Informations

Les hémisphères cérébraux humains sont-ils uniquement connectés via le corps calleux ?

Les hémisphères cérébraux humains sont-ils uniquement connectés via le corps calleux ?



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les hémisphères cérébraux humains sont-ils uniquement connectés via le corps calleux? Ou existe-t-il une autre structure d'interaction entre les hémisphères gauche et droit ?


Les corps calleux est une étendue horizontale massive de matière blanche (commission) qui relie les deux hémisphères et est considérée comme la voie de communication la plus importante entre les hémisphères.

Cependant, il y a cinq commissures supplémentaires qui traversent la ligne médiane, à savoir :

  1. commissure antérieure, reliant les deux bulbes olfactifs et les cortex temporaux ;
  2. commissure hippocampique (psalterium), reliant les deux formations hippocampiques ;
  3. commissure habénulaire, reliant les noyaux habénulaires ;
  4. Commission postérieure, reliant les noyaux prétectaux, médiatisant le réflexe pupillaire lumineux consensuel ;
  5. Les commissures supraoptiques (a. La commissure de Gudden, ou décussation supraoptique ventrale reliant les corps genouillés médians et b. La commissure de Meynert, reliant les deux noyaux suprachiasmatiques*).


La figure ci-dessous montre le corps calleux et la commissure antérieure :


Coupe sagittale du cerveau humain montrant le corps calleux et commissure antérieure. Source : Atlas du cerveau.

*Le lien exact de la commissure de Meynert, je ne suis pas sûr. C'est le mieux que je puisse faire.


Des hémisphères bien connectés du cerveau d'Einstein ont peut-être déclenché son éclat

Les hémisphères gauche et droit du cerveau d'Albert Einstein étaient exceptionnellement bien connectés les uns aux autres et pourraient avoir contribué à sa brillance, selon une nouvelle étude menée en partie par l'anthropologue évolutionniste de la Florida State University, Dean Falk.

"Cette étude, plus que toute autre à ce jour, va vraiment à l'intérieur du cerveau d'Einstein", a déclaré Falk. "Il fournit de nouvelles informations qui aident à comprendre ce que l'on sait de la surface du cerveau d'Einstein."

L'étude, "The Corpus Callosum of Albert Einstein's Brain: Another Clue to His High Intelligence", a été publiée dans la revue Cerveau. L'auteur principal Weiwei Men du département de physique de l'Université normale de Chine orientale a développé une nouvelle technique pour mener l'étude, qui est la première à détailler le corps calleux d'Einstein, le plus grand faisceau de fibres du cerveau qui relie les deux hémisphères cérébraux et facilite la communication interhémisphérique.

"Cette technique devrait intéresser d'autres chercheurs qui étudient la connectivité interne très importante du cerveau", a déclaré Falk.

La technique des hommes mesure et code par couleur les différentes épaisseurs de subdivisions du corps calleux sur toute sa longueur, là où les nerfs se croisent d'un côté du cerveau à l'autre. Ces épaisseurs indiquent le nombre de nerfs qui se croisent et donc la façon dont les deux côtés du cerveau sont "connectés" dans des régions particulières, ce qui facilite différentes fonctions selon l'endroit où les fibres se croisent sur la longueur. Par exemple, le mouvement des mains est représenté vers l'avant et le calcul mental le long du dos.

En particulier, cette nouvelle technique a permis d'enregistrer et de comparer les mesures d'Einstein avec celles de deux échantillons - l'un des 15 hommes âgés et l'autre des 52 hommes de l'âge d'Einstein en 1905. Au cours de sa soi-disant « année miracle » à 26 ans, Einstein a publié quatre articles qui ont contribué de manière substantielle à la fondation de la physique moderne et ont changé les visions du monde sur l'espace, le temps, la masse et l'énergie.

Les résultats de l'équipe de recherche montrent qu'Einstein avait des connexions plus étendues entre certaines parties de ses hémisphères cérébraux par rapport aux groupes témoins plus jeunes et plus âgés.

La recherche sur le corps calleux d'Einstein a été initiée par Men, qui a demandé les photographies haute résolution que Falk et d'autres chercheurs ont publiées en 2012 des surfaces intérieures des deux moitiés du cerveau d'Einstein. En plus de Men, l'équipe de recherche actuelle comprenait Falk, qui a été le deuxième auteur Tao Sun de la Washington University School of Medicine et, du département de physique de l'East China Normal University, Weibo Chen, Jianqi Li, Dazhi Yin, Lili Zang et Mingxia. Ventilateur.


Vos deux cerveaux

La plupart des fonctions cérébrales sont localisées dans une zone spécifique de votre cortex. Certains d'entre eux sont collatéralisés (ou, des deux côtés) mais beaucoup sont unilatéraux. Le côté droit du cerveau fait une chose et le gauche une autre. Le pouvoir de la parole est un pouvoir unilatéral, tout est situé juste derrière votre tempe gauche, dans la région de Wernicke. Le mouvement et la sensation sont également unilatéraux. Le côté gauche de votre cerveau contrôle le côté droit du corps et le côté droit prend le gauche. La vision, l'ouïe et l'odorat sont également unilatéraux. Chaque champ visuel, auditif et olfactif est capté d'un seul côté. À ce jour, nous ne connaissons pas beaucoup d'autres capacités complètement unilatérales. Et rien de tout cela n'est la psychologie pop "cerveau gauche contre cerveau droit", c'est presque une couchette complète, c'est la localisation de la fonction, pas la capacité.

Cette unilatéralisation signifie que les personnes atteintes de Split-Brain travaillent avec deux ensembles d'entrées sensorielles tout le temps. Cela signifie également qu'ils ont deux ensembles de puissance motrice, ce qui leur donne des capacités spéciales. Grâce à la pratique, les personnes atteintes de Split-Brain sont capables de dessiner une image différente avec chaque main en même temps. Si vous n'êtes pas impressionné, essayez, c'est presque impossible pour vous et moi. Chaque côté de leur corps peut gérer des tâches motrices différentes et complexes, car chaque côté de leur cerveau peut envoyer des messages indépendamment. Nos cerveaux gardent nos côtés synchronisés, mais leur cerveau n'est pas capable de le faire.

À cause de cette perte de communication, des choses étranges peuvent se produire dans le système somatosensoriel. Nous couvrirons deux de ces catégories d'étrangeté, de toucher et d'odorat. En raison de cette division, les odeurs entrant dans votre narine droite ne pouvaient pas être communiquées au côté gauche de votre cerveau. Si vous sentez quelque chose sur le côté droit, vous ne pouvez pas dire son nom, car il ne peut pas être communiqué à votre centre vocal sur la gauche. Vous pourriez le reconnaître, mais certaines de ces molécules devraient entrer dans votre narine gauche avant de pouvoir prononcer son nom à haute voix. Pour le toucher, cette déficience est inversée. Si vous ramassiez quelque chose dans votre main gauche, sans le voir, vous ne pourriez pas donner son nom. Les fibres sensorielles gauches traversent le côté droit du cerveau, la zone qui n'a pas accès aux centres vocaux. Encore une fois, vous pourriez le reconnaître, mais la vocalisation serait interdite.

Les conséquences de cette scission ne se limitent pas à la capacité de parler. De nombreuses autres parties du fonctionnement normal seraient également perdues ou modifiées. L'exemple le plus célèbre de split-brain était probablement Joe, la star unique (pour l'anonymat) d'une émission spéciale d'Alan Alda Scientific American de 2002. Il s'est fait retirer son corps calleux pour traiter les crises d'épilepsie et s'est retrouvé avec le split-brain à la place. Dans l'ensemble, il mène une vie assez normale et a été utilisé pour une grande partie des recherches sur le cerveau divisé effectuées aux États-Unis au cours des dernières décennies. Sur le spécial, le médecin utilise sa perspicacité dans l'unilatéralisation de l'esprit pour montrer une capacité spéciale de Joe. La vidéo ci-dessous est un meilleur descripteur que les mots pourraient l'être, mais je la décrirai également, sous le cadre.

Joe est présenté avec le travail de Giuseppe Archimboldo, un peintre italien de la Renaissance le plus célèbre pour peindre des fruits et des légumes qui ont été disposés pour apparaître comme des visages humains. Lorsque ces images sont présentées sur le côté gauche du cerveau de Joe, il voit des plateaux de fruits et légumes. Mais quand ils sont présentés à gauche, il voit des visages. En raison de la nature unilatérale de l'identification faciale, il ne peut repérer le visage que s'il est présenté à la bonne partie de son cerveau. Lorsque les deux parties de son cerveau regardent l'image, il est capable de voir à la fois le fruit et le visage, tout comme vous et moi.

Contrairement à la plupart des vies présentées dans cette série, la vie sans votre corps calleux est remarquablement vivable. Il ne semble pas y avoir trop d'effets secondaires à la perte de cette partie de votre cerveau, même si cela changera votre façon de penser et de percevoir le monde. C'est pourquoi c'est un traitement assez courant pour certains types de crises d'épilepsie. Le retrait de la callosité empêche les signaux de crise de voyager à travers les hémisphères, les aidant à les tasser et à améliorer la qualité de vie de la victime. Si vous perdiez votre corps calleux aujourd'hui, vous le remarqueriez certainement, tout comme ceux qui vous entourent. Mais finalement, vous vous y adapteriez et vivriez le reste de votre vie avec deux cerveaux très uniques.

C'est une histoire de la série "La vie sans". Si vous voulez savoir ce que ce serait de vivre sans d'autres parties de votre cerveau, consultez les histoires ci-dessous. D'autres sont en route bientôt. Suivez pour être mis à jour quand ils sont publiés.


Fonctions du corps calleux

Le primaire but du corps calleux est d'intégrer l'information en joignant les deux hémisphères cérébraux pour traiter les signaux moteurs, sensoriels et cognitifs. Il relie les zones similaires du cerveau et transmet les informations à travers les hémisphères gauche et droit.

Par exemple, le rostre et le genou relient les cornes frontales des hémisphères droit et gauche, tandis que le corps et le splénium relient les lobes temporaux et occipitaux des deux hémisphères. De même, par des zones similaires connectées apporte une harmonisation de leurs fonctions.

En outre, le corpus
callosum joue un rôle crucial dans le mouvement des yeux et la vision en reliant les deux
moitiés des hémisphères du champ visuel. Ce faisceau nerveux de substance blanche
nous permet d'identifier et de voir les objets en connectant le cortex visuel dans
centres de langage cérébral.

De plus, le corps calleux traite les informations tactiles dans le lobes pariétaux et transmettre entre les hémisphères du cerveau pour identifier le toucher.

De même, il aide à maintenir l'équilibre de l'attention, de l'excitation et joue un rôle primordial dans la cognition. L'étude suggère que la faible intégrité du corps calleux provoque un déclin de la fonction cognitive chez les adultes.

D'un autre côté, une augmentation de l'épaisseur du callosité aide dans ceux développement des zones cérébrales, qui est en corrélation avec l'intelligence, les activités de résolution de problèmes et la vitesse de traitement.


L'étude des cerveaux monotrème et marsupial suggère que les hémisphères ont communiqué avant le développement du corps calleux

Architecture des fibres de matière blanche du cerveau. Crédit : Projet Human Connectome.

Une équipe de chercheurs de l'Université du Queensland a trouvé des preuves suggérant que les hémisphères cérébraux des mammifères disposaient d'un moyen de communication bien avant le développement du corps calleux. Dans leur article publié en Actes de l'Académie nationale des sciences, le groupe décrit les études sur le cerveau des mammifères qu'ils ont menées à l'aide d'IRM et ce qu'ils ont trouvé.

Le corps calleux est la plus grande masse de matière blanche du cerveau humain. Son but est de servir de pont entre les deux hémisphères, permettant des communications rapides et fluides entre les deux. Tous les mammifères placentaires ont un corps calleux, mais pour une raison quelconque, les deux autres principaux groupes de mammifères n'en ont pas. Au lieu d'un corps calleux, les marsupiaux (mammifères en poche) et les monotrèmes (mammifères pondeurs) ont un simple réseau de fibres nerveuses qui relient leurs hémisphères cérébraux. Dans ce nouvel effort, les chercheurs se sont demandé si les réseaux de fibres nerveuses se sont déjà produits dans le placenta avant l'évolution du corps calleux. Pour en savoir plus sur cette possibilité, les chercheurs ont étudié le réseau de fibres nerveuses d'un dunnart à queue grasse (un marsupial) et d'un ornithorynque (un monotrème) à l'aide d'une IRM.

Les chercheurs ont trouvé des motifs dans les scans rappelant le corps calleux dans les cerveaux marsupial et monotrème. Les modèles comprenaient des connexions à longue distance entre les hémisphères, ce qui, selon les chercheurs, suggère des fonctions similaires. Ils prétendent que c'est une preuve possible montrant que le corps calleux n'a pas évolué indépendamment, mais est dû à l'évolution continue des réseaux de fibres nerveuses que les trois types de mammifères partageaient autrefois.

Les chercheurs suggèrent également que leurs résultats indiquent que le cerveau des mammifères a besoin de types de connexions très spécifiques afin de faciliter une bonne communication entre les hémisphères, les types de connexions trouvées à la fois dans les réseaux de fibres nerveuses et dans le corps calleux. L'étude montre également la probabilité que les réseaux de fibres nerveuses se soient développés environ 80 millions d'années avant le développement du corps calleux. L'équipe conclut en soulignant que leurs résultats pourraient s'avérer précieux pour la recherche dans d'autres domaines, tels que des études sur des personnes présentant des problèmes de connectivité cérébrale anormaux.

Résumé
Le cerveau des mammifères diffère de celui de tous les autres vertébrés en ce qu'il possède un néocortex à six couches qui est largement interconnecté à l'intérieur et entre les hémisphères. Les connexions interhémisphériques sont véhiculées par la commissure antérieure chez les monotrèmes et les marsupiaux de ponte, tandis que les eutheriens ont développé un tractus commissural séparé, le corps calleux. Bien que le modèle de connectivité interhémisphérique via le corps calleux soit largement partagé entre les espèces eutheriennes, on ne sait pas si ce modèle est le résultat de l'évolution calleuse ou correspond plutôt à une caractéristique plus ancienne de l'organisation du cerveau des mammifères. Nous montrons ici que, malgré les axones corticaux utilisant une route commissurale ancestrale, les monotrèmes et les marsupiaux partagent des caractéristiques de connectivité interhémisphérique avec les eutheriens qui sont probablement antérieures à l'origine du corps calleux. Sur la base de l'imagerie par résonance magnétique ex vivo et de la tractographie, nous avons constaté que les connexions à travers la commissure antérieure chez les dunnarts à queue grasse (Marsupialia) et les ornithorynques à bec de canard (Monotremata) sont spatialement séparées selon la topographie de la zone corticale. De plus, la cartographie des circuits interhémisphériques rétrograde et antérograde à résolution cellulaire dans les dunnarts a révélé plusieurs caractéristiques partagées avec les circuits calleux des eutherians. Ceux-ci incluent l'organisation en couches des neurones et des terminaux commissuraux, une large carte des connexions entre les régions (homotopiques) similaires de chaque hémisphère, et les régions connectées à différentes zones (hétérotopiques), y compris les hubs hyperconnectés le long des frontières médiales et latérales du cortex, tels que comme le cortex cingulaire/moteur et le claustrum/insula. Nous proposons donc qu'un connectome interhémisphérique trouve son origine dans les premiers ancêtres des mammifères, avant l'évolution du corps calleux. Parce que ces caractéristiques ont été conservées tout au long de l'évolution des mammifères, elles représentent probablement des aspects clés de l'organisation néocorticale


Recherche

Roger W. Sperry, un neuroscientifique du vingtième siècle, a apporté de nombreuses contributions à la compréhension des moitiés jumelles du cerveau.

Sperry (1967) a mené des enquêtes sur des patients à cerveau divisé, des personnes dont les cerveaux gauche et droit n'ont pas les connexions normales entre eux. Ces personnes présentent parfois une dominance du côté du cerveau, mais elles affichent également une gamme de comportements distinctifs d'un seul côté ou de l'autre.

Sperry a également étudié des sujets animaux, recâblant leur système nerveux pour envoyer des signaux au côté opposé du corps. Cela a montré comment certaines caractéristiques mentales ont un câblage d'un côté du cerveau, tandis que d'autres caractéristiques mentales peuvent s'adapter pour fonctionner correctement de chaque côté du cerveau.

Les travaux de Sperry ont révélé que le côté gauche du cerveau contient des modules essentiels pour produire des phrases, mais que le côté droit du cerveau conserve certaines capacités linguistiques telles que la compréhension du contexte social de la parole. La psychologie de la dominance du cerveau gauche par rapport au cerveau droit indique que les humains ont des cerveaux avec des moitiés se chevauchant mais distinctes.


Hémisphères cérébraux : que sont-ils et comment fonctionnent-ils ?

Lorsqu'on observe un cerveau humain, l'une des choses les plus frappantes est ce type de fissure qui en sépare les deux moitiés et va d'avant en arrière.

Son existence n'est pas causale et donne des indices sur le fonctionnement du cerveau, un ensemble d'organes dans lesquels nous essayons que le cortex cérébral (la partie la plus externe de celui-ci, avec la rugosité) occupe la plus grande extension possible. Ainsi, l'existence des hémisphères cérébraux permet à plus de cortex cérébral de se propager entre eux.

Pourquoi notre cerveau a-t-il évolué pour donner autant d'importance au cortex cérébral ? En effet, c'est dans le cortex cérébral que se concentrent la plupart des corps des neurones, c'est-à-dire leur partie la plus importante, là où se situe le noyau. Le regroupement des corps neuronaux forme ce qu'on appelle la matière grise, associée à une activité cérébrale complexe.

Ces dernières années, une multitude de cours, de tests, d'e-books et de livres ont vu le jour sur les réseaux sociaux qui nous racontent les grandes différences entre l'utilisation de l'un ou l'autre hémisphère du cerveau, et même des astuces et exercices pour parvenir à un équilibre parfait (sic) entre les deux hémisphères.

Cependant, il faut considérer : Est-il vrai que nous avons tendance à utiliser un hémisphère plus qu'un autre ? Cette conception est-elle nécessaire que chaque hémisphère ait des fonctions différenciées ? Pour répondre à ces questions, il faut savoir ce que sont les hémisphères cérébraux, même si cela vient d'une définition de base.

Anatomie de ces hémisphères du cerveau

Les hémisphères cérébraux sont les deux structures en lesquelles le cerveau se divise et sont séparés l'un de l'autre par la fente interhémisphérique (ou fente intercérébrale). Ces deux corps appartenant au système nerveux central sont très semblables l'un à l'autre, et sont pratiquement symétriques l'un de l'autre, bien qu'il existe des différences dans leurs proportions et dans leurs replis.

D'autre part, les hémisphères du cerveau sont reliés les uns aux autres par le corps calleux et d'autres commissures similaires c'est à travers ces parties du cerveau qu'il fait passer les informations de l'un à l'autre.

L'anatomie du cerveau et la façon dont il se divise en deux hémisphères nous donne quelques indices sur le fonctionnement de cet ensemble d'organes.

D'une part, on sait que le cortex cérébral existe car c'est à sa surface que s'accumulent les sommes neuronales, c'est-à-dire qu'en ces zones se trouvent les corps de ces cellules nerveuses, leur structure principale et où se trouve son noyau. Le cerveau humain a priorisé le cortex cérébral pour nous donner plus de capacité à traiter l'information, et donc le meilleur moyen est de faire en sorte que le cortex ait des plis, d'avoir plus de surface, et la fente interhémisphérique peut être comprise comme une conséquence de ce phénomène : c'est encore un pli très profond.

Mais comme toutes les parties du cerveau sont nécessaires les unes aux autres et ne peuvent pas fonctionner entièrement en parallèle, au fond de cette fente se trouvent des structures telles que le corps calleux, qui agissent comme un pont entre les deux côtés du cerveau.

Neurosciences de poche : simplifier à l'extrême

Il semble que ce soit déjà une connaissance générale pour de nombreuses personnes qui l'hémisphère droit est lié au processus et à l'expression des émotions, A la fois interne et externe (cet hémisphère est lié à l'empathie) tandis que, d'autre part, l'hémisphère gauche est responsable du traitement du langage, de la logique rationnelle et de la capacité d'analyse.

Cependant, cette connaissance, bien que pour une raison quelconque ait pris racine dans la culture collective et que tout le monde semble la tenir pour acquise, n'est pas tout à fait vraie. C'est un mythe répandu qui n'a que peu ou pas de rapport avec la réalité. et avec les données scientifiques disponibles. Sans aller plus loin, l'hémisphère droit remplit également des fonctions associées au traitement de certains aspects du langage, tels que l'intonation et l'intensité.

D'autre part, le cerveau a une grande capacité d'adaptation aux défis, et chaque hémisphère est capable d'"apprendre" à. effectuer des fonctions exécutées par des parties de l'hémisphère opposé si ces régions sont endommagées. Cette faculté s'appelle plasticité cérébrale, et elle nous montre comment le fonctionnement de notre cerveau n'est pas figé.

La science et la recherche pour faire la lumière

Les données et informations extraites sur les différences fonctionnelles dans les hémisphères du cerveau proviennent d'études neurologiques du début des années 1970 de patients ayant subi une coupure du corps calleux (les fibres reliant les deux hémisphères) en chirurgie de choc pour traiter la maladie. ‘épilepsie.

Certains des universitaires et des chercheurs qui ont le plus contribué à l'étude du cerveau chez les patients sans corps calleux étaient des psychologues. Roger w sperry je Michel Gazzaniga, Ceux qui ont découvert que les deux moitiés du cerveau développaient leurs processus indépendamment et avec des dynamiques également différenciées.

Cependant, il convient de garder à l'esprit que chez les personnes en bonne santé, les hémisphères cérébraux sont correctement connectés par le corps calleux, les processus perceptifs et exécutifs se développent dans le cerveau dans son ensemble, Pour que différentes régions et hémisphères du cerveau partagent des informations à travers le corps calleux.

Si certaines zones du cerveau se concentrent davantage sur certaines fonctions, généralement une très petite partie du cortex cérébral n'est pas totalement irremplaçable : si elle est lésée, une autre s'occupera des fonctions devenues "orphelines". Et il en va de même pour les hémisphères du cerveau en général.

Actuellement, les neuroscientifiques (neurologues, biologistes et psychologues) tentent de comprendre comment cette coordination complexe entre les hémisphères est réalisée. C'est pourquoi des théories telles que l'hypermodularité cérébrale, soutenues principalement par la psychologie évolutionniste et selon lesquelles le cerveau est un ensemble de parties spécialisées travaillant plus ou moins en parallèle, sont peu acceptées par la communauté scientifique. Le cerveau est ce qu'il est car des millions de neurones se coordonnent entre eux, Créer des modèles d'activation qui doivent être compris dans leur ensemble.

Créativité, hémisphère droit. Avec certitude?

Il convient également de garder à l'esprit que le type de tâches de la vie quotidienne que la croyance populaire nécessite "un hémisphère particulier" ne relèvent pas pleinement de la catégorisation hémisphère gauche / hémisphère droit.

L'une des compétences avec lesquelles il est plus facile de dissiper le mythe est la créativité. Il est encore plus facile de supposer que les tâches créatives ont lieu dans l'hémisphère droit et les tâches répétitives et analytiques dans le bon, la réalité est que ces tâches sont plus complexes et impliquent le cerveau d'une manière plus holistique qu'elle ne pourrait l'être. attendez-le. le mythe.

De plus, “être créatif” peut prendre plusieurs formes, c'est trop ouvert un concept comme pour verrouiller une tâche facilement reconnaissable comme un processus dans le cerveau humain.

En fait, il existe une étude qui compare le cerveau d'étudiants en « littérature » ​​(philologie, histoire, art) avec celui d'étudiants en « sciences » (ingénierie, physique, chimie) et les résultats sont incroyables. On vous dit ici :

Des études sur le sujet

Plusieurs études soulignent que l'hémisphère droit joue un rôle majeur dans les moments où nous avons une grande intuition. En fait, une étude publiée dans PLOS a révélé que l'activité de l'hémisphère droit était la plus élevée lorsque les sujets évalués tentaient de résoudre une tâche de manière intuitive, avec peu de temps pour réfléchir.

Une autre enquête a révélé qu'une brève exposition à un indice qui donnait des indices pour résoudre un puzzle était plus utile pour l'hémisphère droit que pour l'hémisphère gauche. L'hémisphère droit a été activé plus clairement, conduisant certains des participants à la résolution de la tâche.

En tout état de cause, il convient de noter que le Aperçu (Le processus d'intériorisation ou de compréhension interne) n'est qu'un aspect de la créativité. Par exemple, la capacité de raconter des histoires serait un autre côté créatif. On retrouve ici un schisme important : des études évaluant l'influence de chaque hémisphère sur certaines tâches ont révélé que c'est l'hémisphère gauche qui est le plus impliqué dans le processus d'invention d'histoires ou de contes, Alors que l'hémisphère droit est chargé de trouver une explication à l'histoire. Cette curieuse division des fonctions a été appelée le “phénomène de l'interprète” par Gazzaniga.

Des mythes simples qui s'insinuent rapidement dans l'esprit des gens

Dans une présentation générale sur les hémisphères cérébraux et leurs fonctions (pas si) différenciées, Gazzaniga a décrit, dans un article publié dans Scientific American, l'hémisphère gauche comme « inventeur et interprète » et l'hémisphère droit comme « véracité et littéralisme » 8221 . des adjectifs qui ils contrastent avec le design populaire sur chaque hémisphère.

En tout cas, il est clair que pratiquement aucun processus cognitif ne repose sur des parties très délimitées du cerveau. Tout se passe dans un réseau organique de cellules nerveuses interconnectées, qui ne comprennent pas les différenciations et les catégories fermées établies par la culture humaine. C'est pourquoi nous devons avoir cela les différences entre les hémisphères cérébraux sont relatives, Pas absolu.

En conclusion : entre simplifications, exagérations et recoins de la réalité

Les preuves scientifiques ne correspondent pas au mythe selon lequel l'hémisphère gauche est lié aux processus logiques et le droit au domaine créatif. Le cas échéant, Pourquoi les gens et même les professionnels de la psychologie ou neurosciences répètent-ils ce mantra ?

Une des possibilités pour comprendre comment un mythe se développe et se consolide dans la culture collective est sa simplicité séduisante. Les gens recherchent des réponses faciles à des questions assez naïves au départ : « Quel type de cerveau ai-je ? »

Avec une recherche rapide sur Google ou sur divers réseaux sociaux, une personne sans connaissances scientifiques et ayant cette préoccupation personnelle peut trouver des applications, des livres ou des ateliers pour « améliorer son hémisphère faible ». Lorsqu'il y a demande, l'offre ne tarde pas à apparaître, même si le support scientifique sur lequel se fonde la question est plutôt discutable. Comme dans ce cas, où la simplification déteint cette information sur la fausseté.

Ainsi, il est difficile de lutter contre un système de croyance défectueux, car la complexité impliquée dans le fonctionnement de notre cerveau ne peut se résumer en un bref aperçu de base. Cependant, les professionnels de la psychologie et de la santé mentale et les neuroscientifiques nous devons nous charger de rendre compte de manière rigoureuse et de réfuter ces mythes et simplifications.


Callosotomie

La callosotomie est ce qui se passe lorsque, dans un contexte clinique ou scientifique, le corps calleux est sectionné. il ne peut donc plus communiquer des deux côtés du cerveau. Il s'agit d'un changement important dans le fonctionnement du système nerveux central, car bien qu'il existe d'autres commissures interhémisphériques, le corps calleux est de loin le plus grand.

En général, lorsque cela se produit (souvent en dernier recours pour atténuer les symptômes d'une épilepsie très sévère), ce que l'on appelle le syndrome de déconnexion des callosités apparaît.

Parmi ses principaux symptômes figurent des problèmes de coordination à la fois moteurs (par exemple, s'habiller) et de perception de l'environnement, laissant une grande partie du cerveau divisé en deux moitiés isolées l'une de l'autre. Par exemple, il peut apparaître le syndrome de l'autre main, dans lequel on sent qu'une des mains agit selon sa propre volonté, comme si on ne pouvait pas la contrôler.


Contenu

Le corps calleux forme le plancher de la fissure longitudinale qui sépare les deux hémisphères cérébraux. Une partie du corps calleux forme le toit des ventricules latéraux. [5]

Le corps calleux comprend quatre parties principales, des voies nerveuses individuelles qui relient différentes parties des hémisphères. Voici les tribune, les genu, les tronc ou corps, et le splénium. [4] Une partie rétrécie entre le tronc et le splénium est connue sous le nom de isthme. Les fibres du tronc et du splénium connues ensemble sous le nom de tapetum forment le toit de chaque ventricule latéral. [6]

La partie antérieure du corps calleux, vers les lobes frontaux, est appelée le genu ("genou"). Le genre se courbe vers le bas et vers l'arrière devant le septum pellucidum, diminuant considérablement en épaisseur. La partie inférieure beaucoup plus mince est le rostre et est reliée en dessous à la lamina terminalis, qui s'étend des foramens interventriculaires à l'évidement à la base de la tige optique. Le rostre doit son nom à sa ressemblance avec le bec d'un oiseau.

La partie terminale du corps calleux, vers le cervelet, s'appelle le splénium. C'est la partie la plus épaisse et chevauche la choroïde du troisième ventricule et du mésencéphale, et se termine par une bordure libre épaisse, convexe. Splenium se traduit par bandage en grec.

Le tronc du corps calleux se situe entre le splénium et le genu.

Les sillon calleux sépare le corps calleux du gyrus cingulaire.

Relations Modifier

De part et d'autre du corps calleux, les fibres rayonnent dans la substance blanche et passent aux différentes parties du cortex cérébral celles qui s'incurvent en avant du genu dans les lobes frontaux constituent le forceps mineur (aussi forceps antérieur) et ceux courbant vers l'arrière du splénium dans les lobes occipitaux, le forceps majeur (aussi forceps postérieur). [4] Entre ces deux parties se trouve le corps principal des fibres qui constituent le tapetum et s'étendent latéralement de chaque côté dans le lobe temporal, et recouvrent la partie centrale du ventricule latéral. Le tapetum et la commissure antérieure partagent la fonction de connexion des lobes temporaux gauche et droit.

Les artères cérébrales antérieures sont en contact avec la face inférieure du rostre, elles s'arquent sur le devant du genu et sont portées le long du tronc, alimentant les quatre cinquièmes antérieurs du corps calleux. [7]

Fibres neuronales Modifier

La taille, la quantité de myélinisation et la densité des fibres dans les sous-régions sont liées aux fonctions des régions cérébrales qu'elles relient. [8] La myélinisation est le processus de revêtement des neurones avec de la myéline, ce qui facilite le transfert d'informations entre les neurones. On pense que le processus se produit jusqu'à la trentaine d'un individu avec une croissance maximale au cours de la première décennie de sa vie. [9] Les fibres plus fines et légèrement myélinisées sont conductrices plus lentes et relient les zones associatives et préfrontales. Des fibres plus épaisses et à conduction rapide relient les zones visuelles et motrices. [dix]

Le tractogramme illustré montre les voies nerveuses de six segments du corps calleux, assurant la liaison des régions corticales entre les hémisphères cérébraux. Ceux du genre sont représentés en corail, du prémoteur – vert, du sensori-moteur – violet, du pariétal – rose, du temporal – jaune, et du splénium – bleu. [11]

Des axones plus fins dans le genu relient le cortex préfrontal entre les deux moitiés du cerveau. Ces fibres proviennent d'un faisceau de fibres en forme de fourche provenant du tapetum, le forceps minor. Des axones plus épais dans le tronc du corps calleux, interconnectent les zones du cortex moteur, avec proportionnellement plus de corps calleux dédié aux régions motrices supplémentaires, y compris la zone de Broca. Le splénium, communique des informations somatosensorielles entre les deux moitiés du lobe pariétal et le cortex visuel au niveau du lobe occipital, ce sont les fibres du forceps major. [12] [13]

Dans une étude sur des enfants de cinq à dix-huit ans, il s'est avéré qu'il y avait une corrélation positive entre l'âge et l'épaisseur calleuse. [3]

Variation entre les sexes Modifier

Le corps calleux et sa relation au sexe font l'objet de débats dans les communautés scientifiques et profanes depuis plus d'un siècle. Les premières recherches au début du 20e siècle ont affirmé que le corpus était de taille différente entre les hommes et les femmes. Cette recherche a à son tour été remise en question et a finalement cédé la place à des techniques d'imagerie plus avancées qui semblaient réfuter les corrélations antérieures. Cependant, des techniques analytiques avancées de neuroanatomie computationnelle développées dans les années 1990 ont montré que les différences entre les sexes étaient claires mais limitées à certaines parties du corps calleux, et qu'elles étaient corrélées avec les performances cognitives dans certains tests. [14] Une étude IRM a révélé que la section transversale du corps calleux médio-sagittal est, après contrôle de la taille du cerveau, en moyenne proportionnellement plus grande chez les femmes. [15]

En utilisant des séquences de tenseur de diffusion sur des appareils d'IRM, la vitesse à laquelle les molécules diffusent dans et hors d'une zone spécifique de tissu, l'anisotropie peut être mesurée et utilisée comme mesure indirecte de la force de connexion anatomique. Ces séquences ont trouvé des différences sexuelles cohérentes dans la forme et la microstructure du corps calleux humain. [ lequel? ] [16] [17] [18]

L'analyse par forme et par taille a également été utilisée pour étudier des relations mathématiques tridimensionnelles spécifiques avec les IRM, et a trouvé des différences cohérentes et statistiquement significatives entre les sexes. [19] [20] Des algorithmes spécifiques ont trouvé des différences significatives entre les deux sexes dans plus de 70% des cas dans une revue. [21]

Une étude a rapporté que la partie antérieure du corps calleux humain était de 0,75 cm 2 ou 11 % plus grande chez les gauchers et les ambidextres que chez les droitiers. [22] [23] Cette différence était évidente dans les régions antérieures et postérieures du corps calleux, mais pas dans le splénium. [22] Cependant, cela a été contesté et d'autres ont plutôt suggéré que le degré de latéralité est en corrélation négative avec la taille du corps calleux, ce qui signifie que les personnes capables d'utiliser les deux mains avec dextérité auraient le plus grand corps calleux et vice versa. pour la main gauche ou la main droite. [24]

Épilepsie Modifier

Les symptômes de l'épilepsie réfractaire (difficile à traiter) peuvent être réduits en coupant le corps calleux lors d'une opération connue sous le nom de callosotomie du corps. [25] Ceci est généralement réservé aux cas dans lesquels des crises complexes ou grand mal sont produites par un foyer épileptogène d'un côté du cerveau, provoquant un orage électrique interhémisphérique. Le travail de diagnostic pour cette procédure implique un électroencéphalogramme, une IRM, une TEP et une évaluation par un neurologue spécialisé, un neurochirurgien, un psychiatre et un neuroradiologue avant que la chirurgie puisse être envisagée. [26]

Échec de développement Modifier

La formation du corps calleux commence avec le premier croisement médian des axones pionniers vers la semaine 12 dans le développement prénatal de l'humain, [27] ou le jour 15 dans l'embryogenèse de la souris. [28] L'agénésie du corps calleux (ACC) est une maladie congénitale rare qui est l'une des malformations cérébrales les plus courantes observées chez l'homme, [29] dans laquelle le corps calleux est partiellement ou totalement absent. L'ACC est généralement diagnostiquée au cours des deux premières années de la vie et peut se manifester sous la forme d'un syndrome grave pendant la petite enfance ou l'enfance, d'une affection plus bénigne chez les jeunes adultes ou d'une découverte fortuite asymptomatique. Les premiers symptômes de l'ACC comprennent généralement des convulsions, qui peuvent être suivies de problèmes d'alimentation et de retards pour tenir la tête droite, s'asseoir, se tenir debout et marcher. D'autres symptômes possibles peuvent inclure des troubles du développement mental et physique, de la coordination œil-main et de la mémoire visuelle et auditive. Une hydrocéphalie peut également survenir. Dans les cas bénins, des symptômes tels que des convulsions, un discours répétitif ou des maux de tête peuvent ne pas apparaître avant des années. Certains syndromes souvent associés à l'ACC sont le syndrome d'Aicardi, le syndrome d'Andermann, le syndrome de Shapiro et le syndrome acrocalleux.

L'ACC n'est généralement pas fatale. Le traitement implique généralement la gestion des symptômes, tels que l'hydrocéphalie et les convulsions, s'ils surviennent. Bien que de nombreux enfants atteints du trouble mènent une vie normale et aient une intelligence moyenne, des tests neuropsychologiques minutieux révèlent des différences subtiles dans la fonction corticale supérieure par rapport aux individus du même âge et du même niveau d'éducation sans ACC. Les enfants atteints d'un ACC accompagné d'un retard de développement et/ou de troubles épileptiques doivent faire l'objet d'un dépistage des troubles métaboliques. [30]

En plus de l'agénésie du corps calleux, des conditions similaires sont l'hypogenèse (formation partielle), la dysgénésie (malformation) et l'hypoplasie (sous-développement, y compris trop mince).

D'autres études ont également lié des corrélations possibles entre la malformation du corps calleux et les troubles du spectre autistique. [31] [32]

Kim Peek, un savant et l'inspiration derrière le film Homme de pluie, a été retrouvée avec une agénésie du corps calleux, dans le cadre du syndrome FG.

Autre maladie Modifier

Les lésions antérieures du corps calleux peuvent entraîner un mutisme akinétique ou une aphasie anomique. Voir également:

La première étude du corpus en relation avec le genre a été réalisée par R. B. Bean, un anatomiste de Philadelphie, qui a suggéré en 1906 que « une taille exceptionnelle du corps calleux peut signifier une activité intellectuelle exceptionnelle » et qu'il y avait des différences mesurables entre les hommes et les femmes. Reflétant peut-être le climat politique de l'époque, il a poursuivi en affirmant des différences dans la taille de la callosité selon les différentes races. Ses recherches ont finalement été réfutées par Franklin Mall, le directeur de son propre laboratoire. [33]

D'un impact plus grand public était un 1982 Science article de Holloway et Utamsing suggérant une différence de sexe dans la morphologie du cerveau humain, liée à des différences de capacité cognitive. [34] Temps a publié un article en 1992 qui suggérait que, parce que le corpus est "souvent plus large dans le cerveau des femmes que dans celui des hommes, il peut permettre une plus grande diaphonie entre les hémisphères - peut-être la base de l'intuition des femmes". [35]

Des publications ultérieures dans la littérature psychologique ont soulevé des doutes quant à savoir si la taille anatomique du corpus est réellement différente. Une méta-analyse de 49 études depuis 1980 a révélé que, contrairement à de Lacoste-Utamsing et Holloway, aucune différence entre les sexes n'a pu être trouvée dans la taille du corps calleux, que l'on tienne compte ou non de la plus grande taille du cerveau masculin. [33] Une étude de 2006 utilisant l'IRM en coupe mince n'a montré aucune différence d'épaisseur du corpus en tenant compte de la taille du sujet. [36]

Le corps calleux ne se trouve que chez les mammifères placentaires, alors qu'il est absent chez les monotrèmes et les marsupiaux, [37] ainsi que chez d'autres vertébrés tels que les oiseaux, les reptiles, les amphibiens et les poissons. [38] (D'autres groupes ont d'autres structures cérébrales qui permettent la communication entre les deux hémisphères, comme la commissure antérieure, qui sert de mode principal de communication interhémisphérique chez les marsupiaux, [39] [40] et qui porte tous les organes commissuraux. fibres issues du néocortex (également appelé néopallium), alors que chez les mammifères placentaires, la commissure antérieure ne porte qu'une partie de ces fibres. [41] ) Chez les primates, la vitesse de transmission nerveuse dépend de son degré de myélinisation, ou revêtement lipidique. . Ceci est reflété par le diamètre de l'axone nerveux. Chez la plupart des primates, le diamètre axonal augmente proportionnellement à la taille du cerveau pour compenser la distance accrue à parcourir pour la transmission des impulsions neuronales. Cela permet au cerveau de coordonner les impulsions sensorielles et motrices. Cependant, la mise à l'échelle de la taille globale du cerveau et l'augmentation de la myélinisation ne se sont pas produites entre les chimpanzés et les humains. Cela a eu pour résultat que le corps calleux humain nécessite deux fois plus de temps pour la communication interhémisphérique que celui d'un macaque. [12] Le faisceau fibreux au niveau duquel le corps calleux apparaît, peut augmenter et augmente à un point tel chez l'homme qu'il empiète et coince les structures hippocampiques. [42]


Que fait le cortex cérébral du cerveau ?

Le cortex cérébral est la couche la plus externe du cerveau qui est associée à nos capacités mentales les plus élevées. Le cortex cérébral est principalement constitué de matière grise (tissu neuronal composé de neurones), avec entre 14 et 16 milliards de neurones.

Bien que le cortex cérébral ne mesure que quelques millimètres d'épaisseur, il représente environ la moitié du poids de la masse cérébrale totale. Le cortex cérébral a un aspect ridé, composé de renflements, également appelés gyri, et de sillons profonds, appelés sillons.

Les nombreux plis et rides du cortex cérébral permettent une plus grande surface pour qu'un nombre accru de neurones y vivent, ce qui permet de traiter de grandes quantités d'informations.

Le cortex est également divisé en deux hémisphères, le droit et le gauche, qui sont séparés par un grand sillon appelé fissure longitudinale médiale.

Les deux hémisphères sont reliés par des faisceaux de fibres nerveuses appelés corps calleux, pour permettre aux deux hémisphères du cortex cérébral de communiquer entre eux et d'établir d'autres connexions.

Une vaste gamme de fonctions est contrôlée par le cortex cérébral grâce à l'utilisation des lobes, qui sont divisés en fonction de l'emplacement des gyri et des sillons. Ces lobes sont appelés lobes frontaux, lobes temporaux, lobes pariétaux et lobes occipitaux.


Que fait le cortex cérébral du cerveau ?

Le cortex cérébral est la couche la plus externe du cerveau qui est associée à nos capacités mentales les plus élevées. Le cortex cérébral est principalement constitué de matière grise (tissu neuronal composé de neurones), avec entre 14 et 16 milliards de neurones.

Bien que le cortex cérébral ne mesure que quelques millimètres d'épaisseur, il représente environ la moitié du poids de la masse cérébrale totale. Le cortex cérébral a un aspect ridé, composé de renflements, également appelés gyri, et de sillons profonds, appelés sillons.

Les nombreux plis et rides du cortex cérébral permettent à un plus grand nombre de neurones d'y vivre, ce qui permet de traiter de grandes quantités d'informations.

Le cortex est également divisé en deux hémisphères, le droit et le gauche, qui sont séparés par un grand sillon appelé fissure longitudinale médiale.

Les deux hémisphères sont reliés par des faisceaux de fibres nerveuses appelés corps calleux, pour permettre aux deux hémisphères du cortex cérébral de communiquer entre eux et d'établir d'autres connexions.

Une vaste gamme de fonctions est contrôlée par le cortex cérébral grâce à l'utilisation des lobes, qui sont divisés en fonction de l'emplacement des gyri et des sillons. Ces lobes sont appelés lobes frontaux, lobes temporaux, lobes pariétaux et lobes occipitaux.


Callosotomie

La callosotomie est ce qui se passe lorsque, dans un contexte clinique ou scientifique, le corps calleux est sectionné. il ne peut donc plus communiquer des deux côtés du cerveau. Il s'agit d'un changement important dans le fonctionnement du système nerveux central, car bien qu'il existe d'autres commissures interhémisphériques, le corps calleux est de loin le plus grand.

En général, lorsque cela se produit (souvent en dernier recours pour atténuer les symptômes d'une épilepsie très sévère), ce que l'on appelle le syndrome de déconnexion des callosités apparaît.

Parmi ses principaux symptômes figurent des problèmes de coordination à la fois moteurs (par exemple, s'habiller) et de perception de l'environnement, laissant une grande partie du cerveau divisé en deux moitiés isolées l'une de l'autre. Par exemple, il peut apparaître le syndrome de l'autre main, dans lequel on sent qu'une des mains agit selon sa propre volonté, comme si on ne pouvait pas la contrôler.


Recherche

Roger W. Sperry, un neuroscientifique du vingtième siècle, a apporté de nombreuses contributions à la compréhension des moitiés jumelles du cerveau.

Sperry (1967) a mené des enquêtes sur des patients à cerveau divisé, des personnes dont les cerveaux gauche et droit n'ont pas les connexions normales entre eux. Ces personnes présentent parfois une dominance du côté du cerveau, mais elles affichent également une gamme de comportements distinctifs d'un seul côté ou de l'autre.

Sperry a également étudié des sujets animaux, recâblant leur système nerveux pour envoyer des signaux au côté opposé du corps. Cela a montré comment certaines caractéristiques mentales ont un câblage d'un côté du cerveau, tandis que d'autres caractéristiques mentales peuvent s'adapter pour fonctionner correctement de chaque côté du cerveau.

Les travaux de Sperry ont révélé que le côté gauche du cerveau contient des modules essentiels pour produire des phrases, mais que le côté droit du cerveau conserve certaines capacités linguistiques telles que la compréhension du contexte social de la parole. La psychologie de la dominance du cerveau gauche par rapport au cerveau droit indique que les humains ont des cerveaux avec des moitiés se chevauchant mais distinctes.


Des hémisphères bien connectés du cerveau d'Einstein ont peut-être déclenché son éclat

Les hémisphères gauche et droit du cerveau d'Albert Einstein étaient exceptionnellement bien connectés les uns aux autres et pourraient avoir contribué à sa brillance, selon une nouvelle étude menée en partie par l'anthropologue évolutionniste de la Florida State University, Dean Falk.

"Cette étude, plus que toute autre à ce jour, va vraiment à l'intérieur du cerveau d'Einstein", a déclaré Falk. "Il fournit de nouvelles informations qui aident à comprendre ce que l'on sait de la surface du cerveau d'Einstein."

L'étude, "The Corpus Callosum of Albert Einstein's Brain: Another Clue to His High Intelligence", a été publiée dans la revue Cerveau. L'auteur principal Weiwei Men du département de physique de l'Université normale de Chine orientale a développé une nouvelle technique pour mener l'étude, qui est la première à détailler le corps calleux d'Einstein, le plus grand faisceau de fibres du cerveau qui relie les deux hémisphères cérébraux et facilite la communication interhémisphérique.

"Cette technique devrait intéresser d'autres chercheurs qui étudient la connectivité interne très importante du cerveau", a déclaré Falk.

La technique des hommes mesure et code par couleur les différentes épaisseurs de subdivisions du corps calleux sur toute sa longueur, là où les nerfs se croisent d'un côté du cerveau à l'autre. Ces épaisseurs indiquent le nombre de nerfs qui se croisent et donc la façon dont les deux côtés du cerveau sont "connectés" dans des régions particulières, ce qui facilite différentes fonctions selon l'endroit où les fibres se croisent sur la longueur. Par exemple, le mouvement des mains est représenté vers l'avant et le calcul mental le long du dos.

En particulier, cette nouvelle technique a permis d'enregistrer et de comparer les mesures d'Einstein avec celles de deux échantillons - l'un des 15 hommes âgés et l'autre des 52 hommes de l'âge d'Einstein en 1905. Au cours de sa soi-disant « année miracle » à 26 ans, Einstein a publié quatre articles qui ont contribué de manière substantielle à la fondation de la physique moderne et ont changé les visions du monde sur l'espace, le temps, la masse et l'énergie.

Les résultats de l'équipe de recherche montrent qu'Einstein avait des connexions plus étendues entre certaines parties de ses hémisphères cérébraux par rapport aux groupes témoins plus jeunes et plus âgés.

La recherche sur le corps calleux d'Einstein a été initiée par Men, qui a demandé les photographies haute résolution que Falk et d'autres chercheurs ont publiées en 2012 des surfaces intérieures des deux moitiés du cerveau d'Einstein. En plus de Men, l'équipe de recherche actuelle comprenait Falk, qui a été le deuxième auteur Tao Sun de la Washington University School of Medicine et, du département de physique de l'East China Normal University, Weibo Chen, Jianqi Li, Dazhi Yin, Lili Zang et Mingxia. Ventilateur.


Hémisphères cérébraux : que sont-ils et comment fonctionnent-ils ?

Lorsqu'on observe un cerveau humain, l'une des choses les plus frappantes est ce type de fissure qui en sépare les deux moitiés et va d'avant en arrière.

Son existence n'est pas causale et donne des indices sur le fonctionnement du cerveau, un ensemble d'organes dans lesquels nous essayons que le cortex cérébral (la partie la plus externe de celui-ci, avec la rugosité) occupe la plus grande extension possible. Ainsi, l'existence des hémisphères cérébraux permet à plus de cortex cérébral de se propager entre eux.

Pourquoi notre cerveau a-t-il évolué pour donner autant d'importance au cortex cérébral ? En effet, c'est dans le cortex cérébral que se concentrent la plupart des corps des neurones, c'est-à-dire leur partie la plus importante, là où se situe le noyau. Le regroupement des corps neuronaux forme ce qu'on appelle la matière grise, associée à une activité cérébrale complexe.

Ces dernières années, une multitude de cours, de tests, d'e-books et de livres ont vu le jour sur les réseaux sociaux qui nous racontent les grandes différences entre l'utilisation de l'un ou l'autre hémisphère du cerveau, et même des astuces et exercices pour parvenir à un équilibre parfait (sic) entre les deux hémisphères.

Cependant, il faut considérer : Est-il vrai que nous avons tendance à utiliser un hémisphère plus qu'un autre ? Cette conception est-elle nécessaire que chaque hémisphère ait des fonctions différenciées ? Pour répondre à ces questions, il faut savoir ce que sont les hémisphères cérébraux, même si cela vient d'une définition de base.

Anatomie de ces hémisphères du cerveau

Les hémisphères cérébraux sont les deux structures en lesquelles le cerveau se divise et sont séparés l'un de l'autre par la fente interhémisphérique (ou fente intercérébrale). Ces deux corps appartenant au système nerveux central sont très semblables l'un à l'autre, et sont pratiquement symétriques l'un de l'autre, bien qu'il existe des différences dans leurs proportions et dans leurs replis.

D'autre part, les hémisphères du cerveau sont reliés les uns aux autres par le corps calleux et d'autres commissures similaires c'est à travers ces parties du cerveau qu'il fait passer les informations de l'un à l'autre.

L'anatomie du cerveau et la façon dont il se divise en deux hémisphères nous donne quelques indices sur le fonctionnement de cet ensemble d'organes.

D'une part, on sait que le cortex cérébral existe car c'est à sa surface que s'accumulent les sommes neuronales, c'est-à-dire qu'en ces zones se trouvent les corps de ces cellules nerveuses, leur structure principale et où se trouve son noyau. Le cerveau humain a priorisé le cortex cérébral pour nous donner plus de capacité à traiter l'information, et donc le meilleur moyen est de faire en sorte que le cortex ait des plis, d'avoir plus de surface, et la fente interhémisphérique peut être comprise comme une conséquence de ce phénomène : c'est encore un pli très profond.

Mais comme toutes les parties du cerveau sont nécessaires les unes aux autres et ne peuvent pas fonctionner entièrement en parallèle, au fond de cette fente se trouvent des structures telles que le corps calleux, qui agissent comme un pont entre les deux côtés du cerveau.

Neurosciences de poche : simplifier à l'extrême

Il semble que ce soit déjà une connaissance générale pour de nombreuses personnes qui l'hémisphère droit est lié au processus et à l'expression des émotions, A la fois interne et externe (cet hémisphère est lié à l'empathie) tandis que, d'autre part, l'hémisphère gauche est responsable du traitement du langage, de la logique rationnelle et de la capacité d'analyse.

Cependant, cette connaissance, bien que pour une raison quelconque ait pris racine dans la culture collective et que tout le monde semble la tenir pour acquise, n'est pas tout à fait vraie. C'est un mythe répandu qui n'a que peu ou pas de rapport avec la réalité. et avec les données scientifiques disponibles. Sans aller plus loin, l'hémisphère droit remplit également des fonctions associées au traitement de certains aspects du langage, tels que l'intonation et l'intensité.

D'autre part, le cerveau a une grande capacité d'adaptation aux défis, et chaque hémisphère est capable d'"apprendre" à. effectuer des fonctions exécutées par des parties de l'hémisphère opposé si ces régions sont endommagées. Cette faculté s'appelle plasticité cérébrale, et elle nous montre comment le fonctionnement de notre cerveau n'est pas figé.

La science et la recherche pour faire la lumière

Les données et informations extraites sur les différences fonctionnelles dans les hémisphères du cerveau proviennent d'études neurologiques du début des années 1970 de patients ayant subi une coupure du corps calleux (les fibres reliant les deux hémisphères) en chirurgie de choc pour traiter la maladie. ‘épilepsie.

Certains des universitaires et des chercheurs qui ont le plus contribué à l'étude du cerveau chez les patients sans corps calleux étaient des psychologues. Roger w sperry je Michel Gazzaniga, Ceux qui ont découvert que les deux moitiés du cerveau développaient leurs processus indépendamment et avec des dynamiques également différenciées.

Cependant, il convient de garder à l'esprit que chez les personnes en bonne santé, les hémisphères cérébraux sont correctement connectés par le corps calleux, les processus perceptifs et exécutifs se développent dans le cerveau dans son ensemble, Pour que différentes régions et hémisphères du cerveau partagent des informations à travers le corps calleux.

Si certaines zones du cerveau se concentrent davantage sur certaines fonctions, généralement une très petite partie du cortex cérébral n'est pas totalement irremplaçable : si elle est lésée, une autre s'occupera des fonctions devenues "orphelines". Et il en va de même pour les hémisphères du cerveau en général.

Actuellement, les neuroscientifiques (neurologues, biologistes et psychologues) tentent de comprendre comment cette coordination complexe entre les hémisphères est réalisée. C'est pourquoi des théories telles que l'hypermodularité cérébrale, soutenues principalement par la psychologie évolutionniste et selon lesquelles le cerveau est un ensemble de parties spécialisées travaillant plus ou moins en parallèle, sont peu acceptées par la communauté scientifique. Le cerveau est ce qu'il est car des millions de neurones se coordonnent entre eux, Créer des modèles d'activation qui doivent être compris dans leur ensemble.

Créativité, hémisphère droit. Avec certitude?

Il convient également de garder à l'esprit que le type de tâches de la vie quotidienne que la croyance populaire nécessite "un hémisphère particulier" ne relèvent pas pleinement de la catégorisation hémisphère gauche / hémisphère droit.

L'une des compétences avec lesquelles il est plus facile de dissiper le mythe est la créativité. Il est encore plus facile de supposer que les tâches créatives ont lieu dans l'hémisphère droit et les tâches répétitives et analytiques dans le bon, la réalité est que ces tâches sont plus complexes et impliquent le cerveau d'une manière plus holistique qu'elle ne pourrait l'être. attendez-le. le mythe.

De plus, “être créatif” peut prendre plusieurs formes, c'est trop ouvert un concept comme pour verrouiller une tâche facilement reconnaissable comme un processus dans le cerveau humain.

En fait, il existe une étude qui compare le cerveau d'étudiants en « littérature » ​​(philologie, histoire, art) avec celui d'étudiants en « sciences » (ingénierie, physique, chimie) et les résultats sont incroyables. On vous dit ici :

Des études sur le sujet

Plusieurs études soulignent que l'hémisphère droit joue un rôle majeur dans les moments où nous avons une grande intuition. En fait, une étude publiée dans PLOS a révélé que l'activité de l'hémisphère droit était la plus élevée lorsque les sujets évalués tentaient de résoudre une tâche de manière intuitive, avec peu de temps pour réfléchir.

Une autre enquête a révélé qu'une brève exposition à un indice qui donnait des indices pour résoudre un puzzle était plus utile pour l'hémisphère droit que pour l'hémisphère gauche. L'hémisphère droit a été activé plus clairement, conduisant certains des participants à la résolution de la tâche.

En tout état de cause, il convient de noter que le Aperçu (Le processus d'intériorisation ou de compréhension interne) n'est qu'un aspect de la créativité. Par exemple, la capacité de raconter des histoires serait un autre côté créatif. On retrouve ici un schisme important : des études évaluant l'influence de chaque hémisphère sur certaines tâches ont révélé que c'est l'hémisphère gauche qui est le plus impliqué dans le processus d'invention d'histoires ou de contes, Alors que l'hémisphère droit est chargé de trouver une explication à l'histoire. Cette curieuse division des fonctions a été appelée le “phénomène de l'interprète” par Gazzaniga.

Des mythes simples qui s'insinuent rapidement dans l'esprit des gens

Dans une présentation générale sur les hémisphères cérébraux et leurs fonctions (pas si) différenciées, Gazzaniga a décrit, dans un article publié dans Scientific American, l'hémisphère gauche comme « inventeur et interprète » et l'hémisphère droit comme « véracité et littéralisme » 8221 . des adjectifs qui ils contrastent avec le design populaire sur chaque hémisphère.

En tout cas, il est clair que pratiquement aucun processus cognitif ne repose sur des parties très délimitées du cerveau. Tout se passe dans un réseau organique de cellules nerveuses interconnectées, qui ne comprennent pas les différenciations et les catégories fermées établies par la culture humaine. C'est pourquoi nous devons avoir cela les différences entre les hémisphères cérébraux sont relatives, Pas absolu.

En conclusion : entre simplifications, exagérations et recoins de la réalité

Les preuves scientifiques ne correspondent pas au mythe selon lequel l'hémisphère gauche est lié aux processus logiques et le droit au domaine créatif. Le cas échéant, Pourquoi les gens et même les professionnels de la psychologie ou neurosciences répètent-ils ce mantra ?

Une des possibilités pour comprendre comment un mythe se développe et se consolide dans la culture collective est sa simplicité séduisante. Les gens recherchent des réponses faciles à des questions assez naïves au départ : « Quel type de cerveau ai-je ? »

Avec une recherche rapide sur Google ou sur divers réseaux sociaux, une personne sans connaissances scientifiques et ayant cette préoccupation personnelle peut trouver des applications, des livres ou des ateliers pour « améliorer son hémisphère faible ». Lorsqu'il y a demande, l'offre ne tarde pas à apparaître, même si le support scientifique sur lequel se fonde la question est plutôt discutable.Comme dans ce cas, où la simplification déteint cette information sur la fausseté.

Ainsi, il est difficile de lutter contre un système de croyance défectueux, car la complexité impliquée dans le fonctionnement de notre cerveau ne peut se résumer en un bref aperçu de base. Cependant, les professionnels de la psychologie et de la santé mentale et les neuroscientifiques nous devons nous charger de rendre compte de manière rigoureuse et de réfuter ces mythes et simplifications.


L'étude des cerveaux monotrème et marsupial suggère que les hémisphères ont communiqué avant le développement du corps calleux

Architecture des fibres de matière blanche du cerveau. Crédit : Projet Human Connectome.

Une équipe de chercheurs de l'Université du Queensland a trouvé des preuves suggérant que les hémisphères cérébraux des mammifères disposaient d'un moyen de communication bien avant le développement du corps calleux. Dans leur article publié en Actes de l'Académie nationale des sciences, le groupe décrit les études sur le cerveau des mammifères qu'ils ont menées à l'aide d'IRM et ce qu'ils ont trouvé.

Le corps calleux est la plus grande masse de matière blanche du cerveau humain. Son but est de servir de pont entre les deux hémisphères, permettant des communications rapides et fluides entre les deux. Tous les mammifères placentaires ont un corps calleux, mais pour une raison quelconque, les deux autres principaux groupes de mammifères n'en ont pas. Au lieu d'un corps calleux, les marsupiaux (mammifères en poche) et les monotrèmes (mammifères pondeurs) ont un simple réseau de fibres nerveuses qui relient leurs hémisphères cérébraux. Dans ce nouvel effort, les chercheurs se sont demandé si les réseaux de fibres nerveuses se sont déjà produits dans le placenta avant l'évolution du corps calleux. Pour en savoir plus sur cette possibilité, les chercheurs ont étudié le réseau de fibres nerveuses d'un dunnart à queue grasse (un marsupial) et d'un ornithorynque (un monotrème) à l'aide d'une IRM.

Les chercheurs ont trouvé des motifs dans les scans rappelant le corps calleux dans les cerveaux marsupial et monotrème. Les modèles comprenaient des connexions à longue distance entre les hémisphères, ce qui, selon les chercheurs, suggère des fonctions similaires. Ils prétendent que c'est une preuve possible montrant que le corps calleux n'a pas évolué indépendamment, mais est dû à l'évolution continue des réseaux de fibres nerveuses que les trois types de mammifères partageaient autrefois.

Les chercheurs suggèrent également que leurs résultats indiquent que le cerveau des mammifères a besoin de types de connexions très spécifiques afin de faciliter une bonne communication entre les hémisphères, les types de connexions trouvées à la fois dans les réseaux de fibres nerveuses et dans le corps calleux. L'étude montre également la probabilité que les réseaux de fibres nerveuses se soient développés environ 80 millions d'années avant le développement du corps calleux. L'équipe conclut en soulignant que leurs résultats pourraient s'avérer précieux pour la recherche dans d'autres domaines, tels que des études sur des personnes présentant des problèmes de connectivité cérébrale anormaux.

Résumé
Le cerveau des mammifères diffère de celui de tous les autres vertébrés en ce qu'il possède un néocortex à six couches qui est largement interconnecté à l'intérieur et entre les hémisphères. Les connexions interhémisphériques sont véhiculées par la commissure antérieure chez les monotrèmes et les marsupiaux de ponte, tandis que les eutheriens ont développé un tractus commissural séparé, le corps calleux. Bien que le modèle de connectivité interhémisphérique via le corps calleux soit largement partagé entre les espèces eutheriennes, on ne sait pas si ce modèle est le résultat de l'évolution calleuse ou correspond plutôt à une caractéristique plus ancienne de l'organisation du cerveau des mammifères. Nous montrons ici que, malgré les axones corticaux utilisant une route commissurale ancestrale, les monotrèmes et les marsupiaux partagent des caractéristiques de connectivité interhémisphérique avec les eutheriens qui sont probablement antérieures à l'origine du corps calleux. Sur la base de l'imagerie par résonance magnétique ex vivo et de la tractographie, nous avons constaté que les connexions à travers la commissure antérieure chez les dunnarts à queue grasse (Marsupialia) et les ornithorynques à bec de canard (Monotremata) sont spatialement séparées selon la topographie de la zone corticale. De plus, la cartographie des circuits interhémisphériques rétrograde et antérograde à résolution cellulaire dans les dunnarts a révélé plusieurs caractéristiques partagées avec les circuits calleux des eutherians. Ceux-ci incluent l'organisation en couches des neurones et des terminaux commissuraux, une large carte des connexions entre les régions (homotopiques) similaires de chaque hémisphère, et les régions connectées à différentes zones (hétérotopiques), y compris les hubs hyperconnectés le long des frontières médiales et latérales du cortex, tels que comme le cortex cingulaire/moteur et le claustrum/insula. Nous proposons donc qu'un connectome interhémisphérique trouve son origine dans les premiers ancêtres des mammifères, avant l'évolution du corps calleux. Parce que ces caractéristiques ont été conservées tout au long de l'évolution des mammifères, elles représentent probablement des aspects clés de l'organisation néocorticale


Fonctions du corps calleux

Le primaire but du corps calleux est d'intégrer l'information en joignant les deux hémisphères cérébraux pour traiter les signaux moteurs, sensoriels et cognitifs. Il relie les zones similaires du cerveau et transmet les informations à travers les hémisphères gauche et droit.

Par exemple, le rostre et le genou relient les cornes frontales des hémisphères droit et gauche, tandis que le corps et le splénium relient les lobes temporaux et occipitaux des deux hémisphères. De même, par des zones similaires connectées apporte une harmonisation de leurs fonctions.

En outre, le corpus
callosum joue un rôle crucial dans le mouvement des yeux et la vision en reliant les deux
moitiés des hémisphères du champ visuel. Ce faisceau nerveux de substance blanche
nous permet d'identifier et de voir les objets en connectant le cortex visuel dans
centres de langage cérébral.

De plus, le corps calleux traite les informations tactiles dans le lobes pariétaux et transmettre entre les hémisphères du cerveau pour identifier le toucher.

De même, il aide à maintenir l'équilibre de l'attention, de l'excitation et joue un rôle primordial dans la cognition. L'étude suggère que la faible intégrité du corps calleux provoque un déclin de la fonction cognitive chez les adultes.

D'un autre côté, une augmentation de l'épaisseur du callosité aide dans ceux développement des zones cérébrales, qui est en corrélation avec l'intelligence, les activités de résolution de problèmes et la vitesse de traitement.


Vos deux cerveaux

La plupart des fonctions cérébrales sont localisées dans une zone spécifique de votre cortex. Certains d'entre eux sont collatéralisés (ou, des deux côtés) mais beaucoup sont unilatéraux. Le côté droit du cerveau fait une chose et le gauche une autre. Le pouvoir de la parole est un pouvoir unilatéral, tout est situé juste derrière votre tempe gauche, dans la région de Wernicke. Le mouvement et la sensation sont également unilatéraux. Le côté gauche de votre cerveau contrôle le côté droit du corps et le côté droit prend le gauche. La vision, l'ouïe et l'odorat sont également unilatéraux. Chaque champ visuel, auditif et olfactif est capté d'un seul côté. À ce jour, nous ne connaissons pas beaucoup d'autres capacités complètement unilatérales. Et rien de tout cela n'est la psychologie pop "cerveau gauche contre cerveau droit", c'est presque une couchette complète, c'est la localisation de la fonction, pas la capacité.

Cette unilatéralisation signifie que les personnes atteintes de Split-Brain travaillent avec deux ensembles d'entrées sensorielles tout le temps. Cela signifie également qu'ils ont deux ensembles de puissance motrice, ce qui leur donne des capacités spéciales. Grâce à la pratique, les personnes atteintes de Split-Brain sont capables de dessiner une image différente avec chaque main en même temps. Si vous n'êtes pas impressionné, essayez, c'est presque impossible pour vous et moi. Chaque côté de leur corps peut gérer des tâches motrices différentes et complexes, car chaque côté de leur cerveau peut envoyer des messages indépendamment. Nos cerveaux gardent nos côtés synchronisés, mais leur cerveau n'est pas capable de le faire.

À cause de cette perte de communication, des choses étranges peuvent se produire dans le système somatosensoriel. Nous couvrirons deux de ces catégories d'étrangeté, de toucher et d'odorat. En raison de cette division, les odeurs entrant dans votre narine droite ne pouvaient pas être communiquées au côté gauche de votre cerveau. Si vous sentez quelque chose sur le côté droit, vous ne pouvez pas dire son nom, car il ne peut pas être communiqué à votre centre vocal sur la gauche. Vous pourriez le reconnaître, mais certaines de ces molécules devraient entrer dans votre narine gauche avant de pouvoir prononcer son nom à haute voix. Pour le toucher, cette déficience est inversée. Si vous ramassiez quelque chose dans votre main gauche, sans le voir, vous ne pourriez pas donner son nom. Les fibres sensorielles gauches traversent le côté droit du cerveau, la zone qui n'a pas accès aux centres vocaux. Encore une fois, vous pourriez le reconnaître, mais la vocalisation serait interdite.

Les conséquences de cette scission ne se limitent pas à la capacité de parler. De nombreuses autres parties du fonctionnement normal seraient également perdues ou modifiées. L'exemple le plus célèbre de split-brain était probablement Joe, la star unique (pour l'anonymat) d'une émission spéciale d'Alan Alda Scientific American de 2002. Il s'est fait retirer son corps calleux pour traiter les crises d'épilepsie et s'est retrouvé avec le split-brain à la place. Dans l'ensemble, il mène une vie assez normale et a été utilisé pour une grande partie des recherches sur le cerveau divisé effectuées aux États-Unis au cours des dernières décennies. Sur le spécial, le médecin utilise sa perspicacité dans l'unilatéralisation de l'esprit pour montrer une capacité spéciale de Joe. La vidéo ci-dessous est un meilleur descripteur que les mots pourraient l'être, mais je la décrirai également, sous le cadre.

Joe est présenté avec le travail de Giuseppe Archimboldo, un peintre italien de la Renaissance le plus célèbre pour peindre des fruits et des légumes qui ont été disposés pour apparaître comme des visages humains. Lorsque ces images sont présentées sur le côté gauche du cerveau de Joe, il voit des plateaux de fruits et légumes. Mais quand ils sont présentés à gauche, il voit des visages. En raison de la nature unilatérale de l'identification faciale, il ne peut repérer le visage que s'il est présenté à la bonne partie de son cerveau. Lorsque les deux parties de son cerveau regardent l'image, il est capable de voir à la fois le fruit et le visage, tout comme vous et moi.

Contrairement à la plupart des vies présentées dans cette série, la vie sans votre corps calleux est remarquablement vivable. Il ne semble pas y avoir trop d'effets secondaires à la perte de cette partie de votre cerveau, même si cela changera votre façon de penser et de percevoir le monde. C'est pourquoi c'est un traitement assez courant pour certains types de crises d'épilepsie. Le retrait de la callosité empêche les signaux de crise de voyager à travers les hémisphères, les aidant à les tasser et à améliorer la qualité de vie de la victime. Si vous perdiez votre corps calleux aujourd'hui, vous le remarqueriez certainement, tout comme ceux qui vous entourent. Mais finalement, vous vous y adapteriez et vivriez le reste de votre vie avec deux cerveaux très uniques.

C'est une histoire de la série "La vie sans". Si vous voulez savoir ce que ce serait de vivre sans d'autres parties de votre cerveau, consultez les histoires ci-dessous. D'autres sont en route bientôt. Suivez pour être mis à jour quand ils sont publiés.


Contenu

Le corps calleux forme le plancher de la fissure longitudinale qui sépare les deux hémisphères cérébraux. Une partie du corps calleux forme le toit des ventricules latéraux. [5]

Le corps calleux comprend quatre parties principales, des voies nerveuses individuelles qui relient différentes parties des hémisphères. Voici les tribune, les genu, les tronc ou corps, et le splénium. [4] Une partie rétrécie entre le tronc et le splénium est connue sous le nom de isthme. Les fibres du tronc et du splénium connues ensemble sous le nom de tapetum forment le toit de chaque ventricule latéral. [6]

La partie antérieure du corps calleux, vers les lobes frontaux, est appelée le genu ("genou"). Le genre se courbe vers le bas et vers l'arrière devant le septum pellucidum, diminuant considérablement en épaisseur. La partie inférieure beaucoup plus mince est le rostre et est reliée en dessous à la lamina terminalis, qui s'étend des foramens interventriculaires à l'évidement à la base de la tige optique. Le rostre doit son nom à sa ressemblance avec le bec d'un oiseau.

La partie terminale du corps calleux, vers le cervelet, s'appelle le splénium. C'est la partie la plus épaisse et chevauche la choroïde du troisième ventricule et du mésencéphale, et se termine par une bordure libre épaisse, convexe. Splenium se traduit par bandage en grec.

Le tronc du corps calleux se situe entre le splénium et le genu.

Les sillon calleux sépare le corps calleux du gyrus cingulaire.

Relations Modifier

De part et d'autre du corps calleux, les fibres rayonnent dans la substance blanche et passent aux différentes parties du cortex cérébral celles qui s'incurvent en avant du genu dans les lobes frontaux constituent le forceps mineur (aussi forceps antérieur) et ceux courbant vers l'arrière du splénium dans les lobes occipitaux, le forceps majeur (aussi forceps postérieur). [4] Entre ces deux parties se trouve le corps principal des fibres qui constituent le tapetum et s'étendent latéralement de chaque côté dans le lobe temporal, et recouvrent la partie centrale du ventricule latéral. Le tapetum et la commissure antérieure partagent la fonction de connexion des lobes temporaux gauche et droit.

Les artères cérébrales antérieures sont en contact avec la face inférieure du rostre, elles s'arquent sur le devant du genu et sont portées le long du tronc, alimentant les quatre cinquièmes antérieurs du corps calleux. [7]

Fibres neuronales Modifier

La taille, la quantité de myélinisation et la densité des fibres dans les sous-régions sont liées aux fonctions des régions cérébrales qu'elles relient. [8] La myélinisation est le processus de revêtement des neurones avec de la myéline, ce qui facilite le transfert d'informations entre les neurones. On pense que le processus se produit jusqu'à la trentaine d'un individu avec une croissance maximale au cours de la première décennie de sa vie. [9] Les fibres plus fines et légèrement myélinisées sont conductrices plus lentes et relient les zones associatives et préfrontales. Des fibres plus épaisses et à conduction rapide relient les zones visuelles et motrices. [dix]

Le tractogramme illustré montre les voies nerveuses de six segments du corps calleux, assurant la liaison des régions corticales entre les hémisphères cérébraux. Ceux du genre sont représentés en corail, du prémoteur – vert, du sensori-moteur – violet, du pariétal – rose, du temporal – jaune, et du splénium – bleu. [11]

Des axones plus fins dans le genu relient le cortex préfrontal entre les deux moitiés du cerveau. Ces fibres proviennent d'un faisceau de fibres en forme de fourche provenant du tapetum, le forceps minor. Des axones plus épais dans le tronc du corps calleux, interconnectent les zones du cortex moteur, avec proportionnellement plus de corps calleux dédié aux régions motrices supplémentaires, y compris la zone de Broca. Le splénium, communique des informations somatosensorielles entre les deux moitiés du lobe pariétal et le cortex visuel au niveau du lobe occipital, ce sont les fibres du forceps major. [12] [13]

Dans une étude sur des enfants de cinq à dix-huit ans, il s'est avéré qu'il y avait une corrélation positive entre l'âge et l'épaisseur calleuse. [3]

Variation entre les sexes Modifier

Le corps calleux et sa relation au sexe font l'objet de débats dans les communautés scientifiques et profanes depuis plus d'un siècle. Les premières recherches au début du 20e siècle ont affirmé que le corpus était de taille différente entre les hommes et les femmes. Cette recherche a à son tour été remise en question et a finalement cédé la place à des techniques d'imagerie plus avancées qui semblaient réfuter les corrélations antérieures. Cependant, des techniques analytiques avancées de neuroanatomie computationnelle développées dans les années 1990 ont montré que les différences entre les sexes étaient claires mais limitées à certaines parties du corps calleux, et qu'elles étaient corrélées avec les performances cognitives dans certains tests. [14] Une étude IRM a révélé que la section transversale du corps calleux médio-sagittal est, après contrôle de la taille du cerveau, en moyenne proportionnellement plus grande chez les femmes. [15]

En utilisant des séquences de tenseur de diffusion sur des appareils d'IRM, la vitesse à laquelle les molécules diffusent dans et hors d'une zone spécifique de tissu, l'anisotropie peut être mesurée et utilisée comme mesure indirecte de la force de connexion anatomique. Ces séquences ont trouvé des différences sexuelles cohérentes dans la forme et la microstructure du corps calleux humain. [ lequel? ] [16] [17] [18]

L'analyse par forme et par taille a également été utilisée pour étudier des relations mathématiques tridimensionnelles spécifiques avec les IRM, et a trouvé des différences cohérentes et statistiquement significatives entre les sexes. [19] [20] Des algorithmes spécifiques ont trouvé des différences significatives entre les deux sexes dans plus de 70% des cas dans une revue. [21]

Une étude a rapporté que la partie antérieure du corps calleux humain était de 0,75 cm 2 ou 11 % plus grande chez les gauchers et les ambidextres que chez les droitiers. [22] [23] Cette différence était évidente dans les régions antérieures et postérieures du corps calleux, mais pas dans le splénium. [22] Cependant, cela a été contesté et d'autres ont plutôt suggéré que le degré de latéralité est en corrélation négative avec la taille du corps calleux, ce qui signifie que les personnes capables d'utiliser les deux mains avec dextérité auraient le plus grand corps calleux et vice versa. pour la main gauche ou la main droite. [24]

Épilepsie Modifier

Les symptômes de l'épilepsie réfractaire (difficile à traiter) peuvent être réduits en coupant le corps calleux lors d'une opération connue sous le nom de callosotomie du corps. [25] Ceci est généralement réservé aux cas dans lesquels des crises complexes ou grand mal sont produites par un foyer épileptogène d'un côté du cerveau, provoquant un orage électrique interhémisphérique. Le travail de diagnostic pour cette procédure implique un électroencéphalogramme, une IRM, une TEP et une évaluation par un neurologue spécialisé, un neurochirurgien, un psychiatre et un neuroradiologue avant que la chirurgie puisse être envisagée. [26]

Échec de développement Modifier

La formation du corps calleux commence avec le premier croisement médian des axones pionniers vers la semaine 12 dans le développement prénatal de l'humain, [27] ou le jour 15 dans l'embryogenèse de la souris. [28] L'agénésie du corps calleux (ACC) est une maladie congénitale rare qui est l'une des malformations cérébrales les plus courantes observées chez l'homme, [29] dans laquelle le corps calleux est partiellement ou totalement absent. L'ACC est généralement diagnostiquée au cours des deux premières années de la vie et peut se manifester sous la forme d'un syndrome grave pendant la petite enfance ou l'enfance, d'une affection plus bénigne chez les jeunes adultes ou d'une découverte fortuite asymptomatique. Les premiers symptômes de l'ACC comprennent généralement des convulsions, qui peuvent être suivies de problèmes d'alimentation et de retards pour tenir la tête droite, s'asseoir, se tenir debout et marcher. D'autres symptômes possibles peuvent inclure des troubles du développement mental et physique, de la coordination œil-main et de la mémoire visuelle et auditive. Une hydrocéphalie peut également survenir. Dans les cas bénins, des symptômes tels que des convulsions, un discours répétitif ou des maux de tête peuvent ne pas apparaître avant des années. Certains syndromes souvent associés à l'ACC sont le syndrome d'Aicardi, le syndrome d'Andermann, le syndrome de Shapiro et le syndrome acrocalleux.

L'ACC n'est généralement pas fatale. Le traitement implique généralement la gestion des symptômes, tels que l'hydrocéphalie et les convulsions, s'ils surviennent.Bien que de nombreux enfants atteints du trouble mènent une vie normale et aient une intelligence moyenne, des tests neuropsychologiques minutieux révèlent des différences subtiles dans la fonction corticale supérieure par rapport aux individus du même âge et du même niveau d'éducation sans ACC. Les enfants atteints d'un ACC accompagné d'un retard de développement et/ou de troubles épileptiques doivent faire l'objet d'un dépistage des troubles métaboliques. [30]

En plus de l'agénésie du corps calleux, des conditions similaires sont l'hypogenèse (formation partielle), la dysgénésie (malformation) et l'hypoplasie (sous-développement, y compris trop mince).

D'autres études ont également lié des corrélations possibles entre la malformation du corps calleux et les troubles du spectre autistique. [31] [32]

Kim Peek, un savant et l'inspiration derrière le film Homme de pluie, a été retrouvée avec une agénésie du corps calleux, dans le cadre du syndrome FG.

Autre maladie Modifier

Les lésions antérieures du corps calleux peuvent entraîner un mutisme akinétique ou une aphasie anomique. Voir également:

La première étude du corpus en relation avec le genre a été réalisée par R. B. Bean, un anatomiste de Philadelphie, qui a suggéré en 1906 que « une taille exceptionnelle du corps calleux peut signifier une activité intellectuelle exceptionnelle » et qu'il y avait des différences mesurables entre les hommes et les femmes. Reflétant peut-être le climat politique de l'époque, il a poursuivi en affirmant des différences dans la taille de la callosité selon les différentes races. Ses recherches ont finalement été réfutées par Franklin Mall, le directeur de son propre laboratoire. [33]

D'un impact plus grand public était un 1982 Science article de Holloway et Utamsing suggérant une différence de sexe dans la morphologie du cerveau humain, liée à des différences de capacité cognitive. [34] Temps a publié un article en 1992 qui suggérait que, parce que le corpus est "souvent plus large dans le cerveau des femmes que dans celui des hommes, il peut permettre une plus grande diaphonie entre les hémisphères - peut-être la base de l'intuition des femmes". [35]

Des publications ultérieures dans la littérature psychologique ont soulevé des doutes quant à savoir si la taille anatomique du corpus est réellement différente. Une méta-analyse de 49 études depuis 1980 a révélé que, contrairement à de Lacoste-Utamsing et Holloway, aucune différence entre les sexes n'a pu être trouvée dans la taille du corps calleux, que l'on tienne compte ou non de la plus grande taille du cerveau masculin. [33] Une étude de 2006 utilisant l'IRM en coupe mince n'a montré aucune différence d'épaisseur du corpus en tenant compte de la taille du sujet. [36]

Le corps calleux ne se trouve que chez les mammifères placentaires, alors qu'il est absent chez les monotrèmes et les marsupiaux, [37] ainsi que chez d'autres vertébrés tels que les oiseaux, les reptiles, les amphibiens et les poissons. [38] (D'autres groupes ont d'autres structures cérébrales qui permettent la communication entre les deux hémisphères, comme la commissure antérieure, qui sert de mode principal de communication interhémisphérique chez les marsupiaux, [39] [40] et qui porte tous les organes commissuraux. fibres issues du néocortex (également appelé néopallium), alors que chez les mammifères placentaires, la commissure antérieure ne porte qu'une partie de ces fibres. [41] ) Chez les primates, la vitesse de transmission nerveuse dépend de son degré de myélinisation, ou revêtement lipidique. . Ceci est reflété par le diamètre de l'axone nerveux. Chez la plupart des primates, le diamètre axonal augmente proportionnellement à la taille du cerveau pour compenser la distance accrue à parcourir pour la transmission des impulsions neuronales. Cela permet au cerveau de coordonner les impulsions sensorielles et motrices. Cependant, la mise à l'échelle de la taille globale du cerveau et l'augmentation de la myélinisation ne se sont pas produites entre les chimpanzés et les humains. Cela a eu pour résultat que le corps calleux humain nécessite deux fois plus de temps pour la communication interhémisphérique que celui d'un macaque. [12] Le faisceau fibreux au niveau duquel le corps calleux apparaît, peut augmenter et augmente à un point tel chez l'homme qu'il empiète et coince les structures hippocampiques. [42]


Voir la vidéo: LES BASES DE LANATOMIE (Août 2022).