Informations

Pourquoi les personnes qui bégaient ont-elles moins de difficulté à chanter qu'à parler ?

Pourquoi les personnes qui bégaient ont-elles moins de difficulté à chanter qu'à parler ?



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

D'après ce que j'ai lu, les bègues ont tendance à avoir beaucoup moins de mal à chanter qu'à parler. Savons-nous pourquoi c'est le cas ?


Réponse courte
Le chant augmente la durée des intervalles sonores chez les bègues.

Fond
Le chant est un exemple de l'une des méthodes les plus efficaces pour réduire le bégaiement* (Stager, 2003). C'est un soi-disant condition d'augmentation de la fluidité (FI) chez les bègues et réduit le bégaiement de plus de 90 %. Certaines des quelques différences acoustiques subtiles entre la chanson et la parole sont le rythme plus isochrone et une plus grande stabilité de fréquence fondamentale dans chaque syllabe des chansons (Tierney et al., 2012). D'autres conditions efficaces pour évoquer la fluidité sont la stimulation de la parole (par exemple, avec un métronome), la parole en chœur, le ralentissement de la parole et le chuchotement (Andrews et al., 1982).

Les principaux effets des conditions FI (y compris le chant) sont une augmentation de durée de la phonation et ralentissement de la parole. La réduction du bégaiement semble plus directement liée à la phonation. La phonation est la production de sons vocaux, c'est-à-dire de voyelles. Plus précisément, la fréquence des intervalles phonés très courts (de l'ordre de 30 à 150 ms) est diminuée et les intervalles phonés plus longs sont augmentés lorsque les bègues chantent. En effet, il a été suggéré que les conditions FI les plus efficaces, et peut-être les traitements les plus efficaces pour le bégaiement, pourraient partager la propriété commune de réduire le nombre ou la proportion d'intervalles courts de phonation, ou de transitions rapides entre la production vocale phonée et non phonée. , et/ou peut être associé à un nombre ou à une proportion accrus de phonations plus longues, plus lentes ou plus cohérentes. Parmi les approches de traitement du bégaiement les mieux prises en charge figurent celles qui mettent l'accent sur une phonation accrue, prolongée ou continue et/ou une initiation plus lente de la parole (appelées programmes de traitement de la parole prolongés) (Ingham, 2012).

Cependant, la plupart des conditions évoquant la fluidité n'ont que des effets temporaires. De plus, la fluidité normale a été définie pour le bégaiement en termes de quatre variables ou caractéristiques : l'absence d'événements de bégaiement, le débit de parole dans une plage normale, le naturel global normal de la parole et des niveaux normaux d'effort physique et cognitif de la part du locuteur. . Parmi les différentes méthodes utilisées, seule la prise de parole en chœur répond à ces quatre exigences (Ingham, 2012).

Les références
- Andrews et al., J Speech Hear Res (1982); 25(2): 208-16
- Ingham et al., J Troubles de la communication (2012); 45: 198-211
- Stager et al., J Troubles de la fluidité (2003); 28: 319-36
- Tierney et al., Cortex cérébral (2012); 23(2):249-54

Noter
* Étant moi-même un stotter, je tiens à souligner que lorsque l'orthophoniste de l'école primaire m'a demandé de chanter ma présentation à mes camarades de classe pour réduire mon bégaiement J'ai choisi l'alternative la moins embarrassante, à savoir bégayer inintelligiblement pendant une demi-heure sur les planètes du système solaire au lieu de chanter à leur sujet. On peut rapidement envisager l'intégralité non-pratique de l'approche chantée dans la vie de tous les jours. L'effet des conditions FI est scientifiquement intéressant et ce sont des outils utiles pour les orthophonistes, mais ce ne sont malheureusement pas des traitements pratiques.


Une autre explication à cela est que les centres de la parole et du chant, respectivement, sont situés dans différentes parties du cerveau. Les personnes ayant des troubles de la parole, et même de graves lésions cérébrales dues à un traumatisme tel que l'aphasie ou le syndrome de Gilles de la Tourette, ont tendance à présenter des lésions dans les zones de parole de l'hémisphère gauche du cerveau. Cependant, les parties du cerveau responsables du chant sont situées dans l'hémisphère droit.

Les deux côtés du cerveau peuvent vocaliser. Mais pour les cas très graves de lésions cérébrales, la capacité de chanter là où la parole est impossible dépend en quelque sorte de mémoriser une chanson avant que le côté gauche du cerveau ne soit endommagé…

C'est parce que la mélodie et les mots mémorisés il y a longtemps de ces chansons sont logés dans l'hémisphère droit du cerveau, ils sont donc accessibles aux personnes dont l'hémisphère gauche est endommagé, qui ont encore du mal à mettre de nouvelles pensées originales en mots.

De plus, des scientifiques de l'Institut Max Planck en Allemagne ont découvert que la parole peut être traitée avec succès dans l'hémisphère droit du cerveau lorsque les mots sont simplement prononcés de manière rythmique, sans mélodie. Cela soutiendrait également la réponse d'AliceD, mais l'article indique également :

Le niveau de familiarité avec les paroles des chansons et le fait que les textes contiennent des phrases stéréotypées se sont avérés encore plus importants. Des expressions quotidiennes comme « Comment allez-vous ? » sont hautement automatisés au niveau moteur et les paroles de chansons courantes peuvent être rappelées de la mémoire à long terme.

Cela dit, les personnes qui bégaient n'ont généralement pas de difficulté à former de nouvelles pensées à mettre en mots… elles ont simplement du mal à mettre ces mots dans des phrases claires et concises. Ainsi, ce genre de trouble de la parole ne devrait pas non plus les empêcher de pouvoir mémoriser des chansons… leur permettant ainsi de se rappeler des chansons de l'hémisphère droit de leur cerveau et de les chanter impeccablement. Il existe également des études qui montrent que l'entraînement vocal est une méthode permettant d'améliorer temporairement, et parfois à plus long terme, la fluidité de la parole chez les personnes atteintes de diverses déficiences neurologiques liées à la parole.


Faire face

Si vous ou votre enfant souffrez de bégaiement, vous pouvez faire certaines choses pour l'aider. Certaines stratégies d'adaptation efficaces comprennent :

  • Éviter les critiques ou les corrections. Même rappeler à un enfant ou à vous-même de « ralentir » chaque fois que le bégaiement commence peut attirer une attention négative sur le comportement. Cela peut conduire à une conscience de soi qui peut aggraver le bégaiement.
  • Soyez tolérant et solidaire: Ne réagissez pas négativement si vous ou votre enfant bégayez. Si votre enfant a un bégaiement, concentrez-vous sur le fait d'être positif et encourageant. Si vous bégayez, faites preuve d'auto-compassion et d'acceptation.
  • Créer un environnement détendu. Assurez-vous que votre environnement immédiat est calme et confortable.
  • Trouver de l'aide: Il peut souvent être utile d'apprendre des expériences d'autres personnes qui bégaient également. Les groupes de soutien, les forums en ligne et les organisations locales peuvent offrir des ressources et des conseils d'adaptation qui peuvent vous aider.
  • Minimiser les distractions. Prévoyez du temps pour avoir des conversations avec les gens lorsque vous pouvez être libre de toute distraction. Éteignez la télévision et les autres appareils.

Bégaiement

Le bégaiement est un trouble de la parole caractérisé par la répétition de sons, de syllabes ou de mots, la prolongation des sons et des interruptions de la parole appelées blocs. Une personne qui bégaie sait exactement ce qu'elle aimerait dire mais a du mal à produire un débit de parole normal. Ces perturbations de la parole peuvent être accompagnées de comportements de lutte, tels que des clignements rapides des yeux ou des tremblements des lèvres. Le bégaiement peut rendre difficile la communication avec d'autres personnes, ce qui affecte souvent la qualité de vie et les relations interpersonnelles d'une personne. Le bégaiement peut également avoir une influence négative sur les performances et les opportunités professionnelles, et le traitement peut avoir un coût financier élevé.

Les symptômes du bégaiement peuvent varier considérablement tout au long de la journée d'une personne. En général, parler devant un groupe ou parler au téléphone peut aggraver le bégaiement d'une personne, tandis que chanter, lire ou parler à l'unisson peut temporairement réduire le bégaiement.

Le bégaiement est parfois appelé bégaiement et par un terme plus large, disfluent discours.

DIAPORAMA

Qui bégaie ?

Environ 3 millions d'Américains bégaient. Le bégaiement affecte les personnes de tous âges. Elle survient le plus souvent chez les enfants âgés de 2 à 6 ans au fur et à mesure qu'ils développent leurs compétences linguistiques. Environ 5 à 10 pour cent de tous les enfants bégayeront pendant une certaine période de leur vie, allant de quelques semaines à plusieurs années. Les garçons sont 2 à 3 fois plus susceptibles de bégayer que les filles et à mesure qu'ils vieillissent, cette différence entre les sexes augmente le nombre de garçons qui continuent à bégayer est trois à quatre fois plus important que le nombre de filles. La plupart des enfants dépassent le bégaiement. Environ 75 pour cent des enfants se remettent du bégaiement. Pour les 25 pour cent restants qui continuent à bégayer, le bégaiement peut persister comme un trouble de la communication à vie.

Comment la parole est-elle normalement produite ?

Nous produisons des sons de parole à travers une série de mouvements musculaires précisément coordonnés impliquant la respiration, la phonation (production de la voix) et l'articulation (mouvement de la gorge, du palais, de la langue et des lèvres). Les mouvements musculaires sont contrôlés par le cerveau et surveillés par nos sens de l'ouïe et du toucher.

Dernières nouvelles de Healthy Kids

Actualités quotidiennes de la santé

Tendances sur MedicineNet

Quelles sont les causes et les types de bégaiement ?

Les mécanismes précis qui causent le bégaiement ne sont pas compris. Le bégaiement est généralement regroupé en deux types appelés développementaux et neurogènes.

Bégaiement développemental

Le bégaiement développemental survient chez les jeunes enfants alors qu'ils sont encore en train d'apprendre la parole et le langage. C'est la forme la plus courante de bégaiement. Certains scientifiques et cliniciens pensent que le bégaiement développemental se produit lorsque les capacités d'élocution et de langage des enfants sont incapables de répondre aux exigences verbales de l'enfant. La plupart des scientifiques et des cliniciens croient que le bégaiement développemental découle d'interactions complexes de multiples facteurs. Des études récentes d'imagerie cérébrale ont montré des différences constantes chez ceux qui bégaient par rapport à leurs pairs qui ne bégaient pas. Le bégaiement développemental peut également exister dans les familles et la recherche a montré que des facteurs génétiques contribuent à ce type de bégaiement. À partir de 2010, des chercheurs de l'Institut national sur la surdité et autres troubles de la communication (NIDCD) ont identifié quatre gènes différents dans lesquels des mutations sont associées au bégaiement.

Le bégaiement neurogène

Le bégaiement neurogène peut survenir après un accident vasculaire cérébral, un traumatisme crânien ou un autre type de lésion cérébrale. Avec le bégaiement neurogène, le cerveau a des difficultés à coordonner les différentes régions cérébrales impliquées dans la parole, ce qui entraîne des problèmes de production d'une parole claire et fluide.

À une époque, on croyait que tout bégaiement était psychogène, causé par un traumatisme émotionnel, mais aujourd'hui, nous savons que le bégaiement psychogène est rare.

Comment le bégaiement est-il diagnostiqué ?

Le bégaiement est généralement diagnostiqué par un orthophoniste, un professionnel de la santé formé pour tester et traiter les personnes souffrant de troubles de la voix, de la parole et du langage. L'orthophoniste tiendra compte de divers facteurs, y compris les antécédents de l'enfant (comme quand le bégaiement a été remarqué pour la première fois et dans quelles circonstances), une analyse des comportements de bégaiement de l'enfant et une évaluation de l'enfant. les capacités de parole et de langage de #39 et l'impact du bégaiement sur sa vie.

Lors de l'évaluation d'un jeune enfant pour le bégaiement, un orthophoniste essaiera de déterminer si l'enfant est susceptible de continuer son comportement de bégaiement ou de le dépasser. Pour déterminer cette différence, l'orthophoniste tiendra compte de facteurs tels que les antécédents familiaux de bégaiement, si le bégaiement de l'enfant a duré 6 mois ou plus, et si l'enfant présente d'autres problèmes de parole ou de langage.

QUESTION

Comment le bégaiement est-il traité ?

Bien qu'il n'existe actuellement aucun remède contre le bégaiement, il existe une variété de traitements disponibles. La nature du traitement variera en fonction de l'âge de la personne, des objectifs de communication et d'autres facteurs. Si vous ou votre enfant bégayez, il est important de travailler avec un orthophoniste pour déterminer les meilleures options de traitement.

Thérapie pour les enfants

Pour les très jeunes enfants, un traitement précoce peut empêcher le bégaiement développemental de devenir un problème permanent. Certaines stratégies peuvent aider les enfants à apprendre à améliorer leur élocution tout en développant des attitudes positives envers la communication. Les professionnels de la santé recommandent généralement qu'un enfant soit évalué s'il bégaie depuis 3 à 6 mois, présente des comportements de lutte associés au bégaiement ou a des antécédents familiaux de bégaiement ou de troubles de la communication connexes. Certains chercheurs recommandent qu'un enfant soit évalué tous les 3 mois pour déterminer si le bégaiement augmente ou diminue. Le traitement consiste souvent à enseigner aux parents les moyens de soutenir la production d'une parole fluide par leur enfant. Les parents peuvent être encouragés à :

  • Fournir un environnement familial détendu qui permet à l'enfant de nombreuses occasions de parler. Cela inclut de prévoir du temps pour se parler, surtout lorsque l'enfant est excité et a beaucoup à dire.
  • Écoutez attentivement lorsque l'enfant parle et concentrez-vous sur le contenu du message, plutôt que de répondre à la façon dont il est dit ou d'interrompre l'enfant.
  • Parlez d'une manière légèrement ralentie et détendue. Cela peut aider à réduire les contraintes de temps que l'enfant peut subir.
  • Écoutez attentivement lorsque l'enfant parle et attendez qu'il prononce le mot voulu. N'essayez pas de compléter les phrases de l'enfant. Aidez également l'enfant à apprendre qu'une personne peut communiquer avec succès même en cas de bégaiement.
  • Parlez ouvertement et honnêtement à l'enfant du bégaiement s'il aborde le sujet. Faites savoir à l'enfant qu'il est normal que certaines perturbations se produisent.

Thérapie du bégaiement

La plupart des thérapies actuelles pour les adolescents et les adultes qui bégaient visent à les aider à apprendre des moyens de minimiser le bégaiement lorsqu'ils parlent, par exemple en parlant plus lentement, en régulant leur respiration ou en progressant progressivement de réponses d'une syllabe à des mots plus longs et des phrases plus complexes. . La plupart de ces thérapies aident également à traiter l'anxiété qu'une personne qui bégaie peut ressentir dans certaines situations de parole.

Thérapie médicamenteuse

La Food and Drug Administration des États-Unis n'a approuvé aucun médicament pour le traitement du bégaiement. Cependant, certains médicaments approuvés pour traiter d'autres problèmes de santé, tels que l'épilepsie, l'anxiété ou la dépression, ont été utilisés pour traiter le bégaiement. Ces médicaments ont souvent des effets secondaires qui les rendent difficiles à utiliser sur une longue période de temps.

Appareils électroniques

Certaines personnes qui bégaient utilisent des appareils électroniques pour contrôler leur fluidité. Par exemple, un type d'appareil s'insère dans le conduit auditif, un peu comme une prothèse auditive, et rejoue numériquement une version légèrement modifiée de la voix du porteur dans l'oreille de sorte qu'il sonne comme s'il parle à l'unisson avec un autre personne. Chez certaines personnes, les appareils électroniques peuvent aider à améliorer la fluidité dans un laps de temps relativement court. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer combien de temps ces effets peuvent durer et si les gens peuvent facilement utiliser et bénéficier de ces appareils dans des situations réelles. Pour ces raisons, les chercheurs continuent d'étudier l'efficacité à long terme de ces dispositifs.

Groupes d'entraide

Beaucoup de gens trouvent qu'ils obtiennent leur plus grand succès grâce à une combinaison d'auto-apprentissage et de thérapie. Les groupes d'entraide offrent aux personnes qui bégaient un moyen de trouver des ressources et du soutien lorsqu'elles font face aux défis du bégaiement.

Abonnez-vous au bulletin d'information sur la santé des enfants et le rôle parental de MedicineNet

En cliquant sur « Envoyer », j'accepte les conditions générales et la politique de confidentialité de MedicineNet. J'accepte également de recevoir des e-mails de MedicineNet et je comprends que je peux me désinscrire des abonnements à MedicineNet à tout moment.

Quelles recherches sont menées sur le bégaiement ?

Des chercheurs du monde entier explorent des moyens d'améliorer l'identification et le traitement précoces du bégaiement et d'identifier ses causes. Par exemple, les scientifiques ont travaillé pour identifier les gènes possibles responsables du bégaiement qui ont tendance à fonctionner dans les familles. Les scientifiques du NIDCD ont maintenant identifié des variantes dans quatre de ces gènes qui expliquent certains cas de bégaiement dans de nombreuses populations à travers le monde, y compris aux États-Unis et en Europe. Tous ces gènes codent pour des protéines qui dirigent le trafic à l'intérieur des cellules, garantissant que les divers composants cellulaires parviennent à leur emplacement approprié dans la cellule. De tels déficits dans le trafic cellulaire sont une cause nouvellement reconnue de nombreux troubles neurologiques. Les chercheurs étudient maintenant comment ce défaut du trafic cellulaire entraîne des déficits spécifiques de la fluidité de la parole.

Les chercheurs travaillent également pour aider les orthophonistes à déterminer quels enfants sont les plus susceptibles de dépasser leur bégaiement et quels enfants risquent de continuer à bégayer à l'âge adulte. De plus, les chercheurs examinent des moyens d'identifier des groupes d'individus qui présentent des schémas et des comportements de bégaiement similaires qui peuvent être associés à une cause commune.

Les scientifiques utilisent des outils d'imagerie cérébrale tels que la TEP (tomographie par émission de positons) et l'IRM fonctionnelle (imagerie par résonance magnétique) pour étudier l'activité cérébrale des personnes qui bégaient. Des chercheurs financés par le NIDCD utilisent également l'imagerie cérébrale pour examiner la structure du cerveau et les changements fonctionnels qui se produisent pendant l'enfance et qui différencient les enfants qui continuent de bégayer de ceux qui se remettent du bégaiement. L'imagerie cérébrale pourrait être utilisée à l'avenir pour aider à traiter les personnes qui bégaient. Les chercheurs étudient si les patients volontaires qui bégaient peuvent apprendre à reconnaître, à l'aide d'un programme informatique, des schémas vocaux spécifiques liés au bégaiement et à éviter d'utiliser ces schémas lorsqu'ils parlent.


Pourquoi les personnes qui bégaient ont-elles moins de difficultés à chanter qu'à parler ? - Psychologie

Il y a environ cent ans, il y avait trois petits nuages ​​à l'horizon du modèle de Newton de la physique, trois faits qui ne pouvaient pas être expliqués et qui sont devenus plus tard la base du développement de la physique quantique.

  1. Pourquoi la majorité, environ 65%, des personnes qui bégaient parlent couramment, et environ 25% des personnes qui bégaient beaucoup moins lorsqu'elles parlent ou lisent à haute voix alors qu'elles sont seules dans une pièce et sûres que personne ne peut les entendre.
  2. Pourquoi le bégaiement n'est-il pas présent dans les "conversations" avec des animaux domestiques ou de jeunes enfants
  3. Pourquoi le discours des gens qui bégaient est-il monotone
  4. Comment les personnes qui bégaient transmettent-elles leur humeur et leurs émotions à d'autres personnes
  5. Pourquoi le bégaiement revient-il même après l'orthophonie

Les dernières données (septembre 2007) sont assez similaires aux données d'avril 2007 (la différence est inférieure à un pour cent) et le pourcentage obtenu auprès des publics russophones et anglophones a des corrélations élevées - 0,94.

Les résultats obtenus auprès des 1485 répondants russophones ont montré que 65,66 % (975 personnes) ne bégaient pas dans de telles circonstances tandis que 27,47 % (407 personnes) bégaient nettement moins dans de telles circonstances. Seulement 5,25 % (78 personnes) ont déclaré bégayer comme ils le feraient dans une conversation réelle. 1. 62 % (24 personnes) ont trouvé difficile de répondre à la question.

Les résultats du public anglophone sont les suivants : 62,57 % (107 personnes) ne bégaient pas et 22,22 (38 personnes) bégaient nettement moins dans ces circonstances, 11,11 % (19 personnes) continuent à bégayer comme dans une conversation réelle, et 4,09 % eu du mal à répondre.

Il est intéressant de noter que la majorité des personnes qui bégaient déclarent qu'elles ne bégaient pas lorsqu'elles sont seules. Dans le film "Unspeakable" de John Pashkevich, un jeune homme troublé par le bégaiement parle couramment lorsqu'il est seul dans la pièce et enregistre ses propres pensées sur bande, mais bégaie remarquablement devant le magasin Salesgirl. Lorsqu'elles ne sont pas en présence d'autres personnes, la majorité des personnes qui bégaient peuvent s'exprimer couramment. Cependant, lorsqu'il s'agit d'avoir une conversation en direct (conversation active avec une autre personne), même avec des amis proches ou des parents, beaucoup commencent à bégayer. Il y a aussi ceux qui, même s'ils peuvent être réduits, continuent à bégayer lorsqu'ils sont seuls, mais ce n'est certainement pas la majorité - seulement 5 à 12 %.

Cela peut être une indication que le bégaiement a une nature hétérogène. Il se peut que pour certains le bégaiement ait des causes organiques, car les symptômes sont stables et ne dépendent pas d'autres facteurs. Il existe en effet une tendance à expliquer le bégaiement comme un dysfonctionnement du système pré-moteur médial du cerveau, et une atteinte des noyaux gris centraux composant ce système pré-moteur.

Cependant, 60 à 65% affirment que le bégaiement n'apparaît que dans des situations de communication impliquant d'autres personnes. Dans ces cas, les symptômes du bégaiement n'apparaissent que dans certaines circonstances - lorsqu'une autre personne apparaît. Cette découverte conduit beaucoup à croire qu'il peut y avoir des aspects psychologiques importants de la communication présents dans le bégaiement développemental.

Certaines personnes qui bégaient insistent sur le fait qu'elles ne ressentent pas d'inconfort psychologique pendant la communication, même lorsqu'elles bégaient, bien que ces mêmes personnes ne soient pas dysfluides lorsqu'elles sont seules. Nous croyons que l'inconfort peut être un phénomène profondément inconscient nécessitant une aide professionnelle pour se rendre compte. C'est analogue à la personne souffrant de tension musculaire chronique mais qui ne remarque pas la tension pour lui cela lui semble normal. Ce n'est que lorsque les expériences des autres sont bien comprises et que des comparaisons sont faites que ces clients conviennent qu'ils ont ressenti auparavant un malaise psychologique pendant la communication.

Dans ces cas, la dysfluidité peut être considérée comme une réaction humaine naturelle qui reflète un inconfort psychologique intérieur lors de la communication, similaire à des sentiments de faiblesse ou de tremblement, un rythme cardiaque audible et sourd ou des étourdissements ou une transpiration. Ces symptômes d'inconfort apparaissent généralement dans des situations stressantes telles que parler à des personnes qui donnent l'impression d'être dangereuses, à un patron tyrannique ou, dans le cas d'un petit enfant, à un parent strict. Ils peuvent également apparaître lorsqu'un individu se sent coupable. La personne qui bégaie est incapable de maintenir sa fluidité dans ces circonstances et la parole devient fragmentée. Tout individu, même les personnes qui parlent couramment, peut éprouver des symptômes de bégaiement dans les bonnes conditions et avec les bons partenaires de conversation.

Que le bégaiement soit purement physique, purement psychologique, une combinaison des deux, ou résulte de différentes causes pour différentes personnes, aborder le rapport non verbal avec d'autres personnes peut être très bénéfique. Le problème de l'établissement d'un rapport non verbal avec d'autres personnes a été et est aujourd'hui étudié en profondeur par les psychologues sociaux et les psychothérapeutes. Récemment, en août 2007, les recherches du professeur agrégé de la Kellogg School Adam Galinsky et des co-auteurs William W. Maddux de l'INSEAD et Elizabeth Mullen de Stanford ont remporté le prix du meilleur article - Nouvelle direction (l'article doit être publié dans le Journal of psychologie sociale expérimentale). Leur recherche démontre le processus de mimétisme produit dans les négociations et prouve que la qualité de la communication non verbale est très importante pour ceux qui cherchent à réussir en affaires et dans leurs tentatives de gravir les échelons de leur carrière.

La parole elle-même peut être divisée en deux parties : une partie verbale (les mots réels qui transmettent des informations) et une partie non verbale (transmet l'humeur, l'émotion et l'intérêt envers le partenaire de conversation).

La partie non verbale de la parole est connue sous le nom d'intonation et se compose du rythme, des pauses, de la plage de hauteur et de la dynamique de la fréquence vocale. Avec l'aide de l'intonation, il est possible de transmettre l'humeur. Un autre paramètre important pour la communication non verbale est le "niveau d'entonnoir" ou "pourcentage d'entonnoir" qui reflète notre distance psychologique par rapport à notre partenaire de conversation et montre notre intérêt pour une conversation ou un partenaire de conversation particulier.

Transmettre des émotions et/ou une attitude envers un sujet de discussion est l'essence de la communication. Les gens transmettent des émotions à l'aide de l'intonation, plus précisément avec le rythme et la dynamique de fréquence vocale. Il est intéressant de noter que selon le professeur Jacomo Rizollatti, le système prémoteur médial est responsable de l'expression sincère des émotions. Ces neurones miroirs qui jouent un rôle important dans l'établissement d'un rapport non verbal et notre capacité à comprendre les intentions d'une autre personne sont situés dans la zone de Broca.

Le bégaiement est également mis en évidence par un groupe d'éléments plus nuancés : de faibles niveaux d'intonation, une mauvaise imitation, un manque d'expressivité et de faibles niveaux de communication non verbale. Ceux qui ne bégaient pas parlent généralement avec beaucoup d'émotion, tandis que le discours des personnes qui bégaient est généralement plus monotone, ne transmettant que des informations, plutôt que des émotions ou une attitude.

Il est intéressant de noter que lorsqu'une personne qui bégaie commence à utiliser l'intonation et à faire attention au rythme, elle arrête de bégayer ou son bégaiement est considérablement réduit. De nombreuses personnes qui bégaient ont du mal à exprimer verbalement leurs émotions sincères. Une difficulté majeure est l'établissement d'un rapport non verbal (y compris un rapport non verbal dans la parole). Si la majorité des personnes qui bégaient peuvent parler couramment lorsqu'elles sont seules, on pourrait supposer qu'elles n'ont pas de problèmes avec la partie de leur cerveau responsable de la parole.

Cet article suggère que le mimétisme comportemental (également appelé "miroir" en PNL) est un comportement automatique naturel dans la communication avec une autre personne. Le mimétisme comportemental est la posture d'imitation inconsciente, les expressions faciales ou les gestes, et le modèle de parole de l'autre personne. Il est important pour nous de pouvoir évaluer notre niveau de synchronisation avec les autres et de faire correspondre nos schémas comportementaux et verbaux aux leurs. Cette synchronie reflète la confiance, le confort psychologique ou ce qui est autrement connu sous le nom de rapport non verbal.

Une façon de traiter le bégaiement peut consister à développer ces compétences de communication non verbale - un effort sérieux de la part des personnes qui bégaient pour contrôler le rythme de la parole et les schémas d'intonation.

Nous pensons que le sujet de la modélisation de la communication virtuelle est d'une grande importance pour les personnes qui bégaient. Depuis 2001, nous sommes impliqués dans le développement d'instruments objectifs conçus pour déterminer le rythme de la parole (tempo-rythme) et le niveau d'intonation d'une personne. En comparant les valeurs en pourcentage d'une personne vivante avec les valeurs de situations de communication virtuellement modélisées, nous pouvons évaluer objectivement la capacité d'une personne à établir un rapport non verbal avec son partenaire de conversation.

Nous sommes impatients de rencontrer, de parler et de coopérer avec toute personne intéressée par le développement ultérieur de cette idée !


Conclusion

Il n'y a pas de différence entre le bégaiement et le bégaiement. La meilleure façon de diagnostiquer le bégaiement est de détecter les symptômes précocement et d'inquiéter le spécialiste et de se faire soigner le plus tôt possible.

Le bégaiement peut varier d'une personne à l'autre. Cela influence essentiellement les enfants, mais cela influence aussi les adultes. Consultez un spécialiste et commencez votre traitement le plus tôt possible.

Si vous soupçonnez n'importe quel type de trouble de la parole, la toute première étape consiste à consulter immédiatement un professionnel. Alors réservez votre emploi du temps avec nous. Appelez-nous sur notre numéro sans frais +91-9899437202.


Clause de non-responsabilité:

En tant que service à nos lecteurs, Harvard Health Publishing donne accès à notre bibliothèque de contenu archivé. Veuillez noter la date de la dernière révision ou mise à jour de tous les articles. Aucun contenu de ce site, quelle que soit sa date, ne doit jamais être utilisé comme substitut à un avis médical direct de votre médecin ou d'un autre clinicien qualifié.

Commentaires

King Speech est un très bon film. Je l'ai regardé deux fois au cinéma. Film génial et c'est merveilleux d'entendre tout le monde aimer le film.

The Kings Speech est un film merveilleux sur un problème commun qui devrait avoir la plupart des gens beaucoup plus sympathiques envers les bègues.

Le discours du roi? Wow! Je n'ai pas encore vu ce film, mais de toute façon j'ai entendu beaucoup de bons retours de mes amis qui sont dans les discussions politiques et d'une manière ou d'une autre ils semblent apprécier ce film. Je pense que je vais voir ça et revenir ici pour vous dire ce que j'en pense.

Un film vraiment cool pour l'éducation. C'était excitant de voir le discours du roi recevoir autant de prix aux Oscars. C'était une histoire touchante sur la façon dont un bégaiement peut être paralysant tout en offrant de l'espoir et de l'inspiration à ceux qui souffrent de ce problème et d'autres problèmes débilitants.
[URL supprimée par le modérateur]

Film fantastique. C'était agréable de voir un film comme celui-ci et comment un individu important se débattait et prenait le contrôle de son problème. Merci pour la critique sensée. J'apprécie vraiment ce post et j'ai cherché partout pour cela! Grâce à toi, ma journée est réussie! Merci encore.

J'ai adoré ce film.
Nous avons tellement de choses à apprendre pour nous améliorer et surmonter nos peurs.
[URL supprimée par le modérateur]

En tant qu'orthophoniste, je craignais que le discours du roi décrive notre capacité à guérir le bégaiement. La parole dysfluide est très difficile, voire impossible à guérir. Nous enseignons plutôt une variété de méthodes et de techniques pour améliorer la fluidité.

Je suis heureux que la scène finale du film montre que le roi George utilise les méthodes enseignées pour améliorer son discours.

Un bon film!
Jena H. Casbon, MS CCC-SLP
[URL supprimée par le modérateur]

Vraiment apprécié le film. C'est formidable de voir ce qui peut être réalisé grâce au coaching vocal. Beaucoup de gens croient qu'ils ne peuvent même pas chanter, mais étant donné les instructions, ils découvrent qu'ils le peuvent ! Et ils adorent ça !

Eh bien, The King Speech est vraiment mon choix pour être le meilleur film parce que le film est vraiment bon et il a un grand impact sur tous les publics.
[URL supprimée par le modérateur]

J'ai adoré le discours du roi.
Je pense que les films avec de bons messages, comme King’s Speech, sont les meilleurs. Ils donnent même parfois de bonnes perspectives comme celle-ci, ça vous permet de voir comment est la vie d'un baroudeur (même dur il est roi, eh bien vous voyez l'idée).
Je crée un site Web sur les films, je passe en revue mes films préférés et je publie les critiques.
[URL supprimée par le modérateur]

J'aime aussi ce film. Ce film n'est pas seulement un film sur la relation médecin/patient. Le discours du roi porte sur la façon de traiter un problème. Je pense que le personnage de Lionel Logue dans ce film était génial.

J'ai adoré “Le discours des rois”. Ces films méritaient les récompenses. En grandissant, j'ai eu un bégaiement en grandissant. J'avais un ami avec le même problème. Des groupes d'enfants se moquaient de nous, mais cela rendait les choses plus faciles à gérer en ayant un ami avec le même problème. C'était agréable de voir un film comme celui-ci et comment un individu important se débattait et prenait le contrôle de son problème. Le film était tellement bien fait. Ce sera l'un de ces films que je regarderai encore et encore. Les acteurs étaient parfaits.

Film fantastique qui attire l'attention sur un problème répandu.

Je tenais précisément à vous remercier encore une fois. Je ne sais pas ce que j'aurais essayé en l'absence du type de trucs et astuces que vous avez partagés concernant cette situation. C'était devenu un cadre très alarmant à mon avis, cependant, tomber sur votre avenue spécialisée que vous avez gérée qui m'a fait sauter de joie. Je suis juste plus heureux pour le service et j'espère que vous vous rendez compte de l'excellent travail que vous faisiez pour éduquer la plupart des gens via votre blog Web. Je sais que vous n'avez jamais rencontré aucun d'entre nous.

Ce qui est vraiment émouvant dans ce film, c'est la façon dont un roi balbutiant parvient à trouver le courage de se battre à nouveau pour son pays contre un dictateur doté d'un brillant don de discours. Ici, vous avez un homme bon qui a du mal à mettre deux mots ensemble contre un dictateur avec un don hypnotique pour les discours.

Et à la fin, il l'a emporté. Le pays a prévalu et ce film aussi.

En tant qu'ancien bègue, je peux me rapporter à ces moments horribles où il a dû prononcer un discours et que tout le monde vous regarde. Vous vous souvenez de cette première scène au début du film ? Rien ne peut décrire le sentiment horrible de ne pas pouvoir dire quelque chose qu'un enfant de 4 ans peut dire sans problème.

Pour répondre à la question de Joël, non, je ne pense pas qu'il y ait une corrélation entre le bégaiement et l'autisme. There is little research that shows any connection whatsoever.

Autism: Warning signs – (http://www.psychone.net/autism.php)

However… I developed social phobia, which is a bad problem in itself. Fortunately I’ve been able to learn to overcome it somewhat. People with autism do have difficulty relating/connecting to others so we do have in common one thing: isolation.

Here is some information about social phobia that I’ve found:

Social phobia – (http://helpguide.org/mental/social_anxiety_support_symptom_causes_treatment.htm)

The difference is that stutterers have a social interest but are fearful of ridicule. People with autism, on the other hand, have little social interest (at least not like must of us do).


Stuttering Myths, Beliefs and Straight Talk for Teens

Compiled by Peter Reitzes, M.A., CCC-SLP

One of the most frustrating aspects about stuttering is that it is a variable disorder. In other words, sometimes you may stutter quite a bit and other times you may not. Because it is so variable and complex, stuttering is often misunderstood. This leads many people to believe myths about stuttering. This brochure discusses some common myths and "debunks" them with straight talk about stuttering.

Myths, Beliefs and Straight Talk

I will outgrow my stuttering. Many teenagers and adults who stutter hope or believe that they will stop stuttering one day. Many deny that stuttering can be a problem or may even deny that their stuttering exists at all. Others may want stuttering to go away so much that they simply begin believing that it just might. For example, a 9th grade person who stutters was asked how he was going to manage his stuttering in college. The young man replied, "I won't stutter in college." This belief may be due to a couple of reasons, such as denial or hope.

Unfortunately, most people who recover from stuttering do so in early childhood. For example, most people start stuttering between 2-4 years of age, so if stuttering is going to go away by itself, it usually does so by 7 or 8 years of age. If you continue stuttering into your teenage years, you will most likely continue to stutter throughout adulthood. The good news is that there are many options and choices in managing stuttering productively. However, continuing to avoid dealing with stuttering due to denial or a hope or belief that it might simply "go away" tends to make our problems worse, not better.

I am alone. Many people who stutter grow up feeling alone and isolated. At this point in your life, you may be the only person you know with a noticeable (overt) stutter. You may also be hiding your (covert) stuttering reasonably well from other people. But trying to keep your stuttering a secret from the world may be controlling every aspect of your life. Your friends, teachers, or parents may not feel comfortable talking about stuttering and you may not either. It may feel like stuttering is shameful and should be kept a secret. But you are not alone. Most experts agree that close to one percent of the world's population stutter. This means that approximately 3 million people in the United States stutter and about 67 million people in the world stutter.

I stutter because I am a nervous person. While anxiety is not the cause of stuttering, anxiety may make us stutter more severely at times, such as during stressful situations like talking on the phone or speaking in front of a crowd. A frustrating reality about stuttering is that when we want to stutter less, we often end up stuttering more. And when we no longer fear our stuttering, we often end up stuttering less.

Stuttering is my fault. While we may not know the exact cause of stuttering, we are certain of two things: stuttering is not your fault, and stuttering is not your parents " fault. Stuttering is a biological and neurological condition. As such, stuttering is not contagious like the common cold and is not the result of bad parenting, a stressful childhood or a traumatic event. No one chooses to stutter and no one is to blame.

I am just not trying hard enough. Just as stuttering is variable, speaking strategies and tools we use to manage stuttering are also variable. Some days, no matter how hard we try, speech tools just don't work very well. In fact, sometimes it is easier to stutter than to use speaking strategies.

Some people, including relatives or even some well intentioned, but misguided Speech-Language Pathologists, think that because you can control stuttering some of the time, you should be able to control your stuttering all of the time. This myth is both unreasonable and is absolutely not true. If someone asks or expects you to be "100 percent fluent," feel free to reply by suggesting that they should never miss a free-throw in basketball ever again!

I need to hide my stuttering. Have you ever raised your hand in class or walked up to the counter at a fast food restaurant and found yourself changing what you wanted to say? Have you ever stayed home sick from school or refused to answer the phone so that you wouldn't have to talk? If you have done any of these things, you are reacting in a normal way to a very difficult situation.

For example, one of the authors of this brochure was asked during his freshman year of college, "Where are you from?" Rather than risk stuttering on the w in Wilmington or on the d in Delaware, the author replied, "I forget." At the time, it felt like anything was preferable to stuttering. But the reality is that the shame of losing your self-respect is far worse than the shame of stuttering. Saying what you want to say, when you want to say it is the most important thing. Stuttering is always allowed.

I must speak without stuttering. Some people who stutter might feel that it is their obligation to their parents, family, friends or even strangers to speak without stuttering. The root of this belief is that we (people who stutter) are broken and believe we are a burden to others. And the reality is that this belief is flawed. As people who stutter, we have a voice, and our voice deserves to be heard. While we may have a social obligation to communicate as effectively as we can, our listeners also have a social obligation to honor our right to freedom of speech.

I shouldn't talk about stuttering. Feeling shame about stuttering is normal. But talking about stuttering with the right people makes things better, not worse. You may be surprised by how many people will want to listen and will want to help. Start by talking with someone you trust such as a parent, sibling, teacher at school or friend. You can meet other people who stutter by contacting support groups like FRIENDS and the National Stuttering Association (see the resources section). You can also ask your speech pathologist to schedule some group therapy sessions so you can work with others who stutter.

Stuttering will hold me back in life. People who stutter are as smart and capable as anyone else. History is filled with exceptionally smart, talented and successful people who stutter, including: Winston Churchill (the Prime Minister of England during World War II) Albert Einstein (a Nobel Prize winner in physics), Charles Darwin (a scientist who documented the theory of natural selection and evolution), Marilyn Monroe (a popular actress and model), Bob Love (legendary star of the Chicago Bulls), Alan Rabinowitz (a famous zoologist and animal rights activist) and V.P. Joseph Biden.

Stuttering is uncool and stutterers can't be successful. Many cool people stutter including Bill Walton (an NBA all star and hall of famer and NBC Sports commentator), James Earl Jones (a professional actor), John Melendez (announcer for the Tonight Show), Darren Sproles (a running back and return specialist for the San Diego Chargers), John Stossel (a world renowned television reporter), Carly Simon (winner of an Oscar and Grammy award) and many more.

There are also many cool people who stutter that are still being discovered. Taro Alexander is the founder and artistic director of the Our Time Theatre Company and Camp Our Time, an artistic home for people who stutter. Taro is an actor who has been in STOMP and Law and Order. Eric Jackson is a guitar player in three New York City bands, founder of a self-help group for people who stutter in Brooklyn, co-host of the StutterTalk podcast and is studying to be a speech pathologist. And Caryn Herring has been featured on MTV "s True Life series talking about stuttering and is studying to become a speech pathologist.

FRIENDS: The National Association of Young People Who Stutter – A self-help organization focusing on teenagers, children, families and professionals. Contact: 866-866-8335, www.FriendsWhoStutter.org, [email protected]

The National Stuttering Association (NSA) – A self-help organization for adults, teens and children who stutter, families and professionals with local chapters across the United States. Contact: 800-937-8888, www.WeStutter.org, [email protected]

The Stuttering Association for the Young (SAY) – Are comprised of young people who stutter ages 8-19, who study acting, singing, playwriting, drumming and dance with professional artists. Contact: 212-414-9696, www.say.org, [email protected]

Films, DVDs, Videos, Podcasts, and eBooks - A great way to view, hear and learn from other people who stutter.


4. Those Who Stutter Are Less Intelligent

A person who stutters may have trouble saying what they want to say, but they are not confused. Stuttering doesn’t make a person less smart or less intelligent.

Several Leading speech-language pathologists, scientists, politicians, actors, writers and entrepreneurs stutter. It hasn’t impacted their ability to make decisions.

Stuttering is a speech disorder that affects one’s ability to produce smooth speech. It doesn’t affect one’s cognition, emotional intelligence, memory or learning abilities.


The severity of stuttering varies widely among people. It may also vary in the same individual from day to day and depending on the speaking situation. Saying one’s name and speaking to authority figures may be particularly difficult. For some people, fatigue, stress, and time pressure can increase their tendency to stutter. When people who stutter feel compelled to hide their stuttering, it generally becomes worse.

Patterns of stuttering behavior also vary. People who stutter may experience repetitions (D-d-d-dog), prolongations (Mmmmmmilk), or blocks (an absence of sound), or can experience some combination of these sounds. Some who stutter will also try to avoid stuttering by pausing before words, substituting words, and interjecting phrases such as “you know,” “well actually,” “um,” etc., whenever they anticipate a moment of stuttering. As a result, the person may create the false impression of being hesitant, uncertain, or confused.

A job interview may be the single most difficult speaking situation a person who stutters will ever encounter. Stuttering is likely to be at its worst. Therefore, the degree of stuttering at the interview should not be used to predict how the person will actually speak on the job.


Can Anxiety Cause Stuttering? A Look at Speech and Mental Health

Stuttering is a complex speech issue that affects about 1% of adults. People who stutter may become socially anxious, fear public speaking, or worry their stuttering will undermine their performance at work or school.

Research shows that stuttering is not a mental health diagnosis, and anxiety is not the root cause of stuttering. Anxiety can, however, make stuttering worse. This can create a vicious feedback loop in which a person fears stuttering, causing them to stutter more. In some cases, anxiety about stuttering may disrupt a person’s relationships and ability to communicate.