Informations

Le meilleur moyen de capturer l'effet d'énerver les gens ?

Le meilleur moyen de capturer l'effet d'énerver les gens ?



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Je suis un étudiant de premier cycle, je prévois de faire des recherches pour voir à quel point j'aime ça avant de postuler pour des programmes d'études supérieures.

Je recherche les effets d'une certaine caractéristique d'un présentateur qui rend les gens contrariés, mal à l'aise, aggravés ou mécontents lors d'un court clip comme une publicité télévisée. Mon plan est de demander aux sujets de regarder un court clip avec un présentateur et de voir s'ils sont aggravés, contrariés, mal à l'aise avec le présentateur en fonction de cette caractéristique qui change et de comparer cela à travers les données démographiques. Je n'ai pas beaucoup d'expérience dans la mise en place et la réalisation d'expériences, donc toute aide serait très appréciée.

Comment puis-je quantifier à quel point le sujet s'est senti contrarié, mal à l'aise, aggravé ou mécontent ?

Comment puis-je m'assurer que l'expérience de chaque sujet est la même pour ce seul facteur ?

Dois-je faire quelque chose de spécial car je ne pourrai pas faire le même test sur le même sujet exactement ?

Je veux vraiment savoir comment réaliser au mieux cette expérience.


Sans savoir exactement quel est le facteur qui vous intéresse, il est difficile de prédire dans quelle mesure il serait possible de le manipuler. Par exemple, est-il possible de faire deux vidéos de l'orateur, une avec le facteur et une sans, sans que rien d'autre ne change ? Je suppose que vous ne pouvez probablement pas faire cela, je vais donc me concentrer sur la façon dont vous pourriez être en mesure d'exécuter l'expérience sans ce type de contrôle très spécifique.

Une option serait de faire plusieurs vidéos, la moitié avec le facteur critique et l'autre sans. Il y aura beaucoup d'autres choses qui varieront entre ces vidéos, mais tant que la seule chose qui varie systématiquement est le facteur qui vous intéresse, alors vous pouvez lancer une expérience informative.

Vous avez demandé : Comment puis-je m'assurer que l'expérience de chaque sujet est la même pour ce seul facteur ? La réponse est que vous ne pouvez pas vraiment faire cela. Vous pouvez essayer de vous rapprocher, mais les sujets auront toujours des expériences légèrement différentes. C'est pourquoi nous devons exécuter de nombreux sujets pour déterminer si un effet est fiable. N'importe quel sujet donné peut être simplement fatigué/affamé/excentrique quand il vient à l'expérience et cela affectera vos résultats. Mais, si vous exécutez beaucoup de sujets, il est probable que les sujets fatigués/affamés/excentriques seront dans les deux conditions, et donc en moyenne n'auront pas d'impact sur vos conclusions.

Selon la durée des vidéos, vous pouvez potentiellement montrer plusieurs vidéos à un seul sujet et mesurer leurs réponses émotionnelles à chacun. Il s'agit d'une conception intra-sujet, et l'avantage de ceci est qu'elle contrôle une partie de la variation aléatoire (fatigue/faim/exaspération) entre les différents sujets de votre expérience. Si le sujet A a tendance à être plus excentrique que le sujet B, cela introduira du bruit dans vos résultats si chaque sujet ne voit qu'un seul type de vidéo. Mais si les sujets voient les deux types de vidéos, vous pouvez tester si les vidéos avec le facteur ont tendance à aggraver les sujets, en contrôlant leur niveau d'aggravation « de base ». Si les vidéos sont plus longues, vous pouvez simplement montrer un type de vidéo à chaque sujet (une conception inter-sujets), mais cela nécessitera probablement la collecte de données auprès de plus de sujets pour éliminer le bruit de certains sujets plus sujets à l'aggravation que d'autres. .


Des mesures de type polygraphe peuvent être utiles pour obtenir des données concrètes - l'excitation émotionnelle et le stress ont des effets biologiques, et mesurer + enregistrer la fréquence cardiaque et la pression artérielle peut être fait assez simplement.

Pour une analyse qualitative, il serait utile de capturer autant que possible de l'expérience - par ex. un enregistrement vidéo du visage pour analyser les changements d'expression, ainsi qu'un enregistrement vidéo du corps entier. Vous devez également disposer d'un moyen solide de synchroniser l'enregistrement avec le stimulus affiché, afin de pouvoir faire correspondre les heures de l'événement par la suite.


Je vois que vous voulez mesurer les réactions en fonction de la visualisation d'un clip par démographie.

Comment puis-je quantifier à quel point le sujet s'est senti contrarié, mal à l'aise, aggravé ou mécontent ?

Vous le quantifiez en recueillant des données concrètes : fréquence cardiaque, tension artérielle, dilatation de la pupille (si vous pouvez l'obtenir dans la vidéo) et toutes les autres expériences similaires mesurées. Vous avez un questionnaire standard. Mais vous devriez également essayer d'obtenir des données qualitatives.

Comment puis-je m'assurer que l'expérience de chaque sujet est la même, à l'exception de ce seul facteur ?

Vous faites de votre mieux, documentez tous les points de défaillance possibles et disposez d'un système pour randomiser qui obtient quoi.

Dois-je faire quelque chose de spécial car je ne pourrai pas faire le même test sur le même sujet exactement ?

Vous devriez passer en revue la littérature sur ces types d'expériences et essayer de suivre les garanties utilisées par les autres expérimentateurs. Je me souviens qu'un théoricien de premier plan s'est plaint que personne ne respecte les garanties établies par la personne qui a établi les différentes manières dont les rats avaient de détecter où se trouvait la nourriture. Vous devez prendre grand soin de vous assurer de suivre les meilleures pratiques pour faire cette recherche, ou vous saperez votre crédibilité en tant que chercheur et la crédibilité de vos résultats.


Une autre approche expérimentale consiste à demander aux sujets d'effectuer une tâche avant et après avoir vu la vidéo, où leur performance individuelle à la tâche varie en fonction de l'état émotionnel du sujet : confort vs inconfort, relaxation vs agitation, calme vs contrariété. Idéalement, la tâche est simple et n'implique pas de réflexion ou de compétence. Dans cette configuration, votre objectif est de faire en sorte que les sujets révèlent leur état émotionnel à travers leur performance dans cette tâche, et non à travers une révélation ou une prise de conscience directe.

L'autre avantage de cette approche est que vous ne signalez pas aux sujets que vous testez leur état émotionnel.

Un exemple d'une telle tâche consiste à interpréter l'état émotionnel de l'expression faciale d'une autre personne. Par exemple, la tâche peut être d'évaluer une série de photos avec des expressions faciales ambiguës et de les classer en deux catégories : « Approuvé » contre « Pas fiable ». (Vous pouvez mettre cela dans un cadre simple : "Imaginez que vous êtes dans la bibliothèque. Vous devez sortir pour prendre un appel. Feriez-vous confiance à cette personne pour surveiller vos objets de valeur (ordinateurs, livres) pendant quelques minutes ?")

Bien que je n'aie pas de référence pour vous, je crois avoir lu des recherches à ce sujet qui ont révélé que les sujets étaient plus susceptibles d'interpréter positivement les expressions faciales ambiguës si le sujet était dans un état émotionnel positif.

Il existe des tâches encore plus simples qui pourraient être de bons candidats. Vous pourriez probablement trouver une liste de candidats en lisant la littérature de recherche expérimentale.

Encore une fois, tout ce qui vous intéresse dans cette expérience est le différence entre la performance de chaque individu quand ils sont contrariés par rapport à à l'aise.

Vous pouvez tester la validité de cette méthode expérimentale indépendamment. Recruter des sujets pour un essai contrôlé randomisé. Au lieu de leur montrer la vidéo, vous allez directement les irriter (groupe stimulus) ou non (groupe contrôle). Votre stimulus pourrait être un enregistrement audio de 15 secondes d'ongles grattant sur un tableau noir. Pour le contrôle, vous pouvez utiliser un enregistrement audio de 15 secondes d'une tonalité d'onde sinusoïdale (environ 400 Hz). Vos performances avant et après les tâches devraient être très différentes pour le groupe de stimulation et ne montrer aucun changement dans le groupe de contrôle. (Pour de meilleurs résultats, vous devez affecter au hasard les sujets à des groupes, et même vous ne devez pas savoir qui est dans quel groupe - "en double aveugle".)

Outre les tests de validité, cette expérience vous donnera un standard de comparaison pour évaluer à quel point vos vidéos sont irritantes ou dérangeantes, par rapport aux ongles grattant sur un tableau noir.

ÉDITER: Si vous connaissez l'émission télévisée "À bas les mythes", ils ont fait des expériences impliquant la privation de sommeil et aussi la consommation d'alcool où les sujets devaient effectuer la même tâche avant et après le stimulus. Si je me souviens bien, l'épisode des "lunettes de bière" impliquait une tâche de notation des visages pour l'attractivité avant et après avoir beaucoup bu.

ÉDITER: Les autres réponses vous conseillent de mesurer les phénomènes physiologiques grâce à des capteurs directs. Même si vous pouvez obtenir les capteurs et les enregistreurs de données, l'analyse des données peut être plus compliquée qu'il n'y paraît. Il n'est pas si facile d'agréger ces données en une évaluation globale fiable de l'état émotionnel selon une seule dimension : à l'aise vs contrarié. Déduire un état émotionnel à partir de variables physiologiques est tout un domaine de recherche en soi !


12 façons super efficaces de surmonter les mauvaises expériences

Presque tout le monde connaît ce sentiment lorsque, souvent après une rupture, vous revivez indéfiniment ce qui vous est arrivé dans le passé et ne pouvez pas vous débarrasser de certaines pensées destructrices.

Nous à Le bon côté ont rassemblé une sélection d'idées de psychologues professionnels qui peuvent vous aider à faire face à des expériences difficiles. Et cela inclut non seulement les ruptures, mais tous les souvenirs désagréables que vous ne pouvez pas oublier.

1. Parlez moins et faites des pauses

Lorsque vous discutez avec quelqu'un qui peut vous émouvoir, essayez de faire des pauses. Vous avez besoin de temps pour « vous détendre » et pour réfléchir à ce que vous avez dit. Par ici, il y aura moins de choses dites que vous regretterez plus tard. Et, finalement, votre colère et votre irritation se dissiperont.

2. Attendez et voyez ce qui va se passer

Nous ressentons souvent le besoin de réagir immédiatement à une situation, à ce qui a été dit ou aux actions d'une personne. Ce faisant, nous prenons souvent des décisions irréfléchies. Les psychologues suggèrent que c'est beaucoup mieux ne pas se précipiter et se donner le temps de réfléchir. Voyez ce qui se passe ensuite sans essayer de façonner la situation vous-même.

3. Arrêtez de chercher qui est à blâmer

Analyser constamment le passé à la recherche de blâme, y compris trouver des moyens de vous blâmer, conduit rarement à un résultat positif. C'est généralement le cas qu'un certain nombre de facteurs conduisent au résultat que vous rencontrez maintenant - tout agit comme un domino avec une chose menant à une autre. Acceptez-le simplement : ce qui s'est passé est arrivé. Ce qui compte maintenant, c'est de trouver une solution.

4. N'essayez pas de grimper dans la tête de quelqu'un d'autre

Demandez-vous ceci : Si d'autres personnes essaient de comprendre ce que vous pensez et quelles sont vos motivations, tireront-elles les bonnes conclusions ? Il y a de fortes chances qu'ils n'aient pas la moindre idée de ce qui se passe réellement dans votre tête. La même règle s'applique vis-à-vis des autres : il y a de fortes chances que vous parveniez vous-même à des conclusions erronées à leur sujet et, ce faisant, vous perdiez simplement votre temps.

5. Traitez d'abord le plus gros problème

Indépendamment de ce qui vous est arrivé, le plus gros problème auquel la plupart d'entre nous devons faire face est notre colère. Cela amortit toutes les autres émotions et repousse la résolution de vos problèmes hors de vue. Essayez d'éteindre votre colère avec la méditation, de longues promenades ou de l'exercice physique. Ou bien toute activité qui vous aide à vous calmer.

6. Développer de nouvelles compétences et faire du sport

Lorsque votre cerveau passe à l'étude de quelque chose de nouveau, le nombre de pensées indésirables dans votre tête est progressivement réduit à zéro. Chaque fois que nous assimilons un nouveau processus dans nos idées et nos expériences, nous nous concentrons sur lui à un point tel que nous pensons beaucoup moins. La même règle s'applique lorsque nous nous engageons dans un effort physique.

7. Écrivez toute votre négativité sur papier, puis détruisez-la

La recherche a montré qu'exposer toutes nos pensées malheureuses sur papier, puis les détruire, peut nous aider à réduire le niveau de stress et de tension que nous ressentons à la suite de telles pensées. Le processus d'écriture des choses vous permet également pour mieux comprendre vos propres sentiments par rapport à simplement les énumérer dans votre esprit.


7 façons de capter l'attention de quelqu'un

Votre succès à long terme dépend de votre capacité à attirer l'attention des autres. Si votre patron ne remarque pas votre travail, comment obtiendrez-vous une promotion ? Si votre équipe ne vous écoute pas, comment pouvez-vous diriger efficacement ? Et si vous ne parvenez pas à capter l'attention des clients, comment votre entreprise ou votre carrière survit-elle ?

« L'attention est la devise la plus importante que n'importe qui puisse vous donner », m'a dit un jour Steve Rubel d'Edelman. "Cela vaut plus que de l'argent, des biens ou des choses."

Mais très peu de gens connaissent la science derrière la captation des autres. C'est pourquoi j'ai passé deux ans à faire des recherches sur le sujet pour mon nouveau livre. J'ai passé au crible plus de 1 000 études de psychologie, de neurologie, d'économie et de sociologie. J'ai interviewé des dizaines de chercheurs de premier plan et de leaders d'opinion qui attirent l'attention, dont Sheryl Sandberg, Steven Soderbergh et David Copperfield, pour n'en nommer que quelques-uns. Et je me suis appuyé sur mes années d'expérience avec des startups, à la fois en tant que co-éditeur de Mashable et un investisseur en capital-risque.

J'ai appris qu'il y a sept déclencheurs qui attirent l'attention des gens :

Automaticité. Si quelqu'un tire en l'air, vous allez tourner la tête. Si une auto-stoppeuse porte du rouge, elle est plus susceptible de se faire prendre. Des signaux sensoriels comme ceux-ci pour diriger automatiquement notre attention. C'est un mécanisme de sécurité et de survie qui nous aide à réagir plus vite que notre cerveau ne peut le penser. Je ne suggère pas que vous parliez plus fort que tout le monde et que vous portiez toujours des robes ou des chaussettes pourpres. Mais pensez à des façons plus subtiles de jouer sur l'instinct des gens pour capter l'attention. Par exemple, essayez de donner à un prospect ou à un client une tasse de café ou de thé chaud. Une étude publiée dans Science ont découvert que l'exposition à ce genre de chaleur les rendait plus généreux et amicaux.

Encadrement. Notre vision du monde est façonnée par nos expériences et préjugés biologiques, sociaux et personnels. Ces cadres de référence nous amènent à embrasser et à prêter attention à certaines idées et à en ignorer complètement d'autres. Pour tirer parti de ce déclencheur, vous devez soit vous adapter au cadre de votre public, soit le modifier. Une technique que vous pouvez utiliser pour atteindre ce dernier est la répétition. Une étude classique des années 1970 a révélé que si vous exposez les sujets à la même déclaration (par exemple, « Tulane a vaincu Columbia lors du premier match du Sugar Bowl. ») à plusieurs reprises, ils commenceront à croire que c'est vrai. N'ayez donc pas peur de répéter un message si vous voulez qu'il pénètre.

Perturbation. Nous portons une attention particulière à tout ce qui viole nos attentes. C'est parce que nous avons un besoin inné de déterminer si l'incident signale une menace ou un développement positif. Dans les cercles universitaires, c'est ce qu'on appelle la théorie des violations des attentes. Plus quelque chose est dérangeant, plus il devient intéressant. Pour attirer l'attention de vos patrons, clients et collègues, essayez de les surprendre de manière positive : posez une question inattendue, dépassez un délai serré, invitez-les à une promenade au lieu d'un café.

Récompense. Beaucoup de gens croient que le neurotransmetteur dopamine nous fait ressentir du plaisir. Mais, selon le Dr Kent Berridge de l'Université du Michigan, il est beaucoup plus aligné sur l'anticipation et la motivation. Cela alimente notre désir de « vouloir » de la nourriture, du sexe, de l'argent ou des récompenses plus intrinsèques comme l'autosatisfaction et le sens du but. La perspective de capturer ces choses nous fait prêter attention. Votre objectif en tant que manager devrait être d'identifier les incitations qui séduisent le plus vos employés, collègues et patrons et de les rendre plus viscérales dans leur esprit. Les récompenses que nous pouvons toucher, expérimenter ou même simplement visualiser ont un impact plus important sur notre attention. Par exemple, lorsque vous proposez à votre équipe une retraite hors site à la fin d'un grand projet, ne vous contentez pas de leur en parler - envoyez-leur des photos et faites-les saliver.

Réputation. Les consommateurs classent systématiquement les experts comme les porte-parole les plus fiables, plus que les PDG ou les célébrités. Il y a une raison scientifique à cela : dans une étude de 2009, le neuroéconomiste de l'Université Emory, Greg Berns, a découvert que les centres de prise de décision de notre cerveau ralentissaient ou même s'arrêtaient pendant que nous recevions les conseils d'un expert. C'est un phénomène que le Dr Robert Cialdini appelle « déférence dirigée ». Donc, surtout si vous essayez de capter l'attention de personnes qui ne vous connaissent pas, n'hésitez pas à montrer vos références, à établir votre expertise et à citer d'autres personnes qui connaissent le mieux le sujet en question.

Mystère. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi nous sommes incapables de poser un bon livre ou d'arrêter de regarder des émissions comme Perdu? Notre mémoire est affinée pour se souvenir d'histoires et de tâches incomplètes. Il existe en fait un terme scientifique pour cela : l'effet Zeigarnik, du nom du psychologue soviétique qui l'a découvert. Nous n'aimons pas non plus l'incertitude et nous essaierons activement de la réduire par tous les moyens possibles, et vous pouvez l'utiliser à votre avantage. Supposons que vous rencontrez un client potentiel ou une recrue et que vous aimeriez qu'elle revienne pour une deuxième réunion. Racontez-lui une histoire ou attribuez-vous une tâche que vous terminerez quand elle le fera. Sa compulsion pour l'achèvement la harcelera, ce qui signifie que vous avez son attention.

Reconnaissance. Dr Thomas de Zengotita, anthropologue des médias et auteur de Médiation, croit que la reconnaissance - notre besoin de validation et d'empathie de la part des autres - est l'un de nos besoins les plus vitaux. « Tous les mammifères veulent de l'attention », m'a-t-il dit. « Seuls les êtres humains ont besoin de reconnaissance. » La clé de ceci est un sentiment d'appartenance à une communauté qui se soucie de nous. Créez ce sentiment pour toute personne dont vous aimeriez capter l'attention, et elle vous récompensera.

Les employés, les gestionnaires et les cadres les plus efficaces sont ceux qui utilisent ces sept déclencheurs pour mettre en lumière leurs idées, leurs projets et leurs équipes. Comprendre la science de l'attention est une condition préalable au succès à l'ère de l'information.


L'affect d'une personne est l'expression d'émotions ou de sentiments manifestés aux autres à travers des expressions faciales, des gestes de la main, le ton de la voix et d'autres signes émotionnels tels que le rire ou les larmes. L'affect individuel fluctue en fonction de l'état émotionnel. Ce qui est considéré comme une gamme normale d'affects, appelé le large effet , varie d'une culture à l'autre, et même au sein d'une culture. Certaines personnes peuvent faire des gestes prolifiques tout en parlant et afficher des expressions faciales dramatiques en réaction à des situations sociales ou à d'autres stimuli. D'autres peuvent montrer peu de réponse extérieure aux environnements sociaux ou aux interactions, exprimant une gamme étroite d'émotions au monde extérieur.

Les personnes atteintes de troubles psychologiques peuvent afficher des variations dans leur affect. UNE limité ou effet resserré décrit une légère restriction dans la gamme ou l'intensité de l'affichage des sentiments. Au fur et à mesure que la réduction de la manifestation des émotions s'accentue, le terme vive émotion peut être appliqué. L'absence de toute manifestation d'émotions est décrite comme effet plat où la voix est monotone, le visage inexpressif et le corps immobile. Affect labile décrit une instabilité émotionnelle ou des sautes d'humeur dramatiques. Lorsque l'affichage extérieur de l'émotion est hors contexte pour la situation, comme le rire en décrivant la douleur ou la tristesse, l'affect est qualifié d'« inapproprié ».


Autres causes de sautes d'humeur

L'anxiété est quelque chose qui change beaucoup votre style de vie. Il peut être plus difficile de sortir ou de socialiser avec des amis. La vie devient tout simplement plus difficile, et plus la vie est difficile, plus il est possible que votre système d'adaptation (vos amis, votre bonheur, etc.) s'effondre avec elle.

Faire face est une habileté mentale et une qui lutte souvent lorsque vous avez de l'anxiété. Plus il se décompose, plus vous aurez de chances d'avoir des rebondissements émotionnels.

Enfin, il est également possible que vos sautes d'humeur n'aient rien à voir avec l'anxiété, mais faire face à l'anxiété les déclenche régulièrement plus souvent qu'auparavant. Tout n'est pas directement causé par l'anxiété, mais souvent l'anxiété fait ressortir certains des problèmes émotionnels avec lesquels les gens ont déjà lutté.


Comment traiter avec les gens grossiers

Cet article a été co-écrit par William Gardner, PsyD. William Gardner, Psy.D. est psychologue clinicienne en pratique privée située à San Francisco, dans le quartier financier de Californie. Avec plus de 10 ans d'expérience clinique, le Dr Gardner propose une psychothérapie personnalisée aux adultes en utilisant des techniques cognitivo-comportementales, pour réduire les symptômes et améliorer le fonctionnement global. Le Dr Gardner a obtenu son PsyD à l'Université de Stanford en 2009, spécialisé dans les pratiques fondées sur des preuves. Il a ensuite effectué un stage post-doctoral chez Kaiser Permanente.

Il y a 8 références citées dans cet article, qui se trouvent en bas de la page.

wikiHow marque un article comme étant approuvé par le lecteur une fois qu'il reçoit suffisamment de commentaires positifs. Cet article contient 28 témoignages de nos lecteurs, ce qui lui vaut notre statut d'approbation par les lecteurs.

Cet article a été vu 853 469 fois.

Vous aurez inévitablement à faire face à des gens méchants ou grossiers tout au long de votre vie. Que ce soit un parfait inconnu à l'épicerie, votre colocataire ou un collègue, il y aura toujours quelqu'un qui vous énerve. Il existe différentes stratégies pour traiter les personnes grossières en fonction de la situation. S'il s'agit d'une personne qui vous a insulté personnellement ou que son impolitesse est quelque chose que vous devez gérer quotidiennement, il peut être préférable de la confronter directement pour éviter que cela ne se reproduise. Si la personne est un parfait inconnu et que son impolitesse est insensée et ne vaut pas votre temps, il est probablement sage de vous éloigner complètement de la situation.


10. Faites des critiques constructives.

Tout d'abord, les critiques constructives ne doivent être émises que si elles sont demandées. Souvenez-vous du point n°4 : si ce n'est pas positif, ne le dites pas. Si vous critiquez quelqu'un pour ses défauts sans qu'aucune contribution ne soit demandée, vous ne ferez que le contrarier. Mais si tu sommes demandé des commentaires, le livrer d'une manière positive. À titre d'exemple, supposons que quelqu'un vous ait demandé des commentaires sur un article, un blog, un essai ou un CV qu'il a écrit. Vous pouvez envoyer vos commentaires comme ceci :

&ldquoTout d'abord, merci de m'avoir demandé votre avis : cela signifie beaucoup que vous me faites confiance ! Je l'ai regardé et laisse-moi juste dire que j'aime ce que tu as fait avec [insérer un compliment positif ici]. Mais je pense que ce serait encore mieux si tu faisais ça à la place [insérer des critiques constructives et des commentaires pour l'amélioration ici].&rdquo


7 façons scientifiquement prouvées de capter l'attention de quelqu'un

Qu'il s'agisse de présenter votre startup à un investisseur ou d'essayer d'impressionner votre patron, vous passez probablement une grande partie de votre vie à lutter pour l'attention de quelqu'un.

La bonne nouvelle est qu'il existe de nombreuses recherches sur la façon dont le cerveau humain perçoit les informations et dirige son attention.

L'auteur et investisseur Ben Parr a parcouru cette recherche et a mené des entretiens avec des experts dans le domaine pour isoler sept de ce qu'il appelle les « déclencheurs de captivation », qu'il explore dans son livre « Captivologie : la science de la capture de l'attention des gens. .”

Nous avons résumé les sept déclencheurs que vous pouvez utiliser pour attirer l'attention de n'importe qui.

Automaticité : Activez les sens.

"Nous prêtons attention inconsciemment et automatiquement à certaines images, sons, couleurs et autres stimuli sensoriels en fonction du contraste qu'ils ont avec leur environnement et des associations que nous avons avec eux", explique Parr.

Par exemple, la couleur d'un logo d'entreprise est en partie responsable de la façon dont un consommateur perçoit la marque — le rouge peut évoquer l'intensité et l'agressivité, le bleu peut évoquer le confort et la clarté le jaune peut évoquer l'énergie et la fraîcheur.

Et votre température corporelle peut déterminer la façon dont vous jugez quelqu'un. Dans une étude de 2008, les chercheurs Lawrence Williams et John A. Bargh ont découvert que les participants qui tenaient une tasse de café chaud étaient plus susceptibles de juger un étranger comme de bonne humeur et généreux que ceux qui tenaient un café glacé. Ils ont également découvert que tenir un objet chaud rendait une personne plus susceptible d'être elle-même généreuse. Donc, si vous rencontrez quelqu'un pour la première fois, essayez de vous rencontrer autour d'un café chaud. Si vous allez négocier un accord, assurez-vous que le vôtre est glacé.

En ce qui concerne le son, "n'oubliez pas que le nom d'une personne est pour cette personne le son le plus doux et le plus important dans toutes les langues", comme l'a écrit Dale Carnegie dans "Comment gagner des amis et influencer les gens".

Cadrage : contextualisez votre argumentation pour plaire à votre public.

"Nous traitons les informations d'une manière qui utilise nos cadres de référence existants", a déclaré Dietram Scheufele de l'Université du Wisconsin-Madison à Parr dans son livre.

David McNew/Getty Une étude célèbre a révélé que la façon dont une question était posée modifiait la perception des gens d'un accident de voiture simulé qu'ils regardaient.

Parr explique : « Nos expériences passées, notre câblage biologique, nos attentes culturelles, nos intérêts, nos opinions et nos humeurs actuelles influencent nos cadres de référence. Ils sont le contexte dans lequel nous faisons nos choix ou réagissons comme nous le faisons, car aucun choix ou réaction ne se fait dans le vide.”

Une illustration célèbre du cadrage est l'étude de 1974 par Elizabeth Loftus et John Palmer de l'Université de Washington qui a demandé à des groupes de participants de regarder une vidéo d'un accident de voiture simulé et de deviner à quelle vitesse les voitures allaient.

La vidéo montrée à chaque groupe est restée la même, mais un verbe utilisé dans la question différait, par exemple : “A quelle vitesse allaient les voitures quand elles entré en collision avec / heurté / écrasé / contacté le groupe qui a entendu « fracassé » a donné aux voitures les vitesses estimées les plus élevées, et lorsqu'on a demandé à chaque groupe une semaine plus tard si la vidéo qu'ils avaient vue contenait du verre brisé (ce n'était pas le cas), le & Le groupe #8220smashed” avait un pourcentage beaucoup plus élevé de souvenirs de verre brisé.

Perturbation : briser les attentes.

« Nous prêtons attention aux choses qui violent nos attentes envers le monde », déclare Parr.

Selon la théorie de la violation des attentes, une violation positive de nos attentes nous fait percevoir quelque chose d'autant plus favorable qu'il ne le serait autrement, et une violation négative a l'effet inverse.

Dans un article de Harvard Business Review, Parr vous recommande de « poser une question inattendue, de respecter un délai difficile ou d'inviter [quelqu'un] à se promener au lieu d'un café » pour gagner les faveurs de votre patron, collègue ou client .

Récompense : Créer du désir.

Les flèches rouges montrent le flux de dopamine dans le cerveau.

Parr dit que dans ses recherches, il a appris que, selon le Dr Kent Barridge de l'Université du Michigan, la dopamine est plus étroitement liée à la création du désir que du plaisir, comme on le comprend généralement.

Barridge a mené une étude dans laquelle il a découvert que les souris de laboratoire dépourvues de dopamine étaient toujours capables de ressentir du plaisir lorsqu'elles recevaient de l'eau sucrée, mais perdaient la motivation d'obtenir des récompenses, ce qui a causé la mort de beaucoup d'entre elles.

Cela signifie que pour attirer pleinement l'attention de quelqu'un, vous devez offrir la possibilité de récompenses extrinsèques et intrinsèques.

Parr recommande, par exemple, que les managers puissent fidéliser leurs employés les plus talentueux en équilibrant les récompenses extrinsèques (un moyen tangible de satisfaction) comme les bonus avec des récompenses intrinsèques (les opportunités de s'améliorer) comme les nouveaux défis.

Réputation : Établir la crédibilité.

« Nous accordons une grande déférence et une grande attention aux sources réputées », déclare Parr.

Robert Cialidini de l'Arizona State University qualifie la tendance naturelle des gens à accepter l'autorité sans poser de questions de "déférence dirigée".

Cela a été montré dans une étude réalisée en 2009 par Greg Berns de l'Université Emory, qui a révélé que les parties décisionnelles du cerveau des participants s'arrêtaient essentiellement lorsqu'ils étaient conseillés par des experts financiers, acceptant le conseil comme un fait.

C'est pourquoi il est nécessaire de d'abord convaincre quelqu'un qu'il devrait vous écouter en premier lieu avant même de pouvoir considérer votre argument. C'est pourquoi de nombreux investisseurs prêtent désormais attention aux sites de financement participatif comme Kickstarter, qui offrent une preuve de concept et minimisent la perception du risque par un investisseur.

Mystère : laissez les choses incomplètes.

Selon le principe de réduction de l'incertitude, le cerveau cherche constamment à réduire l'incertitude sur la cible de son focus. Et selon l'effet Zeigarnik, "nous avons une meilleure mémoire pour les tâches et les pensées incomplètes" par rapport à celles qui ont été terminées, dit Parr.

Si vous essayez de capter l'intérêt de quelqu'un, n'en donnez pas trop et n'épuisez pas la présentation.

C'est pourquoi, par exemple, le fondateur d'Influencers Jon Levy dit qu'aucune réunion d'introduction ne devrait durer plus de 45 minutes. "Il est préférable de quitter la conversation en ayant quelque chose à dire et en ayant l'impression que vous avez besoin de vous reconnecter plutôt que de sentir que l'énergie est morte", dit-il.

Reconnaissance : Contribuez à l'identité de votre public.

Les plus grands « maîtres de l'attention », dit Parr, créent un sentiment de communauté avec leur public, car les humains ont un désir inné d'être reconnus.

C'est pourquoi des entreprises comme Google et Salesforce, qui offrent des avantages qui reconnaissent les employés en tant qu'individus plutôt que de simples rouages ​​de la machine, continuent d'attirer les meilleurs talents et de surpasser leurs concurrents.

Cet article est publié en collaboration avec . La publication n'implique pas l'approbation des opinions du Forum économique mondial.

Auteur : Richard Feloni couvre la stratégie de gestion et l'esprit d'entreprise pour Business Insider.

Image : Une femme d'affaires se promène sur l'esplanade de La Défense, dans le quartier financier et d'affaires de La Défense. REUTERS/Gonzalo Fuentes.


Gérer les émotions difficiles

Les émotions (sentiments) sont une partie normale et importante de notre vie.

Certaines émotions sont positives. Pensez au bonheur, à la joie, à l'intérêt, à la curiosité, à l'excitation, à la gratitude, à l'amour et au contentement. Ces émotions positives font du bien. Les émotions négatives, comme la tristesse, la colère, la solitude, la jalousie, l'autocritique, la peur ou le rejet, peuvent être difficiles, voire parfois douloureuses.

C'est particulièrement vrai lorsque nous ressentons une émotion négative trop souvent, trop fortement, ou que nous nous y attardons trop longtemps.

Cependant, les émotions négatives sont impossibles à éviter. Tout le monde les ressent de temps en temps. Ils peuvent être difficiles, mais nous pouvons apprendre à les gérer.

Voici trois étapes qui peuvent vous aider à gérer les émotions négatives.

Étape 1 : Identifier l'émotion

Apprendre à remarquer et à identifier vos sentiments demande de la pratique. En plus de vous concentrer sur vos sentiments, vérifiez également avec votre corps. Vous pouvez ressentir des sensations corporelles avec certaines émotions et peut-être que votre visage devient chaud, par exemple, ou que vos muscles se contractent.

  • Soyez conscient de ce que vous ressentez. Lorsque vous ressentez une émotion négative, comme la colère, essayez de nommer ce que vous ressentez.
    Par exemple:
    Ce gars Ian dans mon groupe d'étude me fait tellement fou!
    je reçois ainsi jaloux quand je vois cette fille/ce type avec mon ex.
    Je ressens peur chaque fois que je dois passer devant ces brutes.
  • Ne vous cachez pas ce que vous ressentez. Vous ne voudrez peut-être pas diffuser vos sentiments à d'autres personnes (comme votre ex, par exemple, ou ce type de votre groupe d'étude qui vous rend fou). Mais ne supprimez pas complètement vos sentiments. Nommer simplement le sentiment est bien mieux que de prétendre ne pas l'avoir et d'exploser sans réfléchir.
  • Sachez pourquoi vous vous sentez comme vous le faites. Découvrez ce qui s'est passé pour que vous vous sentiez comme vous le faites.
    Par exemple:
    Chaque fois que nous réalisons des projets de groupe, Ian trouve un moyen de s'attribuer tout le mérite du travail des autres.
    Notre professeur pense que Ian est la star de l'équipe, même s'il n'a jamais ses propres idées.
    Quand je vois mon ex flirter avec d'autres personnes, cela me rappelle que j'ai toujours des sentiments pour lui.
    Même si les intimidateurs ne s'en prennent pas à moi, je vois ce qu'ils font aux autres et cela m'inquiète.
  • Ne culpabilise pas. Être capable de reconnaître et d'expliquer vos émotions n'est pas la même chose que blâmer quelqu'un ou quelque chose pour ce que vous ressentez. Votre ex ne voit probablement pas quelqu'un de nouveau comme un moyen de vous venger, et le gars qui s'attribue le mérite de votre travail pourrait même ne pas se rendre compte de ce qu'il fait. Ce que tu ressens quand ces choses arrivent vient de à l'intérieur de toi. Vos sentiments sont là pour une raison et pour vous aider à comprendre ce qui se passe.
  • Acceptez toutes vos émotions comme naturelles et compréhensibles. Ne vous jugez pas pour les émotions que vous ressentez. C'est normal de les ressentir. Reconnaître ce que vous ressentez peut vous aider à avancer, alors ne soyez pas dur avec vous-même.

Étape 2 : passer à l'action

Une fois que vous avez traité ce que vous ressentez, vous pouvez décider si vous devez exprimer votre émotion. Parfois, il suffit de réaliser ce que vous ressentez, mais d'autres fois, vous voudrez faire quelque chose pour vous sentir mieux.

  • Réfléchissez à la meilleure façon d'exprimer votre émotion. Est-ce un moment où vous devez affronter gentiment quelqu'un d'autre ? Parler de ce que vous ressentez avec un ami ? Ou dissiper la sensation en allant courir ?
    Par exemple:
    Cela ne résoudra rien de montrer ma colère à Ian &mdash, cela pourrait même le faire se sentir plus supérieur ! Mais mes sentiments me disent que je dois éviter de me retrouver dans une autre situation où il prend le contrôle d'un projet.
    Je garderai la tête haute autour de mon ex, puis je mettrai des chansons tristes et je pleurerai un bon coup dans ma chambre pour m'aider à libérer mes sentiments et éventuellement à lâcher prise.
    Ma peur d'être avec ces intimidateurs est un signe qu'ils sont allés trop loin. Je devrais peut-être parler de ce qui se passe avec un conseiller scolaire.
  • Apprenez à changer votre humeur. À un certain moment, vous voudrez passer d'une humeur négative à une humeur positive. Sinon, votre réflexion peut se bloquer sur la gravité des choses, et cela peut vous amener à vous sentir encore plus mal. Essayez de faire des choses qui vous rendent heureux, même si vous n'en avez pas envie sur le moment. Par exemple, vous n'êtes peut-être pas d'humeur à sortir après une rupture, mais aller vous promener ou regarder un film amusant avec des amis peut vous sortir de cet espace négatif.
  • Créez des émotions positives. Les sentiments positifs créent un sentiment de bonheur et de bien-être. Prenez l'habitude de remarquer et de vous concentrer sur ce qui est bon dans votre vie et même sur les petites choses, comme les éloges que votre père vous a donnés pour avoir réparé ses étagères ou à quel point la salade que vous avez préparée pour le déjeuner est délicieuse. Le fait de remarquer les bonnes choses même lorsque vous vous sentez mal peut vous aider à faire passer l'équilibre émotionnel du négatif au positif.
  • Cherchez du soutien. Parlez de ce que vous ressentez avec un parent, un adulte de confiance ou un ami. Ils peuvent vous aider à explorer vos émotions et vous donner une nouvelle façon de penser les choses. Et rien ne vous aide à vous sentir plus compris et pris en charge que le soutien de quelqu'un qui vous aime pour qui vous êtes.
  • Exercer. L'activité physique aide le cerveau à produire des substances chimiques naturelles qui favorisent une humeur positive. L'exercice peut également libérer l'accumulation de stress et vous aider à rester bloqué sur des sentiments négatifs.

Étape 3 : Obtenez de l'aide pour les émotions difficiles

Parfois, peu importe ce que vous faites, vous ne pouvez pas vous débarrasser d'une émotion difficile. Si vous vous retrouvez coincé dans des sentiments de tristesse ou d'inquiétude pendant plus de deux semaines, ou si vous vous sentez tellement bouleversé que vous pensez que vous pourriez vous blesser ou blesser d'autres personnes, vous aurez peut-être besoin d'une aide supplémentaire.

Parlez à un conseiller scolaire, un parent, un adulte de confiance ou un thérapeute. Les conseillers et les thérapeutes sont formés pour enseigner aux gens comment sortir des émotions négatives. They can provide lots of tips and ideas that will help you feel better.


How to Grab Your Reader’s Attention

How to grab your readers’ attention is one of the most important content marketing lessons. Pourquoi?

No matter how brilliant your ideas are, you can’t even offer them to your prospect unless you’ve made her look in your direction first.

You have to get your prospect’s attention avant you can turn her into a reader, let her know how wonderful you are, or sell her something.

Do I have your attention yet?

Bon. Now I’ll show you how to get someone else’s.


12 super effective ways to get over bad experiences

Just about everyone is familiar with that feeling when, often after a breakup, you endlessly relive what happened to you in the past and can't get certain destructive thoughts out of your head.

We at Bright Side have put together a selection of ideas from professional psychologists that can help you cope with tough experiences. And that includes not just breakups, but any unpleasant memories that you can't let go of.

1. Talk less and make pauses

When in conversation with someone who can cause you to feel emotional, try to make pauses. You need time to "cool off" and to think about what you've said. This way, there'll be fewer things said that you later regret. And, eventually, your anger and irritation will dissipate.

2. Wait and see what will happen

We often feel the need to react to a situation, to what's been said, or to a person's actions immediately. In doing so, we often make rash decisions. Psychologists suggest that it's much better not to rush, and to give yourself time to think. See what happens next without trying to shape the situation yourself.

3. Stop searching for who's to blame

Constantly analyzing the past in search of finding blame, including finding ways of blaming yourself, rarely leads to a positive result. It's usually the case that a whole number of factors lead to the result you're now experiencing - everything acts like a domino with one thing leading to another. Just accept it: what happened, happened. What matters now is finding a solution.

4. Don't try to climb into someone else's head

Ask yourself this: If other people try to make sense of what you think and what your motivations are, will they make the right conclusions? The chances are they won't have the faintest idea what's actually going through your head. The same rule applies in relation to other people: there's a high probability that you yourself will reach the wrong conclusions about them and, in doing so, you just waste your time.

5. Deal with the biggest problem first of all

Irrespective of what happened to you, the biggest problem most of us have to deal with is our anger. This dampens all other emotions and pushes the resolution to your problems out of sight. Try to extinguish your anger with meditation, long walks, or physical exercise. Or indeed any activity that helps you calm down.

6. Develop new skills, and play sport

When your brain switches over to studying something new, the number of unwelcome thoughts in your head are gradually reduced to zero. Every time we assimilate a new process into our ideas and experiences, we concentrate on it to such an extent that we think a whole lot less. The same rule applies when we engage in physical exertion.

7. Write down all your negativity on paper, and then destroy it

Research has shown that expounding all of our unhappy thoughts on paper and then destroying it can help us to reduce the level of stress and tension we feel as a result of such thoughts. The process of writing things down also allows you to better understand your own feelings compared to just listing them in your mind.


How to Deal With Rude People

This article was co-authored by William Gardner, PsyD. William Gardner, Psy.D. is a Clinical Psychologist in private practice located in San Francisco, CA’s financial district. With over 10 years of clinical experience, Dr. Gardner provides individually tailored psychotherapy for adults using cognitive behavioral techniques, to reduce symptoms and improve overall functioning. Dr. Gardner earned his PsyD from Stanford University in 2009, specializing in evidence-based practices. He then completed a post-doc fellowship at Kaiser Permanente.

There are 8 references cited in this article, which can be found at the bottom of the page.

wikiHow marque un article comme étant approuvé par le lecteur une fois qu'il reçoit suffisamment de commentaires positifs. This article has 28 testimonials from our readers, earning it our reader-approved status.

This article has been viewed 853,469 times.

You will inevitably have to deal with mean or rude people throughout your life. Whether it’s a complete stranger at the grocery store, your roommate, or a coworker, there will always be someone who gets on your nerves. There are different strategies to address rude people based on the situation. If the person is someone who has insulted you personally or their rudeness is something you have to deal with on a daily basis, it may be best to confront them directly to keep it from happening again. If the person is a complete stranger and their rudeness is senseless and not worth your time, it is probably wise to walk away from the situation altogether.


7 scientifically proven ways to capture someone’s attention

Whether it’s pitching your startup to an investor or trying to impress your boss, you likely spend much of your life vying for someone’s attention.

The good news is that there is plenty of research on how the human brain perceives information and directs its focus.

Author and investor Ben Parr went through this research and conducted interviews with experts in the field to isolate seven of what he calls “captivation triggers,” which he explores in his book “Captivology: The Science of Capturing People’s Attention.”

We’ve summarized the seven triggers you can use to grab anyone’s attention.

Automaticity: Activate the senses.

“We pay attention subconsciously and automatically to certain sights, sounds, and colors and other sensory stimuli based on the contrast they have with their surroundings and the associations we have with them,” Parr says.

For example, the color of a corporate logo is partially responsible for how a consumer perceives the brand — red can evoke intensity and aggression blue can evoke comfort and clarity yellow can evoke energy and freshness.

And your body temperature can determine the way you judge someone. In a 2008 study, researchers Lawrence Williams and John A. Bargh found that participants who held a hot cup of coffee were more likely to judge a stranger as good-natured and generous than those who held an iced coffee. They also found that holding a warm object made someone more likely to be generous themself. So if you’re going to meet someone for the first time, try meeting over a hot coffee. If you’re going to negotiate a deal, make sure yours is iced.

As far as sound, “remember that a person’s name is to that person the sweetest and most important sound in any language,” as Dale Carnegie wrote in “How to Win Friends & Influence People.”

Framing: Contextualize your argument to appeal to your audience.

“We process information in a way that uses our existing frames of reference,” Dietram Scheufele of the University of Wisconsin-Madison tells Parr in his book.

David McNew/Getty A famous study found that the way a question was asked changed people’s perceptions of a simulated car crash they watched.

Parr explains: “Our past experiences, biological wiring, cultural expectations, interests, opinions, and current moods influence our frames of reference. They are the context in which we make our choices or react the way we do, because no choice or reaction is made in a vacuum.”

A famous illustration of framing is the 1974 study by Elizabeth Loftus and John Palmer of the University of Washington that asked groups of participants to watch a video of a simulated car crash and guess how fast the cars were going.

The video shown to each group remained the same, but a verb used in the question differed, as in: “About how fast were the cars going when they collided with/bumped/smashed/contacted each other?” The group that heard “smashed” gave the cars the highest estimated speeds, and when each group was asked a week later if the video they had seen contained any broken glass (it did not), the “smashed” group had a much higher percentage of remembering broken glass.

Disruption: Break expectations.

“We pay attention to the things that violate our expectations of the world,” Parr says.

According to expectations violation theory, a positive violation of our expectations causes us to perceive something as much more favorable than it otherwise would be, and a negative violation has the inverse effect.

In a Harvard Business Review post, Parr recommends that you “ask an unexpected question, beat a tough deadline, [or] invite [someone] for a walk instead of a coffee” to gain favor with your boss, colleague, or client.

Reward: Create desire.

The red arrows show the flow of dopamine in the brain.

Parr says that in his research he learned that, according to Dr. Kent Barridge of the University of Michigan, dopamine is more closely aligned with the creation of desire rather than pleasure, as it is commonly understood.

Barridge conducted a study in which he found that lab mice who were stripped of dopamine were still able to feel pleasure when they were given sugar water, but lost the motivation to achieve rewards, which caused many of them to die.

That means that to fully grab someone’s attention, you should offer the possibility of both extrinsic and intrinsic rewards.

Parr recommends, for example, that managers can retain their most talented employees by balancing extrinsic rewards (a tangible means of satisfaction) like bonuses with intrinsic rewards (opportunities to better oneself) like new challenges.

Reputation: Establish credibility.

“We pay deference and huge amounts of attention to reputable sources,” Parr says.

Robert Cialidini of Arizona State University calls people’s natural tendency to accept authority without question “directed deference.”

This was shown in a 2009 study by Greg Berns of Emory University, which found that the decision-making parts of participants’ brain essentially shut down when they were advised by financial experts, accepting the counseling as fact.

That’s why it’s necessary to first convince someone that they should be listening to you in the first place before they can even consider your argument. It’s why many investors are now paying attention to crowdfunding sites like Kickstarter, which offer proof of concept and minimize an investor’s perception of risk.

Mystery: Leave things incomplete.

According to the uncertainty reduction principle, the brain is constantly searching to reduce uncertainty about the target of its focus. And according to the Zeigarnik effect, “we have a stronger memory for incomplete tasks and thoughts” relative to those that were completed, Parr says.

If you’re trying to capture someone’s interest, don’t give away too much or exhaust the presentation.

It’s why, for example, Influencers founder Jon Levy says that no introductory meeting should last longer than 45 minutes. “It’s better to leave the conversation having something to talk about and feeling like you need to connect again rather than feeling that the energy’s died,” he says.

Acknowledgment: Contribute to your audience’s identity.

The greatest “masters of attention,” Parr says, create a sense of community with their audience, because humans have an innate desire to be recognized.

It’s why companies like Google and Salesforce, which offer perks that acknowledge employees as individuals rather than simply cogs in the machine, continue to attract top talent and outperform competitors.

This article is published in collaboration with . Publication does not imply endorsement of views by the World Economic Forum.

Author: Richard Feloni covers management strategy and entrepreneurialism for Business Insider.

Image: A businesswoman walks on the esplanade of La Defense, in the financial and business district in La Defense. REUTERS/Gonzalo Fuentes.


Other Causes of Mood Swings

Anxiety is something that changes your lifestyle a great deal. It may be harder to go out, or harder to socialize with friends. Life simply becomes more difficult, and the more difficult life is, the more it's possible that your coping system (your friends, your happiness, etc.) breaks down with it.

Coping is a mental skill and one that often struggles when you have anxiety. The more it breaks down, the more likely you are going to have emotional twists and turns.

Finally, it's also possible that your mood swings have nothing to do with anxiety at all, but dealing with anxiety regularly triggers them more often than you used to deal with during life. Not everything is caused by anxiety directly, but often anxiety brings out some of the emotional issues that people have already struggled with.


Gérer les émotions difficiles

Les émotions (sentiments) sont une partie normale et importante de notre vie.

Certaines émotions sont positives. Pensez au bonheur, à la joie, à l'intérêt, à la curiosité, à l'excitation, à la gratitude, à l'amour et au contentement. Ces émotions positives font du bien. Les émotions négatives, comme la tristesse, la colère, la solitude, la jalousie, l'autocritique, la peur ou le rejet, peuvent être difficiles, voire parfois douloureuses.

C'est particulièrement vrai lorsque nous ressentons une émotion négative trop souvent, trop fortement, ou que nous nous y attardons trop longtemps.

Cependant, les émotions négatives sont impossibles à éviter. Tout le monde les ressent de temps en temps. Ils peuvent être difficiles, mais nous pouvons apprendre à les gérer.

Voici trois étapes qui peuvent vous aider à gérer les émotions négatives.

Étape 1 : Identifier l'émotion

Apprendre à remarquer et à identifier vos sentiments demande de la pratique. En plus de vous concentrer sur vos sentiments, vérifiez également avec votre corps. Vous pouvez ressentir des sensations corporelles avec certaines émotions et peut-être que votre visage devient chaud, par exemple, ou que vos muscles se contractent.

  • Soyez conscient de ce que vous ressentez. Lorsque vous ressentez une émotion négative, comme la colère, essayez de nommer ce que vous ressentez.
    Par exemple:
    Ce gars Ian dans mon groupe d'étude me fait tellement fou!
    je reçois ainsi jaloux quand je vois cette fille/ce type avec mon ex.
    Je ressens peur chaque fois que je dois passer devant ces brutes.
  • Ne vous cachez pas ce que vous ressentez. Vous ne voudrez peut-être pas diffuser vos sentiments à d'autres personnes (comme votre ex, par exemple, ou ce type de votre groupe d'étude qui vous rend fou). Mais ne supprimez pas complètement vos sentiments. Nommer simplement le sentiment est bien mieux que de prétendre ne pas l'avoir et d'exploser sans réfléchir.
  • Sachez pourquoi vous vous sentez comme vous le faites. Découvrez ce qui s'est passé pour que vous vous sentiez comme vous le faites.
    Par exemple:
    Chaque fois que nous réalisons des projets de groupe, Ian trouve un moyen de s'attribuer tout le mérite du travail des autres.
    Notre professeur pense que Ian est la star de l'équipe, même s'il n'a jamais ses propres idées.
    Quand je vois mon ex flirter avec d'autres personnes, cela me rappelle que j'ai toujours des sentiments pour lui.
    Même si les intimidateurs ne s'en prennent pas à moi, je vois ce qu'ils font aux autres et cela m'inquiète.
  • Ne culpabilise pas. Être capable de reconnaître et d'expliquer vos émotions n'est pas la même chose que blâmer quelqu'un ou quelque chose pour ce que vous ressentez. Votre ex ne voit probablement pas quelqu'un de nouveau comme un moyen de vous venger, et le gars qui s'attribue le mérite de votre travail pourrait même ne pas se rendre compte de ce qu'il fait. Ce que tu ressens quand ces choses arrivent vient de à l'intérieur de toi. Vos sentiments sont là pour une raison et pour vous aider à comprendre ce qui se passe.
  • Acceptez toutes vos émotions comme naturelles et compréhensibles. Ne vous jugez pas pour les émotions que vous ressentez. C'est normal de les ressentir. Reconnaître ce que vous ressentez peut vous aider à avancer, alors ne soyez pas dur avec vous-même.

Étape 2 : passer à l'action

Une fois que vous avez traité ce que vous ressentez, vous pouvez décider si vous devez exprimer votre émotion. Parfois, il suffit de réaliser ce que vous ressentez, mais d'autres fois, vous voudrez faire quelque chose pour vous sentir mieux.

  • Réfléchissez à la meilleure façon d'exprimer votre émotion. Est-ce un moment où vous devez affronter gentiment quelqu'un d'autre ? Parler de ce que vous ressentez avec un ami ? Ou dissiper la sensation en allant courir ?
    Par exemple:
    Cela ne résoudra rien de montrer ma colère à Ian &mdash, cela pourrait même le faire se sentir plus supérieur ! Mais mes sentiments me disent que je dois éviter de me retrouver dans une autre situation où il prend le contrôle d'un projet.
    Je garderai la tête haute autour de mon ex, puis je mettrai des chansons tristes et je pleurerai un bon coup dans ma chambre pour m'aider à libérer mes sentiments et éventuellement à lâcher prise.
    Ma peur d'être avec ces intimidateurs est un signe qu'ils sont allés trop loin. Je devrais peut-être parler de ce qui se passe avec un conseiller scolaire.
  • Apprenez à changer votre humeur. At a certain point, you'll want to shift from a negative mood into a positive one. Otherwise your thinking may get stuck on how bad things are, and that can drag you down into feeling worse. Try doing things that make you happy, even if you don't feel like it at the time. For example, you might not be in the mood to go out after a breakup, but going for a walk or watching a funny movie with friends can lift you out of that negative space.
  • Build positive emotions. Positive feelings create a sense of happiness and well being. Make it a habit to notice and focus on what's good in your life &mdash even the little things, like the praise your dad gave you for fixing his bookshelves or how great the salad you made for lunch tastes. Noticing the good things even when you're feeling bad can help you shift the emotional balance from negative to positive.
  • Seek support. Talk about how you're feeling with a parent, trusted adult, or a friend. They can help you explore your emotions and give you a fresh way of thinking about things. And nothing helps you feel more understood and cared for than the support of someone who loves you for who you are.
  • Exercer. Physical activity helps the brain produce natural chemicals that promote a positive mood. Exercise also can release stress buildup and help you from staying stuck on negative feelings.

Step 3: Get Help With Difficult Emotions

Sometimes, no matter what you do, you can't shake a tough emotion. If you find yourself stuck in feelings of sadness or worry for more than a couple of weeks, or if you feel so upset that you think you might hurt yourself or other people, you may need extra help.

Talk to a school counselor, parent, trusted adult, or therapist. Counselors and therapists are trained to teach people how to break out of negative emotions. They can provide lots of tips and ideas that will help you feel better.


A person's affect is the expression of emotion or feelings displayed to others through facial expressions, hand gestures, voice tone, and other emotional signs such as laughter or tears. Individual affect fluctuates according to emotional state. What is considered a normal range of affect, called the broad affect , varies from culture to culture, and even within a culture. Certain individuals may gesture prolifically while talking, and display dramatic facial expressions in reaction to social situations or other stimuli. Others may show little outward response to social environments or interactions, expressing a narrow range of emotions to the outside world.

People with psychological disorders may display variations in their affect. UNE restricted ou constricted affect describes a mild restriction in the range or intensity of display of feelings. As the reduction in display of emotion becomes more severe, the term blunted affect may be applied. The absence of any exhibition of emotions is described as effet plat where the voice is monotone, the face expressionless, and the body immobile. Labile affect describes emotional instability or dramatic mood swings. When the outward display of emotion is out of context for the situation, such as laughter while describing pain or sadness, the affect is termed "inappropriate."


7 Ways to Capture Someone’s Attention

Your long-term success depends on winning the attention of others. If your boss doesn’t notice your work, how will you get a promotion? If your team doesn’t listen to you, how can you lead effectively? And if you can’t capture the attention of clients, how does your business or career survive?

“Attention is the most important currency that anybody can give you,” Steve Rubel of Edelman once told me. “It’s worth more than money, possessions or things.”

But very few people know the science behind captivating others. That’s why I spent two years researching the subject for my new book. I sifted through more than 1,000 psychology, neurology, economics, and sociology studies. I interviewed dozens of leading researchers and attention-grabbing thought leaders, including Sheryl Sandberg, Steven Soderbergh, and David Copperfield, just to name a few. And I drew on my years of experience with startups, both as co-Editor of Mashable and a venture capitalist.

I learned that there are seven triggers that call people to attention:

Automaticity. If somebody fires a gun in the air, you’re going to turn your head. If a female hitchhiker wears red, she’s more likely to get picked up. Sensory cues like these to direct our attention automatically. It’s a safety and survival mechanism that helps us react faster than our brains can think. I’m not suggesting you speak louder than everyone else and always wear crimson dresses or socks. But think about more subtle ways to play on people’s instincts to capture attention. For example, try giving a star prospect or client a hot cup of coffee or tea. One study published in Science found that exposure to that kind of warmth made them more giving and friendly.

Framing. Our view of the world is shaped by our biological, social, and personal experiences and biases. These frames of reference lead us to embrace and pay attention to some ideas and to ignore others entirely. To leverage this trigger, you have to either adapt to your audience’s frame or change it. One technique you might use to achieve the latter is repetition. A classic study from the 1970s found that if you expose subjects to the same statement (e.g. “Tulane defeated Columbia in the first Sugar Bowl game.”) repeatedly, they will start to believe it is true. So don’t be afraid to repeat a message if you want it to sink in.

Disruption. We pay special attention to anything that violates our expectations. This is because we have an innate need to figure out whether the incident signals a threat or a positive development. In academic circles, this is known as expectancy violations theory. The more disruptive something is, the more interesting it becomes. To get the attention of your bosses, clients and colleagues, try surprising them in a positive way: ask an unexpected question, beat a tough deadline, invite them for a walk instead of a coffee.

Récompense. Many people believe the neurotransmitter dopamine causes us to feel pleasure. But, according to Dr. Kent Berridge of the University of Michigan, it is much more aligned with anticipation and motivation. It fuels our desire to “want” food, sex, money or more intrinsic rewards like self-satisfaction and a sense of purpose. The prospect of capturing these things makes us pay attention. Your goal as a manager should be to identify the incentives that most appeal to your employees, colleagues and bosses and to make them more visceral in their minds. Rewards we can touch, experience, or even just visualize have a greater impact on our attention. For example, when you’re offering your team an off-site retreat at the end of a big project, don’t just tell them about it – send them pictures and make them salivate.

Reputation. Consumers consistently rate experts as the most trusted spokespeople, more than CEOs or celebrities. There’s a scientific reason for this: in a 2009 study, Emory University neuroeconomist Greg Berns found that the decision-making centers of our brains slow or even shut down while we are receiving advice from an expert. This is a phenomenon Dr. Robert Cialdini calls “directed deference.” So, especially if you’re trying to capture the attention of people who don’t know you, feel free to lead with your credentials, establish your expertise and cite others who are most knowledgeable on the topic at hand.

Mystery. Ever wonder why we’re unable to put down a good book or stop binge-watching shows like Lost? Our memory is fine-tuned to remember incomplete stories and tasks. There’s actually a scientific term for this: the Zeigarnik effect, named after the Soviet psychologist who discovered it. We also dislike uncertainty and will actively try to reduce it by any means possible, and you can use this to your advantage. Say you’re meeting with a prospective client or recruit, and you’d like her to come back for a second meeting. Tell her a story or assign yourself a task that you’ll complete when she does. Her compulsion for completion will nag at her, which means you’ve got her attention.

Acknowledgement. Dr. Thomas de Zengotita, a media anthropologist and author of Mediated, believes that acknowledgement – our need for validation and empathy from others – is one of our most vital needs. “All mammals want attention,” he told me. “Only human beings need acknowledgment.” Key to this is a sense of belonging to a community that cares about us. Create that feeling for anyone whose attention you’d like to capture, and they’ll repay you.

The most effective employees, managers, and executives are the ones who use these seven triggers to shine a spotlight on their ideas, projects, and teams. Understanding the science of attention is a prerequisite to success in the information age.


10. Deliver constructive criticism.

First of all, constructive criticism should only be delivered if it is asked for. Remember point #4: if it&rsquos not positive, don&rsquot say it. If you criticize someone for their flaws without any input requested, you&rsquore just going to upset them. But if you sommes asked for input, deliver it in a positive manner. For the sake of example, let&rsquos assume someone asked you for feedback about an article, blog, essay, or resume that they wrote. You might deliver your feedback like this:

&ldquoFirst, thank you for asking me for input: it means a lot that you trust me! I looked it over and let me just say that I love what you did with [insert positive compliment here]. But I think it might be even better if you did this instead [insert constructive criticism and feedback for improvement here].&rdquo


How to Grab Your Reader’s Attention

How to grab your readers’ attention is one of the most important content marketing lessons. Pourquoi?

No matter how brilliant your ideas are, you can’t even offer them to your prospect unless you’ve made her look in your direction first.

You have to get your prospect’s attention avant you can turn her into a reader, let her know how wonderful you are, or sell her something.

Do I have your attention yet?

Bon. Now I’ll show you how to get someone else’s.