisent aux opérations de l'organisation, maintenir l'alignement d'une grande population de travailleurs avec les objectifs des propriétaires (que les travailleurs pourraient ne pas partager personnellement) et, si la promotion est sur la base du mérite, aider à garantir que les personnes ayant la meilleure expertise prennent des décisions importantes. Cela contraste avec la prise de décision de groupe et les systèmes qui encouragent la prise de décision et l'auto-organisation par les employés de première ligne, qui dans certains cas peuvent avoir de meilleures informations sur les besoins des clients ou sur la façon de travailler efficacement. La domination n'est qu'un aspect de la structure organisationnelle.

Une structure de pouvoir décrit les relations de pouvoir et de domination dans une société plus large. Par exemple, une société féodale sous une monarchie présente une forte hiérarchie de dominance à la fois économique et physique, alors que les relations de dominance dans une société avec la démocratie et le capitalisme sont plus compliquées.

Dans les relations d'affaires, la domination est souvent associée au pouvoir économique. Par exemple, une entreprise peut adopter une attitude de soumission envers les préférences des clients (stocker ce que les clients veulent acheter) et les plaintes (« le client a toujours raison ») afin de gagner plus d'argent. Une entreprise ayant un pouvoir de monopole peut être moins sensible aux plaintes des clients parce qu'elle peut se permettre d'adopter une position dominante. Dans un partenariat commercial, un « partenaire silencieux » est celui qui adopte une position de soumission dans tous les aspects, mais conserve la propriété financière et une part des bénéfices.

Deux partis peuvent être dominants dans des domaines différents.Par exemple, dans une relation amicale ou amoureuse, une personne peut avoir des opinions bien arrêtées sur l'endroit où dîner, tandis que l'autre a des opinions bien arrêtées sur la façon de décorer un espace partagé. Il pourrait être bénéfique pour la partie ayant des préférences faibles d'être soumise dans ce domaine car cela ne la rendra pas malheureuse et évitera un conflit avec la partie qui serait malheureuse.

Le modèle du soutien de famille est associé à des attributions de rôles de genre où l'homme dans un mariage hétérosexuel serait dominant dans tous les domaines.

La théorie de l'échange social et le modèle d'investissement de Rusbult montrent que la satisfaction relationnelle est basée sur trois facteurs : les récompenses, les coûts et les niveaux de comparaison (Miller, 2012). [59] Les récompenses font référence à tous les aspects positifs du partenaire ou de la relation. À l'inverse, les coûts sont les aspects négatifs ou désagréables du partenaire ou de sa relation. Le niveau de comparaison comprend ce que chaque partenaire attend de la relation. Le niveau de comparaison est influencé par les relations passées et les attentes relationnelles générales qui leur sont enseignées par la famille et les amis.

Les individus en relation à distance, les LDR, ont évalué leurs relations comme plus satisfaisantes que les individus en relation proximale, les PR. [60] [61] Alternativement, Holt et Stone (1988) ont constaté que les couples à distance qui pouvaient rencontrer leur partenaire au moins une fois par mois avaient des niveaux de satisfaction similaires à ceux des couples non mariés qui cohabitaient. [62] De plus, la satisfaction relationnelle était plus faible pour les membres des LDR qui voyaient leur partenaire moins d'une fois par mois. Les couples LDR ont signalé le même niveau de satisfaction relationnelle que les couples des PR, bien qu'ils ne se voient qu'une fois tous les 23 jours en moyenne. [63]

La théorie de l'échange social et le modèle d'investissement américain supposent tous deux que les relations à coûts élevés seraient moins satisfaisantes que les relations à faibles coûts. Les LDR ont un niveau de coûts plus élevé que les PR, par conséquent, on pourrait supposer que les LDR sont moins satisfaisants que les PR. Les individus dans les LDR sont plus satisfaits de leurs relations que les individus dans les PR. [61] Cela peut s'expliquer par les aspects uniques des LDR, la manière dont les individus utilisent les comportements de maintien des relations et les styles d'attachement des individus dans les relations. Par conséquent, les coûts et les avantages de la relation sont subjectifs pour l'individu, et les personnes dans les LDR ont tendance à déclarer des coûts inférieurs et des récompenses plus élevées dans leur relation par rapport aux PR. [61]

Théories et recherches empiriques Modifier

Confucianisme Modifier

Le confucianisme est une étude et une théorie des relations, en particulier au sein des hiérarchies. [64] L'harmonie sociale, objectif central du confucianisme, résulte en partie du fait que chaque individu connaît sa place dans l'ordre social et joue bien son rôle. Des devoirs particuliers découlent de la situation particulière de chacun par rapport aux autres. L'individu se trouve simultanément dans plusieurs relations différentes avec différentes personnes : en tant que junior par rapport aux parents et aux aînés et en tant qu'aîné par rapport aux frères et sœurs plus jeunes, aux étudiants et aux autres. Les juniors sont considérés dans le confucianisme comme devant la révérence de leurs seniors et les seniors ont des devoirs de bienveillance et de préoccupation envers les juniors. Aujourd'hui encore, l'accent est mis sur la réciprocité dans les cultures d'Asie de l'Est.

S'occuper des relations Modifier

La théorie des relations de pleine conscience montre comment la proximité dans les relations peut être améliorée. L'attention est le « processus de connaissance réciproque impliquant les pensées, les sentiments et les comportements ininterrompus et interdépendants des personnes dans une relation ». [65] Cinq composantes de « l'attention » comprennent : [66]

  1. Connaître et être connu : chercher à comprendre le partenaire
  2. Faire des attributions améliorant les relations pour les comportements : donner le bénéfice du doute
  3. Accepter et respecter : empathie et compétences sociales
  4. Maintien de la réciprocité : participation active à l'amélioration des relations
  5. Continuité de l'esprit : persister dans la pleine conscience

Perceptions populaires Modifier

Les perceptions populaires des relations intimes sont fortement influencées par les films et la télévision. Les messages courants sont que l'amour est prédestiné, le coup de foudre est possible et que l'amour avec la bonne personne réussit toujours. Ceux qui consomment le plus de médias liés à la romance ont tendance à croire en une romance prédestinée et à ce que ceux qui sont destinés à être ensemble se comprennent implicitement. Ces croyances, cependant, peuvent conduire à moins de communication et de résolution de problèmes ainsi qu'à l'abandon des relations plus facilement en cas de conflit. [67]

Réseaux sociaux Modifier

Les réseaux sociaux ont changé le visage des relations interpersonnelles. Les relations interpersonnelles romantiques ne sont pas moins impactées. Par exemple, aux États-Unis, Facebook est devenu une partie intégrante du processus de rencontres pour les adultes émergents. [68] Les médias sociaux peuvent avoir des impacts à la fois positifs et négatifs sur les relations amoureuses. Par exemple, les réseaux sociaux de soutien ont été liés à des relations plus stables. [69] Cependant, l'utilisation des médias sociaux peut également faciliter les conflits, la jalousie et les comportements agressifs passifs tels que l'espionnage d'un partenaire. [70] Outre les effets directs sur le développement, le maintien et la perception des relations amoureuses, l'utilisation excessive des réseaux sociaux est liée à la jalousie et à l'insatisfaction dans les relations. [71]


Quelle est votre motivation ?

Pourquoi faire tu chercher du sexe ? Les motivations se répartissent généralement en quatre catégories principales, selon les psychologues de l'UT-Austin qui ont interrogé plus de 1 500 étudiants de premier cycle sur leurs attitudes et expériences sexuelles :

  • Raisons physiques : Plaisir, soulagement du stress, exercice, curiosité sexuelle ou attirance pour une personne
  • Raisons basées sur les objectifs : Faire un bébé, améliorer son statut social (par exemple, devenir populaire) ou se venger
  • Raisons émotionnelles : Amour, engagement ou gratitude
  • Raisons d'insécurité : Pour renforcer l'estime de soi, empêcher un partenaire de chercher des relations sexuelles ailleurs, ou de ressentir un sentiment de devoir ou de pression (par exemple, un partenaire insiste pour avoir des relations sexuelles)

A continué


Pourquoi voulez-vous être en couple ?

Si vous êtes une personne qui veut être en couple, avez-vous pensé à pourquoi ? En fait, il y a deux raisons très différentes de vouloir une relation. Le premier concerne ce que vous voulez obtenir et le second ce que vous voulez apprendre et partager.

Vouloir une relation pour obtenir

Ce qu'ils pourraient ne pas dire d'emblée, c'est qu'ils veulent une relation pour :

Vous pensez peut-être : « . me remplit, enlève ma solitude et me fait me sentir bien dans ma peau ?"

Il y a vraiment une autre raison de vouloir être en couple.

Vouloir une relation pour guérir, apprendre et partager l'amour

L'autre raison d'être dans une relation vient du fait que les relations sont le terrain le plus fertile pour apprendre ce qui n'est pas guéri en nous, et pour avoir une arène pour guérir. La plupart d'entre nous ont des bagages de l'enfance que nous portons dans notre relation primaire - comme les peurs du rejet et les peurs de l'engloutissement. Ces peurs se jouent généralement avec un partenaire, ce qui nous offre une opportunité incroyable de les connaître et de les guérir. La relation peut être le doctorat. de croissance personnelle!

En savoir plus sur vos peurs de l'intimité, ainsi que sur les problèmes de contrôle qui peuvent survenir avec un partenaire principal, peut conduire à une grande croissance personnelle, améliorant ainsi votre capacité à aimer. Plus vous apprenez à assumer la responsabilité de vos propres sentiments - apprendre à vous aimer, à vous chérir, à vous sentir spécial et valorisé - plus vous voudrez peut-être une relation afin de partage ton amour plutôt que obtenir l'amour. Contrairement à ce que beaucoup croient, ce n'est pas l'amour qui enlève la solitude, mais le partage de l'amour.

L'expérience la plus profonde et la plus belle de la vie est le partage de l'amour. Mais nous ne pouvons pas partager notre amour à moins d'être remplis d'amour. Lorsque nous apprenons à nous remplir d'amour à partir de notre "Source" -- quelle qu'elle soit pour chaque personne, comme la nature, l'esprit, Dieu, l'énergie de l'univers -- alors nous venons à notre partenaire avec une plénitude intérieure plutôt qu'avec une vide. Plutôt que d'avoir besoin d'un partenaire pour nous compléter, nous souhaitons partager notre complétude avec notre partenaire.

Lorsque deux personnes se réunissent pour obtenir l'amour plutôt que pour apprendre, guérir et partager l'amour, il y a de fortes chances que leur relation ne dure pas. Avec les deux partenaires essayant d'être aimés et comblés par l'autre, et aucun n'ayant appris à s'aimer et à se combler, chacun sera finalement déçu. Très souvent, l'un ou les deux pourraient croire qu'ils ont choisi le mauvais partenaire.

Lorsque deux personnes se réunissent parce qu'elles veulent apprendre ensemble, grandir ensemble, guérir ensemble, partager leur temps et leur compagnie, et partager leur amour et leur passion, elles ont de bonnes chances de créer une relation amoureuse durable.


Tout ce que vous devez savoir sur la psychologie du choix

Dans cet article, vous découvrirez 1) un introduction au choix et à la psychologie qui le sous-tend, 2) démystifier la psychologie du choix, 3) biais et choix, et 4) pourquoi il est si difficile de faire un choix pour la plupart d'entre nous.


L'amour et l'appartenance font partie de la hiérarchie des besoins de Maslow&aposs. Cette pyramide a été créée sur la base du point de vue d'Abraham Maslow sur ce dont les humains ont besoin pour grandir et enfin atteindre la "réalisation de soi". Une fois que ses besoins physiologiques tels que la respiration, l'eau, la nourriture, etc. et le sentiment de sécurité et de sécurité sont satisfaits, une personne a besoin de ressentir de l'amour et de l'appartenance pour grandir. Je pense que c'est en grande partie à cause de la motivation que l'amour nous donne pour atteindre les prochains niveaux d'estime et ensuite être satisfaits de nos vies.

L'amour vient plus d'une pulsion physique qu'émotionnelle. Le besoin d'aimer au sens romantique vient de l'instinct animal dont nous avons besoin pour procréer et maintenir notre race en vie. Nous avons également un instinct naturel d'aimer et de prendre soin de nos enfants, tout comme la plupart des autres mammifères qui élèvent leurs enfants jusqu'à ce qu'ils soient prêts et capables de s'aventurer seuls.

Sans l'accomplissement de se sentir aimé ou d'aimer autre chose, une personne n'a pas la motivation pour accomplir quoi que ce soit. Lorsque les gens ne sont pas motivés dans leur vie, la volonté de répondre aux besoins de base n'est pas aussi forte et la réalisation de soi ne peut pas se produire. Même les personnes non sociales ont besoin d'aimer et d'appartenir à quelque chose avant de pouvoir atteindre l'estime et mener une vie heureuse et motivée.


Que sont les 6 besoins humains?

1. Certitude: l'assurance que vous pouvez éviter la douleur et gagner du plaisir
2. Incertitude/Variété: le besoin d'inconnu, de changement, de nouveaux stimuli
3. Importance: se sentir unique, important, spécial ou nécessaire
4. Connexion/Amour: un fort sentiment de proximité ou d'union avec quelqu'un ou quelque chose
5. Croissance: une expansion de la capacité, de la capacité ou de la compréhension
6. Contribution: un sens du service et une concentration sur l'aide, le don et le soutien aux autres

Chacun classe ces besoins humains différemment, et la façon dont ils sont classés explique pourquoi vous êtes ce que vous êtes en tant que personne. Les quatre principaux besoins de la liste ci-dessus façonnent notre personnalité, tandis que les deux derniers (croissance et contribution) façonnent nos besoins spirituels. Les besoins des gens peuvent être satisfaits de diverses manières que nous recherchons à travers nos relations, nos carrières, nos intérêts personnels et plus encore. Voici plus sur les besoins humains fondamentaux et ce qu'ils signifient.

Certitude

Si la certitude est l'un de vos besoins fondamentaux, vous devez vous sentir en sécurité pour l'avenir. Lorsque vous recevez une reconnaissance positive, cela peut s'accompagner d'un besoin de certitude que la reconnaissance est authentique et se poursuivra. Afin de vivre une vie remplie de certitude, votre vie doit rester la même - une attente presque impossible à réaliser. Ainsi, vous contrôlez artificiellement votre environnement en modifiant vos attentes ou en évitant de nouvelles situations ou personnes. Ce processus vous donne l'assurance que vos actions éviteront la douleur ou procureront du plaisir, ce qui répondra alors au besoin humain fondamental de certitude.

Comment savoir si la certitude fait partie de vos besoins fondamentaux : Vous êtes digne de confiance et faites toujours ce que vous dites que vous ferez. Vous aimez planifier, respectez un emploi du temps et êtes très organisé. Vous hésitez à prendre des risques et à vivre de nouvelles expériences. Vous pouvez tomber dans des comportements addictifs ou obsessionnels.

Comment répondre à un besoin de certitude : Trouvez des activités qui vous plaisent, mais qui vous poussent aussi légèrement hors de votre zone de confort. Intégrez des routines saines et stimulantes dans votre vie. Redonner aux autres pour promouvoir la croissance et la contribution de manière cohérente.

Incertitude/variété

Bien qu'il soit important de comprendre la beauté de l'incertitude, ceux qui la considèrent comme l'un de leurs principaux besoins humains fondamentaux peuvent la pousser à l'extrême. Ils s'engagent dans des changements fréquents de travail ou de relations pour des raisons de variété, ou prennent des risques inutiles pour obtenir la poussée d'adrénaline dont ils rêvent. Cependant, si l'incertitude est l'un de vos 6 principaux besoins humains, vous n'aurez pas peur de prendre des risques et n'éviterez pas de nouvelles situations ou personnes.

Comment savoir si la variété fait partie de vos besoins fondamentaux : Vous êtes généralement extraverti et aimez rencontrer de nouvelles personnes. Vous êtes toujours prêt à faire quelque chose de nouveau et avez de nombreux intérêts. Vous pouvez être flou et manquer de compétences en planification, et peut-être repousser les gens dans les relations.

Comment répondre à un besoin de variété : Nourrissez votre esprit régulièrement avec une variété de nouvelles informations. Changez votre routine d'exercice, mangez de nouveaux aliments et suivez des cours avec de nouvelles personnes. Apprenez à allumer la passion dans votre vie et vos relations.

Importance

Si l'importance fait partie des deux premiers de vos 6 besoins humains, alors une partie de la satisfaction de ce besoin comprend la reconnaissance. Cela se traduit par un désir d'être vu, entendu et écouté – bref, vous voulez être remarqué. Vous mesurez l'importance par ce qui, selon vous, vous rend unique par rapport à tous ceux qui vous entourent. La reconnaissance vous procure un sentiment de validation qui vous fait vous sentir vu, spécial et/ou nécessaire. La reconnaissance est une force motrice majeure du comportement humain car elle nous fournit un système de mesure pour analyser et suivre notre importance. La reconnaissance est également un élément extrêmement important pour maintenir la productivité des employés.

Ceux qui ne conçoivent pas une façon positive de se sentir significatif peuvent finir par prendre des mesures drastiques pour se sentir bien, comme se tourner vers l'alcool ou se disputer fréquemment. D'autres s'entourent de personnes qu'ils considèrent comme moins qualifiées ou accomplies pour contraster avec leurs propres réalisations. L'un ou l'autre scénario peut entraîner une importance accrue, mais aucun des deux comportements n'est particulièrement sain.

Comment savoir si l'importance est l'un de vos besoins fondamentaux : Vous êtes très motivé pour réussir et aimez fixer et atteindre des objectifs. Vous vous engagez pour une cause – ou plusieurs causes. D'autres vous disent que vous vous démarquez. Vous pouvez être trop compétitif, perfectionniste ou dramatique.

Comment répondre à un besoin de signification : Canalisez votre nature compétitive vers des activités saines en apprenant un nouveau sport ou une nouvelle compétence ou en faisant du bénévolat. Travaillez sur vos compétences relationnelles pour devenir un leader plus équilibré . Engagez-vous pour une maîtrise totale de votre métier ou de votre carrière.

Connexion/amour

Si la connexion/l'amour est votre principal besoin humain de base, vous êtes constamment à la recherche d'une relation étroite avec quelqu'un ou quelque chose. Vous comprenez vraiment que l'amour vous réveille au don de la vie. Les gens ont besoin d'amour, et cela peut conduire à des relations incroyablement épanouissantes, mais cela peut aussi vous amener à sacrifier vos soins personnels afin de prendre soin des autres ou de maintenir un partenariat.

Comment savoir si la connexion est l'une de vos besoins fondamentaux : La loyauté et la générosité avec ceux que vous aimez sont vos premières valeurs. Vous donnez librement et les autres vous trouvent digne de confiance. Vous avez des liens sociaux forts, mais vous pouvez parfois perdre votre estime de vous-même et avoir du mal à dire « non ».

Comment répondre à un besoin de connexion : Soyez prêt à être vulnérable et à créer des amitiés plus profondes et plus significatives. Communiquez vos besoins à votre partenaire pour améliorer l'intimité. Atteignez une plus grande spiritualité par la prière, la méditation ou la connexion avec la nature.

Croissance

Ceux dont le besoin principal est la croissance s'efforcent toujours d'être meilleurs et d'apprendre plus. Ils sont très bons dans leur travail, mais ont tendance à passer rapidement à autre chose dès qu'ils pensent avoir atteint leur plein potentiel. Bien que leurs efforts constants pour s'améliorer garantissent qu'ils ne s'ennuieront jamais, ils peuvent pécher par excès de perfectionnisme et négliger le repos et la relaxation dont ils ont besoin pour maintenir un niveau de stress gérable.

Comment savoir si la croissance est l'un de vos besoins fondamentaux : Vous repoussez toujours les limites, à la fois les vôtres et celles qui vous sont fixées par les autres et par la société. Vous êtes très indépendant et n'êtes pas attaché aux choses matérielles. Vous pouvez avoir du mal à vous connecter avec les autres et à passer trop rapidement de vos relations.

Comment répondre à un besoin de croissance : Développez encore plus votre état d'esprit de croissance en vous mettant au défi non seulement d'apprendre, mais aussi de vraiment maîtriser une compétence difficile. N'oubliez pas la croissance émotionnelle et spirituelle : examinez vos croyances limitantes, apprenez à contrôler vos émotions et pratiquez la méditation ou l'amorçage.

Contribution

Le secret de la vie est de donner, et ceux qui considèrent la contribution comme l'un de leurs 6 principaux besoins humains le savent mieux que quiconque. Si vous avez besoin de contribuer, vous ferez probablement une grande différence dans votre communauté. Cependant, vous pouvez perdre de vue le fait que donner commence à la maison et négliger vos proches alors que vous changez le monde.

Comment savoir si la contribution est l'une de vos besoins fondamentaux : Vous êtes une personne extrêmement empathique et compatissante. Vous aimez redonner et partager ce que vous avez. Vous voulez laisser un héritage. Pourtant, vous pouvez facilement vous épuiser ou être exploité par les autres.

Comment répondre à un besoin de contribution : Redonner est la meilleure façon de répondre à ce besoin. Ne vous contentez pas de rejoindre un groupe de bénévoles, créez le vôtre. Plus la cause est proche de votre cœur, plus vous vous sentirez épanoui.


Contenu

Relations intimes Modifier

Les relations amoureuses en général Modifier

Les relations amoureuses ont été définies d'innombrables façons, par des écrivains, des philosophes, des religions, des scientifiques et, de nos jours, des conseillers en relations. Deux définitions populaires de l'amour sont la théorie triangulaire de l'amour de Sternberg et la théorie de l'amour de Fisher. [2] [3] [4] Sternberg définit l'amour en termes d'intimité, de passion et d'engagement, qu'il prétend existent à des niveaux variables dans différentes relations amoureuses. Fisher définit l'amour comme composé de trois étapes : l'attirance, l'amour romantique et l'attachement. Les relations amoureuses peuvent exister entre deux personnes de tout sexe ou au sein d'un groupe de personnes (voir polyamour).

Romance Modifier

La seule qualité déterminante d'une relation amoureuse est la présence de l'amour. L'amour est donc tout aussi difficile à définir. Hazan et Shaver [5] définissent l'amour, en utilisant la théorie de l'attachement d'Ainsworth, comme comprenant la proximité, le soutien émotionnel, l'exploration de soi et la détresse de séparation lorsqu'on se sépare de l'être cher. D'autres composants communément admis comme étant nécessaires à l'amour sont l'attirance physique, la similitude, [6] la réciprocité, [3] et la révélation de soi. [7]

Amour platonique Modifier

Comme le dictionnaire Merriam Webster explique l'amour platonique comme « l'amour conçu par Platon comme montant de la passion pour l'individu à la contemplation de l'universel et de l'idéal ». [8] C'est un amour qui est affectueux mais pas sexuel en termes modernes, il peut facilement être confondu avec une relation sexuelle.

Étapes de la vie Modifier

Les relations au début de l'adolescence sont caractérisées par la camaraderie, la réciprocité et les expériences sexuelles. À mesure que les adultes émergents mûrissent, ils commencent à développer des qualités d'attachement et de bienveillance dans leurs relations, notamment l'amour, les liens, la sécurité et le soutien aux partenaires. Les relations antérieures ont également tendance à être plus courtes et présentent une plus grande implication dans les réseaux sociaux. [9] Les relations ultérieures sont souvent marquées par le rétrécissement des réseaux sociaux, car le couple consacre plus de temps l'un à l'autre qu'aux associés. [10] Les relations ultérieures ont également tendance à présenter des niveaux d'engagement plus élevés. [9]

La plupart des psychologues et des conseillers relationnels prédisent un déclin de l'intimité et de la passion au fil du temps, remplacé par un accent accru sur l'amour compagnon (différent de l'amour compagnon adolescent par les qualités attentionnées, engagées et centrées sur le partenaire). Cependant, les études de couple n'ont trouvé aucune diminution de l'intimité ni de l'importance du sexe, de l'intimité et de l'amour passionné pour ceux qui vivent des relations plus longues ou plus tardives. [11] Les personnes âgées ont tendance à être plus satisfaites de leurs relations, mais sont confrontées à des obstacles plus importants pour entrer dans de nouvelles relations que les personnes plus jeunes ou d'âge moyen. [12] Les femmes plus âgées en particulier font face à des barrières sociales, démographiques et personnelles. veuves.

Autre significatif Modifier

Le terme autre significatif a gagné en popularité au cours des années 1990, reflétant l'acceptation croissante des relations « non hétéronormatives ». Il peut être utilisé pour éviter de faire une supposition sur le sexe ou le statut relationnel (par exemple, marié, cohabitant, union civile) du partenaire intime d'une personne. Les relations de cohabitation continuent d'augmenter, de nombreux partenaires considérant la cohabitation comme presque aussi sérieuse que le mariage ou comme un substitut au mariage. [12] Les personnes LGBTQ en particulier peuvent être confrontées à des défis uniques dans l'établissement et le maintien de relations intimes. La tension de « l'homo-négativité intériorisée » et de se présenter conformément aux normes de genre socialement acceptables peut réduire la satisfaction et les avantages émotionnels et de santé qu'ils éprouvent dans leurs relations. [13] [14] [15] Les jeunes LGBTQ manquent également du soutien social et des relations avec les pairs dont jouissent les jeunes hétéro-normatifs. [16] Néanmoins, les études comparatives des couples homosexuels et hétérosexuels ont trouvé peu de différences dans l'intensité, la qualité, la satisfaction ou l'engagement des relations. [17]

Relation conjugale Modifier

Bien que les relations non traditionnelles continuent d'augmenter, le mariage constitue toujours la majorité des relations, sauf parmi les adultes émergents. [18] Il est également encore considéré par beaucoup comme occupant une place de plus en plus importante parmi les structures familiales et sociales.

Relations familiales Modifier

Parent-enfant Modifier

Dans les temps anciens, les relations parents-enfants étaient souvent marquées par la peur, soit de la rébellion, soit de l'abandon, entraînant des rôles filiaux stricts, par exemple dans la Rome antique et la Chine. [19] [20] Freud a conçu le complexe d' Odipe, l'obsession supposée que les jeunes garçons ont envers leur mère et la peur et la rivalité qui l'accompagnent avec leurs pères, et le complexe d'Electre, dans lequel la jeune fille a le sentiment que sa mère l'a castrée. et devient donc obsédé par son père. Les idées de Freud ont influencé la réflexion sur les relations parent-enfant pendant des décennies. [21]

Une autre conception précoce des relations parent-enfant était que l'amour n'existait que comme un moteur biologique de survie et de confort de la part de l'enfant. [ citation requise ] En 1958, cependant, l'étude de Harry Harlow comparant les réactions de rhésus aux « mères » en fil de fer et aux « mères » en tissu a démontré la profondeur de l'émotion ressentie par les nourrissons. [ selon qui ? ]

L'étude a jeté les bases de la théorie de l'attachement de Mary Ainsworth, montrant comment les nourrissons utilisaient leurs « mères » en tissu comme base sûre à partir de laquelle explorer. [22] [23] Dans une série d'études utilisant le situation étrange, un scénario dans lequel un nourrisson est séparé puis réuni avec le parent, Ainsworth a défini trois styles de relation parent-enfant.

  • solidement attaché les nourrissons s'ennuient du parent, les accueillent joyeusement à leur retour et montrent une exploration normale et un manque de peur lorsque le parent est présent.
  • évitement précaire les nourrissons montrent peu de détresse lors de la séparation et ignorent la personne qui s'occupe de l'enfant à leur retour, ils explorent peu lorsque le parent est présent. Les nourrissons ont également tendance à être émotionnellement indisponibles. [24]
  • insécure ambivalent les nourrissons sont très angoissés par la séparation, mais continuent d'être angoissés au retour du parent. Ces nourrissons explorent également peu et affichent de la peur même lorsque le parent est présent.
  • certains psychologues ont suggéré un quatrième style d'attachement, désorganisé, ainsi appelé parce que le comportement des nourrissons semblait désorganisé ou désorienté. [25]

Les attachements sûrs sont liés à de meilleurs résultats sociaux et scolaires, à une plus grande intériorisation morale, [ plus d'explications nécessaires ] et moins de délinquance pour les enfants, et se sont avérés prédire le succès ultérieur de la relation. [26] [27] [3]

Pendant la majeure partie de la fin du XIXe au XXe siècle, la perception des relations adolescent-parent était celle d'une période de bouleversement. G. Stanley Hall a popularisé le « Sturm und drang », ou tempête et stress, modèle de l'adolescence. [ citation requise ] La recherche psychologique a brossé un tableau beaucoup plus apprivoisé. Bien que les adolescents soient plus à risque et que les adultes émergents aient des taux de suicide plus élevés, ils sont largement moins volatiles et ont de bien meilleures relations avec leurs parents que cela [ lequel? ] suggérerait [28] Le début de l'adolescence marque souvent un déclin de la qualité de la relation parent-enfant, qui se re-stabilise ensuite au cours de l'adolescence, et les relations sont parfois meilleures à la fin de l'adolescence qu'avant son apparition. [29] Avec l'augmentation de l'âge moyen au mariage et l'augmentation du nombre de jeunes fréquentant l'université et vivant avec leurs parents après l'adolescence, le concept d'une nouvelle période appelée l'émergence de l'âge adulte a gagné en popularité. Cette période est considérée comme une période d'incertitude et d'expérimentation entre l'adolescence et l'âge adulte. Au cours de cette étape, les relations interpersonnelles sont considérées comme plus centrées sur soi et les relations avec les parents peuvent toujours avoir une influence. [30]

Frères et sœurs Modifier

Les relations fraternelles ont un effet profond sur les résultats sociaux, psychologiques, émotionnels et scolaires. Bien que la proximité et le contact diminuent généralement avec le temps, les liens entre frères et sœurs continuent d'affecter les gens tout au long de leur vie. Les relations fraternelles sont affectées par les relations parent-enfant, de sorte que les relations fraternelles dans l'enfance reflètent souvent les aspects positifs ou négatifs des relations des enfants avec leurs parents. [31]

Autres exemples de relations interpersonnelles Modifier

  • Amitié égalitaire et platonique [32] - une personne avec laquelle un individu entretient une interaction amicale malgré un conflit sous-jacent, pouvant englober la rivalité, la méfiance, la jalousie ou la compétition [33]
  • Relations d'affaires et employé et locataire
  • Collaborateur

Les relations interpersonnelles sont des systèmes dynamiques qui changent continuellement au cours de leur existence. Comme les organismes vivants, les relations ont un début, une durée de vie et une fin. Ils ont tendance à grandir et à s'améliorer progressivement, à mesure que les gens apprennent à se connaître et à se rapprocher émotionnellement, ou ils se détériorent progressivement à mesure que les gens s'éloignent, poursuivent leur vie et nouent de nouvelles relations avec les autres. L'un des modèles de développement relationnel les plus influents a été proposé par le psychologue George Levinger. [34] Ce modèle a été formulé pour décrire les relations amoureuses hétérosexuelles entre adultes, mais il a également été appliqué à d'autres types de relations interpersonnelles. Selon le modèle, le développement naturel d'une relation suit cinq étapes :

  1. Connaissance et connaissance – Faire connaissance dépend des relations antérieures, de la proximité physique, des premières impressions et de divers autres facteurs. Si deux personnes commencent à s'aimer, des interactions continues peuvent mener à l'étape suivante, mais la connaissance peut se poursuivre indéfiniment. Un autre exemple est l'association.
  2. Accumuler – Au cours de cette étape, les gens commencent à se faire confiance et à se soucier les uns des autres. Le besoin d'intimité, de compatibilité et d'agents de filtrage tels que l'arrière-plan et les objectifs communs influenceront la poursuite ou non de l'interaction.
  3. Continuation - Cette étape fait suite à un engagement mutuel dans une amitié à long terme, une relation amoureuse ou même un mariage assez forte et étroite. Il s'agit généralement d'une période longue et relativement stable. Néanmoins, une croissance et un développement continus se produiront pendant cette période. La confiance mutuelle est importante pour maintenir la relation.
  4. Détérioration – Toutes les relations ne se détériorent pas, mais celles qui le font ont tendance à montrer des signes de difficultés. L'ennui, le ressentiment et l'insatisfaction peuvent survenir, et les individus peuvent moins communiquer et éviter de se dévoiler. Une perte de confiance et des trahisons peuvent survenir au fur et à mesure que la spirale descendante se poursuit, mettant finalement fin à la relation. (Alternativement, les participants peuvent trouver un moyen de résoudre les problèmes et de rétablir la confiance et la croyance en les autres.)
  5. Fin – L'étape finale marque la fin de la relation, soit par des ruptures, la mort ou par une séparation spatiale pendant un certain temps et rompant tous les liens existants d'amitié ou d'amour romantique.

Mettre fin à une relation Modifier

Selon la dernière Revue systématique de la littérature économique sur les facteurs associés à la satisfaction de vie (datant de 2007), les relations stables et sûres sont bénéfiques et, par conséquent, la dissolution des relations est nocive. [35]

L'American Psychological Association a résumé les preuves sur les ruptures. La rupture peut en fait être une expérience positive lorsque la relation n'a pas élargi le moi et lorsque la rupture conduit à une croissance personnelle. Ils recommandent également certaines façons de faire face à l'expérience :

  • Se concentrer volontairement sur les aspects positifs de la rupture (« les facteurs ayant mené à la rupture, la rupture réelle et le moment juste après la rupture »)
  • Minimiser les émotions négatives
  • Tenir un journal des aspects positifs de la rupture (par exemple « confort, confiance, autonomisation, énergie, bonheur, optimisme, soulagement, satisfaction, gratitude et sagesse »). Cet exercice fonctionne mieux, mais pas exclusivement, lorsque la rupture est mutuelle. [36]

Moins de temps entre une rupture et une relation ultérieure prédit une meilleure estime de soi, une sécurité d'attachement, une stabilité émotionnelle, un respect pour votre nouveau partenaire et un plus grand bien-être. De plus, les relations de rebond ne durent pas moins longtemps que les relations régulières. [37] [38] 60% des gens sont amis avec un ou plusieurs ex. [39] 60% des personnes ont eu une relation occasionnelle. 37% des couples en cohabitation et 23% des mariés ont rompu et se sont remis avec leur partenaire actuel. [40]

Mettre fin à une relation conjugale implique un divorce. Une des raisons invoquées pour le divorce est l'infidélité. Les déterminants de l'infidélité sont débattus par les prestataires de services de rencontres, les féministes, les universitaires et les communicateurs scientifiques. [41] [42] [43] [44] Selon Psychology Today, le niveau d'engagement des femmes, plutôt que des hommes, détermine plus fortement si une relation se poursuivra. [45]

Abusif Modifier

Les relations abusives impliquent soit de la maltraitance, soit de la violence d'une personne à une autre et comprennent la violence physique, la négligence physique, la violence sexuelle et la violence psychologique. [46] Les relations abusives au sein de la famille sont très répandues aux États-Unis et impliquent généralement des femmes ou des enfants comme victimes. [47] Les facteurs individuels communs pour les agresseurs comprennent une faible estime de soi, un mauvais contrôle des impulsions, un locus externe de contrôle, la consommation de drogues, l'abus d'alcool et une affectivité négative. [48] ​​Il existe également des facteurs externes tels que le stress, la pauvreté et la perte qui contribuent à la probabilité d'abus. [49]

Codépendant Modifier

La codépendance s'est initialement concentrée sur un partenaire codépendant permettant la toxicomanie, mais est devenue plus largement définie pour décrire une relation dysfonctionnelle avec une dépendance extrême ou une préoccupation pour une autre personne. [50] Certains qualifient même la codépendance de dépendance à la relation. [51] L'objectif d'un individu codépendant a tendance à être mis sur l'état émotionnel, les choix comportementaux, les pensées et les croyances d'une autre personne. [52] Souvent, les personnes codépendantes se négligent au profit de la prise en charge des autres et ont du mal à développer pleinement leur identité par elles-mêmes. [53]

Narcissiques Modifier

Les narcissiques se concentrent sur eux-mêmes et s'éloignent souvent des relations intimes. L'objectif des relations interpersonnelles narcissiques est de promouvoir l'image de soi. [54] Généralement, les narcissiques montrent moins d'empathie dans les relations et voient l'amour de manière pragmatique ou comme un jeu impliquant les émotions des autres. [55] [54]

Les narcissiques font généralement partie du trouble de la personnalité, le trouble de la personnalité narcissique (NPD). Dans les relations, ils ont tendance à affecter l'autre personne car ils tentent de les utiliser pour améliorer leur estime de soi. [56] Des types spécifiques de NPD rendent une personne incapable d'avoir une relation interpersonnelle parce qu'elle est rusée, envieuse et méprisante. [56]

Les êtres humains sont intrinsèquement sociaux et sont façonnés par leurs expériences avec les autres. Il existe de multiples perspectives pour comprendre cette motivation inhérente à interagir avec les autres.

Besoin d'appartenir Modifier

Selon la hiérarchie des besoins de Maslow, les humains ont besoin de ressentir l'amour (sexuel/non sexuel) et l'acceptation des groupes sociaux (famille, groupes de pairs). En fait, le besoin d'appartenance est si inné qu'il peut être assez fort pour surmonter les besoins physiologiques et de sécurité, tels que l'attachement des enfants à des parents violents ou le maintien de relations amoureuses abusives. De tels exemples illustrent à quel point la pulsion psychobiologique d'appartenance est enracinée.

Échange social Modifier

Une autre façon d'apprécier l'importance des relations est en termes de cadre de récompense. Cette perspective suggère que les individus s'engagent dans des relations qui sont gratifiantes de manière à la fois tangible et intangible. Le concept s'inscrit dans une théorie plus large de l'échange social. Cette théorie est basée sur l'idée que les relations se développent à la suite d'une analyse coûts-avantages. Les individus recherchent des récompenses dans leurs interactions avec les autres et sont prêts à payer un prix pour ces récompenses. Dans le meilleur des cas, les récompenses dépasseront les coûts, produisant un gain net. Cela peut conduire à « faire le tour » ou à comparer constamment des alternatives pour maximiser les avantages ou les récompenses tout en minimisant les coûts.

Soi relationnel Modifier

Les relations sont également importantes pour leur capacité à aider les individus à développer un sentiment de soi. Le soi relationnel est la partie du concept de soi d'un individu qui se compose des sentiments et des croyances que l'on a à l'égard de soi et qui se développent en fonction des interactions avec les autres. [57] En d'autres termes, les émotions et les comportements d'une personne sont façonnés par des relations antérieures. La théorie du soi relationnel postule que les relations antérieures et existantes influencent les émotions et les comportements d'une personne dans ses interactions avec de nouveaux individus, en particulier ceux qui lui rappellent d'autres personnes dans sa vie. Des études ont montré que l'exposition à quelqu'un qui ressemble à un autre significatif active des croyances en soi spécifiques, changeant la façon dont on pense à soi dans le moment plus que l'exposition à quelqu'un qui ne ressemble pas à son autre significatif. [58]

Le pouvoir est la capacité d'influencer le comportement des autres. Lorsque deux parties ont ou revendiquent des niveaux de pouvoir inégaux, l'une est qualifiée de « dominante » et l'autre de « soumise ». Les expressions de dominance peuvent communiquer l'intention d'affirmer ou de maintenir la dominance dans une relation. Être soumis peut être bénéfique car cela permet d'économiser du temps, du stress émotionnel et peut éviter des actions hostiles telles que la rétention de ressources, la cessation de la coopération, la fin de la relation, le maintien d'une rancune ou même la violence physique. La soumission se produit à différents degrés, par exemple, certains employés peuvent suivre les ordres sans poser de questions, tandis que d'autres peuvent exprimer leur désaccord mais céder lorsqu'ils sont pressés.

Des groupes de personnes peuvent former une hiérarchie de dominance. Par exemple, une organisation hiérarchique utilise une hiérarchie de commandes pour une gestion descendante. Cela peut réduire le temps perdu dans les conflits sur des décisions sans importance, empêcher que des décisions incohérentes nuisent aux opérations de l'organisation, maintenir l'alignement d'une grande population de travailleurs avec les objectifs des propriétaires (que les travailleurs pourraient ne pas partager personnellement) et, si la promotion est sur la base du mérite, aider à garantir que les personnes ayant la meilleure expertise prennent des décisions importantes. Cela contraste avec la prise de décision de groupe et les systèmes qui encouragent la prise de décision et l'auto-organisation par les employés de première ligne, qui dans certains cas peuvent avoir de meilleures informations sur les besoins des clients ou sur la façon de travailler efficacement. La domination n'est qu'un aspect de la structure organisationnelle.

Une structure de pouvoir décrit les relations de pouvoir et de domination dans une société plus large. Par exemple, une société féodale sous une monarchie présente une forte hiérarchie de dominance à la fois économique et physique, alors que les relations de dominance dans une société avec la démocratie et le capitalisme sont plus compliquées.

Dans les relations d'affaires, la domination est souvent associée au pouvoir économique. Par exemple, une entreprise peut adopter une attitude de soumission envers les préférences des clients (stocker ce que les clients veulent acheter) et les plaintes (« le client a toujours raison ») afin de gagner plus d'argent. Une entreprise ayant un pouvoir de monopole peut être moins sensible aux plaintes des clients parce qu'elle peut se permettre d'adopter une position dominante. Dans un partenariat commercial, un « partenaire silencieux » est celui qui adopte une position de soumission dans tous les aspects, mais conserve la propriété financière et une part des bénéfices.

Deux partis peuvent être dominants dans des domaines différents.Par exemple, dans une relation amicale ou amoureuse, une personne peut avoir des opinions bien arrêtées sur l'endroit où dîner, tandis que l'autre a des opinions bien arrêtées sur la façon de décorer un espace partagé. Il pourrait être bénéfique pour la partie ayant des préférences faibles d'être soumise dans ce domaine car cela ne la rendra pas malheureuse et évitera un conflit avec la partie qui serait malheureuse.

Le modèle du soutien de famille est associé à des attributions de rôles de genre où l'homme dans un mariage hétérosexuel serait dominant dans tous les domaines.

La théorie de l'échange social et le modèle d'investissement de Rusbult montrent que la satisfaction relationnelle est basée sur trois facteurs : les récompenses, les coûts et les niveaux de comparaison (Miller, 2012). [59] Les récompenses font référence à tous les aspects positifs du partenaire ou de la relation. À l'inverse, les coûts sont les aspects négatifs ou désagréables du partenaire ou de sa relation. Le niveau de comparaison comprend ce que chaque partenaire attend de la relation. Le niveau de comparaison est influencé par les relations passées et les attentes relationnelles générales qui leur sont enseignées par la famille et les amis.

Les individus en relation à distance, les LDR, ont évalué leurs relations comme plus satisfaisantes que les individus en relation proximale, les PR. [60] [61] Alternativement, Holt et Stone (1988) ont constaté que les couples à distance qui pouvaient rencontrer leur partenaire au moins une fois par mois avaient des niveaux de satisfaction similaires à ceux des couples non mariés qui cohabitaient. [62] De plus, la satisfaction relationnelle était plus faible pour les membres des LDR qui voyaient leur partenaire moins d'une fois par mois. Les couples LDR ont signalé le même niveau de satisfaction relationnelle que les couples des PR, bien qu'ils ne se voient qu'une fois tous les 23 jours en moyenne. [63]

La théorie de l'échange social et le modèle d'investissement américain supposent tous deux que les relations à coûts élevés seraient moins satisfaisantes que les relations à faibles coûts. Les LDR ont un niveau de coûts plus élevé que les PR, par conséquent, on pourrait supposer que les LDR sont moins satisfaisants que les PR. Les individus dans les LDR sont plus satisfaits de leurs relations que les individus dans les PR. [61] Cela peut s'expliquer par les aspects uniques des LDR, la manière dont les individus utilisent les comportements de maintien des relations et les styles d'attachement des individus dans les relations. Par conséquent, les coûts et les avantages de la relation sont subjectifs pour l'individu, et les personnes dans les LDR ont tendance à déclarer des coûts inférieurs et des récompenses plus élevées dans leur relation par rapport aux PR. [61]

Théories et recherches empiriques Modifier

Confucianisme Modifier

Le confucianisme est une étude et une théorie des relations, en particulier au sein des hiérarchies. [64] L'harmonie sociale, objectif central du confucianisme, résulte en partie du fait que chaque individu connaît sa place dans l'ordre social et joue bien son rôle. Des devoirs particuliers découlent de la situation particulière de chacun par rapport aux autres. L'individu se trouve simultanément dans plusieurs relations différentes avec différentes personnes : en tant que junior par rapport aux parents et aux aînés et en tant qu'aîné par rapport aux frères et sœurs plus jeunes, aux étudiants et aux autres. Les juniors sont considérés dans le confucianisme comme devant la révérence de leurs seniors et les seniors ont des devoirs de bienveillance et de préoccupation envers les juniors. Aujourd'hui encore, l'accent est mis sur la réciprocité dans les cultures d'Asie de l'Est.

S'occuper des relations Modifier

La théorie des relations de pleine conscience montre comment la proximité dans les relations peut être améliorée. L'attention est le « processus de connaissance réciproque impliquant les pensées, les sentiments et les comportements ininterrompus et interdépendants des personnes dans une relation ». [65] Cinq composantes de « l'attention » comprennent : [66]

  1. Connaître et être connu : chercher à comprendre le partenaire
  2. Faire des attributions améliorant les relations pour les comportements : donner le bénéfice du doute
  3. Accepter et respecter : empathie et compétences sociales
  4. Maintien de la réciprocité : participation active à l'amélioration des relations
  5. Continuité de l'esprit : persister dans la pleine conscience

Perceptions populaires Modifier

Les perceptions populaires des relations intimes sont fortement influencées par les films et la télévision. Les messages courants sont que l'amour est prédestiné, le coup de foudre est possible et que l'amour avec la bonne personne réussit toujours. Ceux qui consomment le plus de médias liés à la romance ont tendance à croire en une romance prédestinée et à ce que ceux qui sont destinés à être ensemble se comprennent implicitement. Ces croyances, cependant, peuvent conduire à moins de communication et de résolution de problèmes ainsi qu'à l'abandon des relations plus facilement en cas de conflit. [67]

Réseaux sociaux Modifier

Les réseaux sociaux ont changé le visage des relations interpersonnelles. Les relations interpersonnelles romantiques ne sont pas moins impactées. Par exemple, aux États-Unis, Facebook est devenu une partie intégrante du processus de rencontres pour les adultes émergents. [68] Les médias sociaux peuvent avoir des impacts à la fois positifs et négatifs sur les relations amoureuses. Par exemple, les réseaux sociaux de soutien ont été liés à des relations plus stables. [69] Cependant, l'utilisation des médias sociaux peut également faciliter les conflits, la jalousie et les comportements agressifs passifs tels que l'espionnage d'un partenaire. [70] Outre les effets directs sur le développement, le maintien et la perception des relations amoureuses, l'utilisation excessive des réseaux sociaux est liée à la jalousie et à l'insatisfaction dans les relations. [71]


Quelle est votre motivation ?

Pourquoi faire tu chercher du sexe ? Les motivations se répartissent généralement en quatre catégories principales, selon les psychologues de l'UT-Austin qui ont interrogé plus de 1 500 étudiants de premier cycle sur leurs attitudes et expériences sexuelles :

  • Raisons physiques : Plaisir, soulagement du stress, exercice, curiosité sexuelle ou attirance pour une personne
  • Raisons basées sur les objectifs : Faire un bébé, améliorer son statut social (par exemple, devenir populaire) ou se venger
  • Raisons émotionnelles : Amour, engagement ou gratitude
  • Raisons d'insécurité : Pour renforcer l'estime de soi, empêcher un partenaire de chercher des relations sexuelles ailleurs, ou de ressentir un sentiment de devoir ou de pression (par exemple, un partenaire insiste pour avoir des relations sexuelles)

A continué


La projection, c'est lorsqu'une personne attribue ses propres pensées et actions à quelqu'un d'autre. Par exemple, une personne infidèle peut accuser son partenaire de tricherie. Ainsi, la personne mise en cause dépense son énergie à se défendre au lieu de regarder de plus près son partenaire et de juger ses actions.

Une personne qui envoie des messages contradictoires peut se montrer intéressée pendant un certain temps, puis vous ignorer complètement pour recommencer à être intéressée plus tard. Alors à quoi ça sert ? Eh bien, ils peuvent le faire involontairement parce qu'ils ne sont pas sûrs de leurs propres sentiments. Mais s'ils le font intentionnellement, c'est dans le but de vous faire vous sentir désespéré et peu sûr de vous et de vous concentrer davantage sur eux.


Pourquoi certaines personnes sortent-elles avec plusieurs partenaires en même temps ?

Un lecteur a posé la question suivante : Je suis intéressé par les raisons pour lesquelles certaines personnes aiment sortir avec plusieurs personnes à la fois et d'autres ne se concentrent que sur une seule. Est-ce juste pour attirer l'attention ? Faible estime de soi? Ou peut-être est-ce la survie du plus fort - ne vous arrêtez pas sur un jusqu'à ce que vous soyez officiellement enfermé ?

Comme vous l'avez probablement remarqué, la plupart des cultures et des sociétés s'attendent à ce que les individus soient impliqués de manière romantique avec une seule personne à la fois. Cela vient probablement du fait que le mariage (qui est presque universellement défini comme l'union de deux personnes) est fréquemment présenté comme l'état de relation « idéal » pour lequel nous devrions tous lutter. En conséquence, il a tendance à être l'exception plutôt que la règle selon laquelle les gens déclarent ne pas pratiquer la monogamie.

Pour ceux qui s'impliquent avec plusieurs partenaires simultanément, pourquoi le font-ils ? Il peut y avoir un certain nombre de raisons. Certains pourraient le faire parce qu'ils ne sont tout simplement pas prêts à s'engager envers une personne, tandis que d'autres ne savent tout simplement pas ce qu'ils recherchent. D'autres peuvent être motivés par le narcissisme, la compulsion sexuelle ou un besoin de validation. Je dois également noter que certaines personnes ont simplement l'impression qu'elles peuvent aimer plusieurs personnes en même temps, une pratique connue sous le nom de polyamour.

En termes de ce que la recherche scientifique a à dire, vous étiez sur quelque chose lorsque vous avez mentionné la « survie du plus apte ». Le domaine de la psychologie évolutionniste pense que c'est une tendance humaine naturelle à désirer plusieurs partenaires, en particulier si vous êtes un homme. En fait, des recherches menées dans le monde entier ont montré que les hommes ont un désir nettement plus grand de « variété sexuelle » (c'est-à-dire d'avoir beaucoup de partenaires différents) au cours de leur vie que les femmes. 1

Pourquoi les hommes veulent-ils être avec autant de personnes ? Du point de vue de l'évolution, l'une de nos principales motivations ou instincts est de produire autant de notre propre progéniture génétique que possible afin de garantir que nos gènes soient transmis aux générations futures. Cependant, parce que l'acte de produire un enfant est, sans conteste, plus simple pour les hommes que pour les femmes, les sexes ont tendance à aborder le jeu de l'accouplement de manière très différente. 2 Pour les hommes, la stratégie évolutive qui a le plus de sens est de coucher avec autant de femmes que possible car cela maximise leurs chances d'avoir beaucoup de bébés. Pour les femmes, cependant, dormir sans discernement a beaucoup moins de sens. Oui, cela peut augmenter les chances qu'elle tombe enceinte, mais gardez à l'esprit qu'avoir un enfant demande un investissement important de la part de la mère, non seulement en termes de grossesse de 9 mois, mais aussi en termes de ressources nécessaires pour assurer que la santé et la survie de l'enfant après la naissance. Les femmes qui continuent à être imprégnées par des gars qui ne parviennent pas à rester et à aider les enfants peuvent se trouver dans une situation désavantageuse sur le plan de l'évolution, car elles doivent subvenir à leurs propres besoins et à ceux de leurs enfants (ce qui s'est probablement avéré exceptionnellement difficile à l'époque des chasseurs). -se rassemble). En conséquence, la meilleure stratégie évolutive pour les femmes est généralement d'être sélective et de rechercher un partenaire fiable.

Ainsi, pour répondre à votre question, il y a beaucoup de raisons pour lesquelles quelqu'un pourrait choisir de sortir avec plusieurs personnes en même temps, mais au moins pour les hommes, le désir de partenaires multiples pourrait provenir d'une volonté évolutive.

Vous souhaitez en savoir plus sur les relations ? Cliquez ici pour d'autres sujets sur la science des relations. Aimez-nous sur Facebook pour recevoir nos articles directement dans votre fil d'actualité.

Pour en savoir plus sur la psychologie évolutionniste en particulier, voir ici.

1 Schmitt, D., et al. (2003). Différences sexuelles universelles dans le désir de variété sexuelle : tests de 52 nations, 6 continents et 13 îles. Journal de personnalité et de psychologie sociale, 85, 85-104.

2 Buss, D.M., & Schmitt, D.P. (1993). Théorie des stratégies sexuelles : une perspective évolutive sur l'accouplement humain. Revue psychologique, 100, 204–232.

Dr Justin Lehmiller – Science des relations articles | Site Web/CV
Le programme de recherche du Dr Lehmiller se concentre sur l'impact du secret et de la stigmatisation sur la qualité des relations et la santé physique et psychologique. Il mène également des recherches sur l'engagement, la sexualité et les pratiques sexuelles à moindre risque.


Pourquoi voulez-vous être en couple ?

Si vous êtes une personne qui veut être en couple, avez-vous pensé à pourquoi ? En fait, il y a deux raisons très différentes de vouloir une relation. Le premier concerne ce que vous voulez obtenir et le second ce que vous voulez apprendre et partager.

Vouloir une relation pour obtenir

Ce qu'ils pourraient ne pas dire d'emblée, c'est qu'ils veulent une relation pour :

Vous pensez peut-être : « . me remplit, enlève ma solitude et me fait me sentir bien dans ma peau ?"

Il y a vraiment une autre raison de vouloir être en couple.

Vouloir une relation pour guérir, apprendre et partager l'amour

L'autre raison d'être dans une relation vient du fait que les relations sont le terrain le plus fertile pour apprendre ce qui n'est pas guéri en nous, et pour avoir une arène pour guérir. La plupart d'entre nous ont des bagages de l'enfance que nous portons dans notre relation primaire - comme les peurs du rejet et les peurs de l'engloutissement. Ces peurs se jouent généralement avec un partenaire, ce qui nous offre une opportunité incroyable de les connaître et de les guérir. La relation peut être le doctorat. de croissance personnelle!

En savoir plus sur vos peurs de l'intimité, ainsi que sur les problèmes de contrôle qui peuvent survenir avec un partenaire principal, peut conduire à une grande croissance personnelle, améliorant ainsi votre capacité à aimer. Plus vous apprenez à assumer la responsabilité de vos propres sentiments - apprendre à vous aimer, à vous chérir, à vous sentir spécial et valorisé - plus vous voudrez peut-être une relation afin de partage ton amour plutôt que obtenir l'amour. Contrairement à ce que beaucoup croient, ce n'est pas l'amour qui enlève la solitude, mais le partage de l'amour.

L'expérience la plus profonde et la plus belle de la vie est le partage de l'amour. Mais nous ne pouvons pas partager notre amour à moins d'être remplis d'amour. Lorsque nous apprenons à nous remplir d'amour à partir de notre "Source" -- quelle qu'elle soit pour chaque personne, comme la nature, l'esprit, Dieu, l'énergie de l'univers -- alors nous venons à notre partenaire avec une plénitude intérieure plutôt qu'avec une vide. Plutôt que d'avoir besoin d'un partenaire pour nous compléter, nous souhaitons partager notre complétude avec notre partenaire.

Lorsque deux personnes se réunissent pour obtenir l'amour plutôt que pour apprendre, guérir et partager l'amour, il y a de fortes chances que leur relation ne dure pas. Avec les deux partenaires essayant d'être aimés et comblés par l'autre, et aucun n'ayant appris à s'aimer et à se combler, chacun sera finalement déçu. Très souvent, l'un ou les deux pourraient croire qu'ils ont choisi le mauvais partenaire.

Lorsque deux personnes se réunissent parce qu'elles veulent apprendre ensemble, grandir ensemble, guérir ensemble, partager leur temps et leur compagnie, et partager leur amour et leur passion, elles ont de bonnes chances de créer une relation amoureuse durable.


Tout ce que vous devez savoir sur la psychologie du choix

Dans cet article, vous découvrirez 1) un introduction au choix et à la psychologie qui le sous-tend, 2) démystifier la psychologie du choix, 3) biais et choix, et 4) pourquoi il est si difficile de faire un choix pour la plupart d'entre nous.


Pourquoi nous avons vraiment besoin de relations dans la vie

Les relations sont impératives pour de nombreuses raisons différentes, telles que l'augmentation de notre bien-être émotionnel, la création de stabilité, l'apprentissage d'un bon ami ou d'un compagnon, le fait d'avoir quelqu'un sur qui compter et à qui faire confiance en cas de besoin et quelqu'un vers qui se défouler lorsque nous faisons face à des défis, et les amis et les camarades enlèvent la solitude et nous font nous sentir inclus. Chacune de nos relations suscite en nous des réponses différentes qui nous aident à grandir et à nous connaître. Les relations sont souvent le ciment qui nous unit pendant les périodes de stress et lorsque nous faisons face à des difficultés de la vie. Sans relations, nous aurions un esprit endormi et un manque de connexion à nous-mêmes !

Les hommes et les femmes ont besoin de relations dans des capacités différentes et pour des raisons différentes. Nous avons tendance à graviter autour d'autres personnes comme nous parce que nous partageons des carrières pertinentes, des endroits que nous fréquentons, des activités amusantes et des passe-temps, ce qui rend les relations indispensables pour avoir des gens qui nous rendent meilleurs. Cependant, les hommes et les femmes diffèrent dans la façon dont nous formulons des liens durables avec les autres. Les femmes sont beaucoup plus émotionnellement connectées et investies et comptent sur des petites amies ou un compagnon pour des choses comme les conseils parentaux, la gratification romantique, quelqu'un pour aider au développement et aux capacités cognitives de nos enfants et apprendre à être mieux dans la vie et dans une relation et apprendre des expériences . Les hommes n'ont pas besoin d'être émotionnellement attachés pour recevoir du plaisir sexuel d'autres femmes, mais la proximité est aussi importante pour eux que pour les femmes Les hommes ne sont pas aussi investis émotionnellement lorsqu'ils s'engagent dans certaines activités comme aller au gymnase ou regarder du sport événements ensemble. En fait, la plupart des hommes se présentent, font l'activité prévue, puis partent sans jamais penser à ce qui n'a pas fonctionné, s'il y avait des mots mélangés ou si l'autre personne va bien. Les hommes sont plus faciles à compartimenter leurs sentiments dans les relations et les femmes ont tendance à garder rancune, à prendre plus de temps à gérer leur bagage émotionnel et à laisser les problèmes perdurer plus longtemps. Les hommes évoluent plus rapidement dans les relations, ce qui leur permet d'être plus facilement connectés avec le sexe opposé et ceux du même sexe beaucoup plus rapidement que les femmes. Les relations sont généralement nos miroirs nous montrant comment nous devons changer et devenir de meilleurs amis et amis. De plus, nos amis et les personnes avec qui nous entretenons des relations à long terme nous permettent d'être vulnérables et de demander de l'aide alors que nous ne le ferions normalement pas avec de parfaits inconnus. Lorsque nous sommes en couple, nous rencontrons souvent de nouvelles personnes à travers les personnes avec lesquelles nous sommes déjà connectés et développons nos cercles ! C'est amusant d'avoir des expériences de vie diversifiées, les gens apprennent vraiment qui ils sont et leur enseignent de nouvelles informations intéressantes et partent ensemble pour de nouvelles aventures !

Les relations nous montrent comment aimer et être l'amour ainsi que qui nous voulons être dans la vie et qui nous ne voulons pas. Avoir des relations de confiance sérieuses nous permet d'être vraiment nous-mêmes. Nous devons être ouverts à rencontrer de nouvelles personnes et avoir des liens spirituels nous aidera à développer notre foi et à inspirer les autres à nous ouvrir à de nouvelles possibilités. Soyez juste vous et les bonnes personnes seront dans votre vie pour les bonnes raisons ! Soyez toujours authentiquement vous et les autres aimeront le vrai vous !!


Voir la vidéo: The Big Bang Theory..et leurs partenaires dans la vraie vie (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Hamzah

    Senks, informations très utiles.

  2. Giflet

    Qu'est-ce que ce non-sens a écrit ?? robots ??

  3. Macgillivray

    Dans ce document, quelque chose est également excellent, l'idée est d'accord avec vous.

  4. Fane

    est enfin apparu qu'un atome attendait déjà

  5. Glaedwine

    Bravo, tu as été visité par une pensée tout simplement magnifique



Écrire un message